Vous êtes ici › Forums de discussionsArts généraux › Les films que vous avez vu

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Les films que vous avez vu

résultats 10341 à 10360 sur un total de 10361 • page 518 sur 519

Message
Procrastin › jeudi 20 mai 2021 - 00:37

Le dernier Ben Wheatley, In the Earth*^

Je l'ai beaucoup aimé, c'est son plus proche du gros trip folk horror mystique A Field In England. Même genre de procédés avec citations via plan de peintures mythiques, des délires kaléidoscopiques, des personnages paumés dans un gros délire métaphysico foireux, une BO très cool (Clint Mansell cette fois, mais celle d'A field in England mérite aussi qu'on s'y attarde) et une direction de la photographie au poil. Le Covid y est en guest pour bien justifier l'absurdité et la panique ambiante, la perte de repère générale. Ça rend plus ou moins plausible tout ça, avec un fond de réflexion sur la symbiose.

Les pinailleurs pourront le trouver un peu facile et feignant mais au moins toute la config du film est indéniablement gutsienne (à ce niveau c'est limite du cochage consciencieux du cahier des charges). Un gros oui donc.

Message
allobroge › jeudi 20 mai 2021 - 10:00

"La chute de l'empire américain" est effectivement un régal, original, drôle ( la protection par le grigri est tordante ) et l'actrice est canonnissime !

Message
(N°6) › jeudi 20 mai 2021 - 12:10
avatar

Dans la série "les films que tout le monde a oublié qu'ils aient jamais existé" : Goodbye Lover - Roland Joffé (1998)

Avec sa Patricia Arquette sexy-as-fuck (et elle fuck pas mal), qui joue la chaudasse-faussingénue alors qu'elle couche avec le frère de son mari, qu'elle projette de supprimer (le mari, pas son frère, suivez c'est compliqué) et sa scène d'ouverture qui fait dresser les grandes orgues de Don Johnson (qui ressemble toujours trop à Bret Hart pour ne pas me perturber), on pourrait croire à un de ces thriller sexuels vintage années 90. D'autant que vient aussi se mêler Mary Louise Parker (oh mon dieu !!!!!! Oui, Mary-Louise Parker, la MILFWeed herself) en collègue amoureuse (du frère, aussi) dans un imbroglio où faut pas se pencher aux balcons. Mais en fait non. Assez vite le scénario (un peu claqué à force de retournements) révèle sa nature rigolarde avec le personnage du flic cyniques aux répliques qui piquent, jouée par Ellen DeGeneres, qui ne cessent de bully verbalement son collègue catho-pincé-du-cul. Tiens, y a Joel Coen au scénar, pourquoi je suis pas surpris ? Au final c'est parfaitement oubliable mais aussi parfait pour une soirée ciné-canapé oklm, avec juste assez d'humour noir rigolo, les trois femmes et Arquette en particulier (tellement parfaite dans cet emploi) virevoltent au-dessus d'un casting masculin pas débordant de charisme (sauf l'inspecteur victime susnommé), à noter quand même une apparition de Vincent "Me Myself & I" Gallo en tueur à gage psychopathe. Trouvé en DVD pour le prix d'un café en terrasse (ça revient en force cette pratique).

Message
GrahamBondSwing › jeudi 20 mai 2021 - 18:51

Touché ! Un film des années 90 avec Patricia Arquette que je ne connaîs point... dur pour mon ego...
Je ne connais pas du tout Ben Wheatley non plus, mais je serais curieux de voir "High-Rise", son adaptation de la nouvelle de JG Ballard

Sinon, quelques mots sur :

Mi$e à prix (Smokin' aces) de Joe Carnahan - 2006.
Il est repassé sur Paramount, il y a quelques jours et quel pied de le revoir ! Je ne me rends pas compte s'il est très connu ou pas, mais j'en n'entends pas assez parler à mon goût. C'est une grosse farce, pleine d'action qui ne se prend pas au sérieux tout en ayant de sérieux atouts de toutes les couleurs (c'est venu comme aç) : un réalisateur complétement décomplexé se permettant moult scènes WTF, une brochette d'acteurs belle comme celles qui grillaient au dernier Barbeq chez votre cousin du massif central (Chris Pine à contre-emploi génial), une bande-son de Clint Mansell, agrémentée de quelques morceaux très très lourd (Motorhead, Stooges, The Prodigy). On a une des meilleures scènes de fusillades de tous les temps... Bon c'est déjà pas mal. Alors, sur la fiche wikipedia, c'est écrit que le scénario est considéré à la fois comme l'un des meilleurs et des pires Mindfuck... J'ai quand même sorti mon Robert&Collins pour vérifier si j'avais bien compris ce que ça voulait dire : en fait, je n'ai pas un avis tranché sur le scénario, c'est sûr que c'est pas Tenet, je comprends qu'il peut décevoir un peu, mais personnellement j'avais complétement oublié la fin et je pense toujours que le film pouvait s'arrêter à la dernière scène de Chris Pine sur le parking, sans entraîner aucune frustration, mais je comprends qu'aujourd'hui il y a quelques règles normatives à Hollywood qui font qu'on doit forcément avoir un twist final voire un re-twiste (parfois post-générique : j'en ai vu un comme ça). Libé l'avait descendu à sa sortie, ces gens ne sont pas humains... c'est comme ne pas aimer le chocolat ou les parcs d'attractions : toute communication devient impossible.

