Forums de discussions

Vous êtes ici › Forums de discussionsArts généraux › LES LIVRES QUE VOUS AVEZ LU.

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


LES LIVRES QUE VOUS AVEZ LU.

résultats 1721 à 1740 sur un total de 1755 • page 87 sur 88

Message
Rastignac › vendredi 8 février 2019 - 20:38
avatar

Ah cet atlas je l'ai feuilleté il y a peu, c'est sympa. Je m'attendais à plus de détails quand même, j'étais resté un peu sur ma faim.

Message
mangetout › samedi 9 février 2019 - 13:10

Oui, c'est assez minimal, mais j'aime bien l'objet déjà, il a une bonne tenue en main et aux yeux et les infos glanées ici ou là permettent d'aller plus loin même s'il y a quelques oublis, rien sur l'Archipel des Kerguelen par exemple, bon la nenette qui a écrit la chose est allemande donc les restes d'empire français ça ne la concerne pas trop. Je fais la fine bouche, il y a quand même 50 îles ou archipels recensés. Ne pas oublier que c'est un Atlas, c'est à dire à la base des cartes pour situer des trucs, ici des coins où l'Homme a du mal à y mettre les pieds et à y rester, soit parce que les conditions de vie sont difficiles, soit parce qu'il n'y a pas grand chose pour avoir une raison d'y vivre...

Message
The Dark Dude › dimanche 10 février 2019 - 18:01

Pas assez alléchant?
Le sexe est une thématique qui a inspiré bien des artistes, en particulier, sans doute, dans les genres musicaux qui font le sel de mes modestes mais géniales playlists modestes, géniales, et, mardi prochain, particulièrement osée. De fait, le rock a toujours senti le soufre, et ce depuis les déhanchements suggestifs d'Elvis, et nombre de managers plus ou moins inspirés se sont servis de cet aspect des choses pour faire la une des tabloïds, effrayer le bourgeois, et, faire vendre. Aussi la liste est elle longue de ces groupes dont le patronyme renvoie au bas corporel : je pense bien-sûr aux Sex Pistols, mais aussi aux Buzzcocks aux Revolting Cocks ainsi qu'aux membres (sans jeux de mots) du groupe hollandais Coïtus Interruptus.
"Avant de parler de l'acte lui-même, et de ceux qui s'y adonnent, parlons quelque peu de l'endroit. Le cul, autrement dit le derrière, le fondement, les fesses, le fessier, le postérieur, s'appelle aussi, en langage passe-partout, si j'ose dire, la base, le siège, le ballon, le croupion ou la croupe. En style résolument plus populaire, on dit la raie, le disque, le pétard, le popotin, le tralala, les doudounes, les miches. Plus triviaux, voici le fion et l'oignon, qui s'appliquent plus précisément à l'anus, ou trou du cul, qu'on appelle en abrégé le trou, la percée, l'orifice, et en langage plus recherché l'étoile du soir, le sens interdit, le fruit défendu, le puits sans fond. Il est le ronfleur, il peut être le grognon. En cas de déception grave, il est le zéro." (Les mots et la chose)

Message
saïmone › dimanche 10 février 2019 - 18:18
avatar

Va falloir que je m'intéresse à ce Sorokine.

De Volodine, en fait je préfère Lutz Bassmann. Tellement... "gutsien" (tiens, Sorokine et Bassmann sont publiés au même endroit)

Message
Everlasting › lundi 11 février 2019 - 21:15

En ce moment je m'intéresse à Jacques Abeille, en commençant par le commencement, Les Jardins Statuaires, et ça me plaît beaucoup, c'est très libéré et fluide comme écriture, j'aime ce parti-pris d'abandonner la vraisemblance, les personnages ont une humanité très ouverte et aimable et c'est pas tellement rassurant, et j'en suis juste au passage où, finalement !, une femme apparaît malgré qu'on semble bien être dans une dystopie machiste un peu moyenne, et Abeille se révèle (j'ai écrit réveille d'abord) soigné dans l'érotisme. Bref, ça me plaît bien. Je prends volontiers des infos sur le reste de sa saga (ou autres choses).

De Sorokine je n'ai lu que Telluria (j'ai chopé l'idée d'un Russe barjo sur RYM, puis j'ai trouvé le bouquin en seconde main dans une jolie édition Actes Sud). Qui apparemment est une sorte d'ajout à des livres qu'il a déjà écrit (peut-être une de ses trilogies), et vu qu'il n'y a donc pas d'histoire, ça part dans tous les sens, on est dans une sorte de dystopie rétro-inversée où les Talibans ont gagné une guerre mondiale mais ont été repoussés, l'Europe est redevenue médiévale, la Russie a éclaté, il y a un Mur des classes à Moscou, il y a une drogue qui s'enfonce à coup de marteau dans la tête, il y a un chapitre baroque avec des pénis attachables qui ont des méditations nocturnes dues à leurs insomnies... et j'en passe de nombreux. On comprend aisément que l'absence d'histoire m'ait assez peu dérangée. Je suppute que toute l'oeuvre du bonhomme soit du même acabit, comme a l'air d'être celle de Volodine (à laquelle je retournerai sans doute).

Message
dimegoat › mercredi 13 février 2019 - 08:30

Le Beastie Boys Book est passionnant et richement illustré. Au-delà de l'auto-biographie et de l'anecdotique, c'est toute l'histoire de la scène hardcore et hip-hop vue par des gamins que l'on aperçoit, ainsi qu'une vision d'un New York disparu et de la vie des ados au tournant des années 70/80. J'en suis pile au moment où le rap sort du Bronx pour atteindre la jeunesse blanche de downtown. Fantastique, et pas seulement pour les groupies de mon genre.