Message
Marco › dimanche 30 mai 2021 - 17:56
avatar

Le docu ultime sur l'un des plus grands groupes ever !

Message
saïmone › dimanche 30 mai 2021 - 22:02
avatar

Le même au même moment ! Très bon, super archives, super interview (c'est tellement rare), Gira est presque... sympa

Message
(N°6) › dimanche 30 mai 2021 - 22:42
avatar

Je l'ai vu l'été dernier au festival de docu musicaux de JuppéCity (avec un masque donc), je confirme aussi, des tonnes d'archives assez dingues et pleins d'interviews bien cool.

Message
stickgrozeil › mardi 1 juin 2021 - 22:36

Je sors de Drunk... He ben... me suis rarement autant emmerdé au cinéma tiens!

Message
dimegoat › mercredi 2 juin 2021 - 13:30

J'ai vu 2010 l'année du premier contact, la suite de 2001, après avoir entendu un quelconque youtubeur cinéma dire qu'il était meilleur. Défense de rire. Mais il y a Roy Scheider dedans et le réal a repris tous les visuels de Kubrick donc ça passe, dans un moment de curiosité.

Message
Rastignac › mercredi 2 juin 2021 - 16:32
avatar

Ici festival de films de tatanne. Et comme dans tout il y a le bon et le mauvais.
Donc dans le bon, découvert la trilogie John Wick. Bon parce que Reeves fait encore plus mutique et bourrin que Seagal. Et qu’il garde une certaine nonchalance qui va bien. Les combats ressemblent à du combat, et les ballets de balles marchent comme à Hong Kong du temps de Woo, j’apprécie. Le premier reste le meilleur, obstination dans la vengeance du mec « à qui fallait pas casser les oursins ». Un poil de fantastique, des seconds rôles chouettes, super casting, ambiance de bede mais que j’aime. La suite va pêcher dans des incohérences un peu trop nawak, même dans un univers déjà aussi fantaisiste... dès le contrat contre la Camorra dans le 2 en fait... et j’oubliais : bonne musique aussi. Même Manson je l’ai apprécié dans la BO, le challenge!

Et donc le mauvais (entre autres...) :Blade que j’ai eu la chance de n’avoir jamais vu jusqu’à présent malgré toutes les rediffusions. Tout le contraire du dessus: ça joue mal, les second rôles sont mauvais, la musique est très pourrie, l’histoire est du sous-buffy en moins cool. Kristofferson est touchant et sa tronche m’a réveillé à chaque fois dans son rôle de Van Helsing drum and bass. Le reste : des combats ultra mous avec le snipes qui fait des énormes moulinets dans l’air, qui balance du rictus, qui grogne. Conclusion: Buffy ou même Angel c’est mieux fait dans le registre tatanne vampire en cuir avec du trip hop et de la techno! Et des lunettes de ski!

Message
Dioneo › mercredi 2 juin 2021 - 16:41
avatar

Arf, Blade... C'est marrant, je recherchais justement (dans ma tête, sans pouvoir le retrouver) le titre de ce film, alors qu'on regardait (comme tout le monde sur guts...) l'intégrale de Buffy, ces temps ! Mauvais, oui (le film, pas Buffy).

Par contre en tatane-movie classe et pas commun y'a THE Blade de Tsui-Hark (de 1995) qui déboîte franchement, si jamais !

(Et par ailleurs je me disais aussi que Joss Whedon et cie avaient dû pas mal s'en bouffer, du hong-kongais de baston, à voir les choré parfois bin bien chiadées des combats de Buffy contre toutes sortes de créatures, avec ou sans sidekicks, tiens...)

Message
Rastignac › jeudi 3 juin 2021 - 10:32
avatar

ah ben Whedon a un côté recycleur à ne pas négliger, dans toutes ses séries, les western, les films de baston, les telenovelas bien niaises en apparence mais ultra politisés si tu fourres un peu plus ton nez, les films de complots/ d'espionnage, etc.

POur les combats, oui c'est beau à voir, et en plus il y a beaucoup d'humour (Buffy au début qui lance des pieux comme une azuréenne lancerait son sac lancel sur un paparazzi, les punchlines volontairement nulles pour se la jouer Arnold en carton avant d'occire un malveillant... les doublures sont mêmes filmées à peine masquées, enfin, il y a régulièrement du joujou avec le 4e mur comme on dit..., cf. une scène dans Firefly avec la réplique "hé, on n'est pas dans un film de SF mec" *clin d’œil clin d’œil*). Le personnage de Blade à côté c'est un peu comme si tu faisais un défi Bill Hicks contre JM Bigard.

Message
Dioneo › jeudi 3 juin 2021 - 13:53
avatar

Bah faut dire que Snipes, là-dedans, partait perdant, avec son look vaguement mi-Buffy/mi-Spike... Parce que bon aussi, Spike tu peux pas test, comme perso, et encore bien plus constamment que Buffy, dans la série - c'est un peu mon perso préféré, quand-même (alors qu'Angel, depuis que j'ai remarqué son vague air de famille avec Roch Voisine... Non mais blague à part voilà, j'ai pas vu Angel la série, mais dans Buffy, question évolution des deux vampires qui durent, y'a pas photo pour moi entre les deux).

Et oui, pour tout ce que tu dis des combats avec humour volontairement plouf-plouf et franchissement du quatrième mur. Avec à mesure que les saisons avancent, un truc de plus en plus foutrement dark qui vient recouvrir tout ça... Et ça marche, hein, je trouve. (Même si certains persos deviennent insupportables, au fil, ou le son direct - Dawn, punaise... "Get ouuuuut ! Get ouuuut !")

Message
Marco › jeudi 10 juin 2021 - 16:46
avatar

Un docu saisissant, très émouvant et d'une honnêteté frappante. Fortement recommandé que l'on soit fan ou non.

Message
(N°6) › vendredi 2 juillet 2021 - 12:45
avatar

Dans la série "néo-noir avec call-girl" : Klute - Alan J Pakula (1971)

OMG comme on dit. Mais quel film sublime ! Un homme a disparu, un vieil ami et détective privé enquête auprès d'une call-girl à qui il aurait écrit. Ambiance NYC dans les 70's. Disco psychédélique ou atmosphère presque horrifique dans les sous-sols d'un immeuble un peu délabré, c'est moins un thriller finalement qu'un incroyable portrait de femme prostituée (pas nécessairement au grand coeur). Jane Fonda y est totalement géniale, aussi provocante que vulnérable, insaisissable et ambigüe; Pakula lui oppose le masque presque impassible de Donald Sutherland, taiseux posé à la fois fasciné et attentif. Les deux ensemble ont une classe insurmontables (la scène du marché au fruit, d'une telle délicatesse), la mise en scène est épurée (Pakula, pas le style à en faire des tonnes) mais réserve son lot de plans magnifiques, notamment grâce à la lumière contrastée de Gordon Willis et son travail sur les ombres. Ajoutez-y une BO marquante de Micheal Small (ces ambiances, oui, presque de film d'horreur avec les voix féminines, du jazz smooth pour la tendresse et un peu de rock psyché pour les scènes dans les boites) et voilà un truc à la fois atmosphérique et profond qui mérite un statut de film culte. J'aime bien Pakula en général (Les hommes du présidents quand même, et puis son comeback dans les années 90 avec L'affaire Pélican, alors très old-school), mais je m'attendais pas à ça.

Message
(N°6) › mardi 13 juillet 2021 - 01:09
avatar

Dans la série "film d'espionnage" - The Operative - Yuval Adler (2019)

Voilà un bon petit film d'espionnage anti-spectaculaire (anti-Hollywoodien quoi, et parfois c'est pas si mal), un chouia alambiqué dans sa construction à base de flashback et pas toujours hyper tenu sur le script (mais bon on ne refait pas les trois premières saisons du Bureau des Légendes en moins de deux heures), l'histoire d'une femme un peu de nul part (sans pays ni vraiment de père, on se croirait dans une chanson de Véronique Sanson) recrutée par le Mossad pour aller s'incruster à Téhéran. De la part d'un réal israélien, il présente les services secrets de son pays comme particulièrement détestables et brutaux, alors que les iraniens sont montrés sous un jour plutôt lumineux (même si on se doute que c'est pas tous les jours la bamboche, mais ça change un peu). Le film tient complètement sur les épaules de Diane Kruger, vraiment superbe dans le rôle, loin de l'image de la Jamesbonderie ordinaire, plutôt une sorte de pion utilisé par des forces qui profitent d'elle, pas exempte de doutes et d'humanité. Solides seconds rôles également dans les personnages de son référent et de sa cible (émouvante) Fahrad (acteurs inconnus au bataillon pour ma part). Un truc un peu dans la veine de "Espion(s)" de Nicola Saada, qui m'avait bien plu à l'époque aussi. Bonne pioche dans une période cinématographique assez morne.

Message
GrahamBondSwing › mardi 14 septembre 2021 - 22:28

titre de l'image

Empire Records ! Il passait ce soir sur Paramount channel et je n'ai vu que le début, mais j'avais envie d'en parler quand même... Disons tout de suite que ce n'est pas un grand film, je n'oserai surtout pas parler de film culte, mais alors quoi ? Eh ben, c'est la nostalgie de l'époque qui fonctionne grave ! Film de 1995, on était déjà dans la récup de la vague grunge (et ouais, y a un beau poster de Facelift d'Alice in chains sur le mur), tout ça est très léger, certaines scènes sont un peu bizarres, ça sent l'impro parfois, le scénario pas vraiment fini, les mecs s'échangent des K7 de Pink Floyd et Led Zep et s'écoutent Suicidal Tendencies dans la boutique juste pour le plaisir, le patron du magasin de disques laisse beauuucoup de mou a ses vendeurs, les actrices sont épatantes (Lyv Tyler, René Zellwegger, Robin Tunney qui se rase les cheveux au début du film). Voilà, on est très loin de "Clerks" (1994) ou de "Singles" (1992) (très peu de souvenirs de ce dernier en fait) mais y a beaucoup de charme quand même.

Message
Raven › vendredi 17 septembre 2021 - 13:10
avatar

titre de l'image

C'est pas la méga-claque, mais c'est mieux que Stargate, et pour un truc sorti en 2021 ça a réussi à me maintenir sans regarder ma montre pendant 2 heures (après j'avais envie de pisser), avec comme TeneT le petit détail "génération covid" au niveau des respirateurs artificiels et des masques (ah bon, c'est dans le bouquin ?) Visuellement, "ça fait le taf", y a de l'envergure et c'est taillé pour le grand écran, matter ça chez soi n'a aucun sens à moins d'avoir un home cinéma de goret. Le visuel, c'est bien ce qu'il faut en retenir : une énorme succession de pochettes classes. Du gros panorama Saharien avec des croiseurs interstellaires Commac, des esthétiques écolo-nazies, du taliban samourai ninja-"Isabelle à les yeux bleus" et de la bonne sœur tortionnaire. Une sorte de grandiloquence sobre (moins la bande-son tonitruante du gros Hans "Hummer" Zimmer) et d'élégance hyper-révérencieuse s'en dégage, loin du Lynch mais aussi très sûrement à l'opposé de ce qu'aurait fait Jodo. Plus dans la pression sur les épaules du réal transformée en grosse mécanique horlogère, avec des petits (tout petits) moments de vanne hollywoodienne pour pas trop larguer le public Marvel. Mais rien de gênant à ce niveau.

C'est vraiment au niveau visuel que ça marche donc, même si c'est pas dénué d'âme (le côté spirituel est bien là même si tout l'aspect politicomanipulateur que je subodore chez Herbert reste plutôt en retrait), je me suis laisser embringuer par les vaisseaux majestueux, les flashbacks (ce gadget archi-usé dans les blockbusters mais pas trop relou ici). Tout dans des teintes sableuses/rocheuses, forcément. Villeneuve a toujours un peu ce côté "décollement de rétine" niveau photographie, ultra dark post-Mann post-Nolan, on a parfois l'impression d'être dans un étau, mais ça a de la gueule. Le puceau en tête d'affiche s'en sort honorablement... Honorable, voilà, c'est le mot qui m'est resté en tête après visionnage, en précisant que je ne suis ni des connaisseurs-adorateurs du Livre (d'ailleurs y a déjà ce côté Matrix-"Tu es l'Élu" messianico-cousu de fil plus-blanc-que-blanc à l'origine ?), et que je suis peu porté sur la SF, cette fresque New Age Austère m'a apporté de bonnes ondes. Du coup j'en aurais presque envie de me fader ce mégapavé.

Message édité le 17-09-2021 à 13:20 par raven

Message
nicola › vendredi 17 septembre 2021 - 19:42

Le film raconte la première moitié du premier bouquin de Dune (qui n’est pas le plus gros de la série), si j’ai bien tout compris.

Message
allobroge › vendredi 17 septembre 2021 - 21:58

Le bouquin est l'ultima roman de SF au sense of wonder incomparable et l'adaptation de Villeneuve, alias je ponds des chef d'oeuvres comme les poules les oeufs, s'annonce énormissime. Très hate de le voir !