EDIT: vraiment génial ce BBB, il y a même des recettes de cuisine et plein de playlists. Un intense mea culpa vis-à-vis de Kate Schellenbach au passage et il est souvent question de weed aussi, surtout chez Ad-Rock.

J'ai commencé la bio de Rex Brown. Comme prévu il a plutôt le beau rôle mais ce n'est sans doute pas si loin de la vérité, au milieu de ces têtes de lard (au mieux) qui jouent avec lui. Il ne fallait pas grand chose pour me convaincre que Vinnie Paul était un gros beauf, cela dit. C'est l'occasion de découvrir un peu ce bonhomme, le plus discret du groupe en public mais qui, au final, était peut-être bien le plus destroy de tous au départ, notamment en matière de stupéfiants. Il se décrit en tout cas bien comme un orphelin fauché et livré à lui-même face aux fils à papa Abbott. Pas étonnant qu'il ait tissé des liens plus forts avec Anselmo qui lui ressemble beaucoup plus, en fin de compte. Un livre pour les fans...pas grand chose d'autre à en tirer...

Message
taliesin › mercredi 31 juillet 2019 - 10:41

La trilogie 'Helliconia' de Brian Aldiss !
Que du bonheur, entre 'Dune' et 'La Compagnie des Glaces' !

Message
Lau › vendredi 2 août 2019 - 14:49

Lecture en cours actuellement "Esthetique de la charogne" d'Hicham-Stéphane Afeissa. Un énorme pavé qui se lit très bien, même sans connaissance poussée en histoire de l'art. A la croisée des arts, de l'histoire des mentalités et de la médecine, c'est très intéressant.

Message
Lau › lundi 23 septembre 2019 - 19:13

C'est pas exactement l'endroit pour poster ça, mais ça intéresse peut-etre quelques uns ici : un lieu dédié aux fanzines, le Fanzinarium, ouvre à Paris vendredi prochain :

Fanzinarium

Message
Glouny › vendredi 21 février 2020 - 12:15

Message
vigilante › samedi 23 mai 2020 - 13:16


La trilogie integrale Fabio Montale de Jean Claude IZZO.
Les polars c'est pas ma tasse de thé. Je l'ai acheté car on me l'a vendu comme un cri du cœur à Marseille, ville entre ombre et lumière (huhu) en perpétuelle mutation, avec son histoire, sa culture, ses contradictions et sa population bien obligée de composer ensemble bon gré mal gré.
Cherchant à m'imprégner de cette toile de fond, puisque j'y habite depuis très peu sans y être jamais allé, j'ai apprécié la visite guidée au sein de ses quartiers car les lieux qui sont décrits existent vraiment (bars, restaurants, ruelles…)
Evocation de ses plaisirs simples, des contacts chaleureux, des ambiances, et inévitablement de ses problèmes sociaux, c'est bien une réalité. Méfiance, racisme, misère, traffics... Ce n'est pas une ville anodine, mais l'auteur sait la rendre tellement attachante en réussissant à nous la faire vivre de l'interieur.
Ce sont les péripéties d'un ex flic brisé, confronté à la mafia, la radicalisation, aux petites combines, à la corruption politique et policière, à l'amour et inévitablement la solitude... Un ensemble de trois romans tendres et réalistes, une tranche de vie. Ce qui compte au delà des intrigues, c'est ce qu'il y a derrière. Marseille a un cœur qui battra toujours pour ceux qui la rejoignent et la font vivre, pas pour ceux qui la quittent.
Alors je suis parti avec comme seul repère ce livre qui a fini de me convaincre et le guide du routard dans mon sac de marin... Je le recommande.

Message
vigilante › dimanche 24 mai 2020 - 09:24


Loin des clichés poupées/zombis/sorciers haineux véhiculés par le cinéma ou les romans de gare, cet ouvrage sérieux propose une découverte de cette spiritualité vue de l'intérieur. Ce qui est assez exceptionnel pour être souligné. Il est écrit par une prêtresse Mambo et non un anthropologue, un ecclésiastique ou un scientifique.
Un chapitre entier est consacré à l'histoire tragique de l'île jusqu'à nos jours, indispensable pour comprendre pourquoi le vodou fait parie intégrante de l'identité de tout un peuple que rien n'aura épargné.
L'auteure détaille une partie du panthéon des fameux Lwas, leur utilité, leur personnalité, et pourquoi toutes ces correspondances avec le christianisme.
Pas de spéctaculaire putassier ici, mais j'avoue que l'explication de certaines cérémonies reste très troublante pour le regard d'un étranger à ces pratiques, et à contrario ce qui s'y passe est totalement bénin (ha ha) pour les membres de la sosyete.
Au final pas une religion magique mais plutôt un mode de vie, une conception différente de la mort aussi, jalousement tenu secret et qui garde encore aujourd'hui son pouvoir de fascination.


Pour les lecteurs potentiels déçus car friands de "sortilèges" pas la peine d'aller plus loin. Ce qui se passe chez nous est déjà bien suffisant pour peu qu'on soit un peu curieux :)

Message
Rastignac › dimanche 24 mai 2020 - 12:12
avatar

J'avais lu la trilogie d'Izzo il y a des années, j'avais le souvenir quand même d'une qualité se dégradant volume après volume, avec le premier Total Kheops au top. Après, c'est un point de vue sur Marseille, ancré dans une période particulière (notamment l'accès du FN aux mairies de Toulon, Marignane et Orange, ainsi que l'arrivée du duo de choc à Vitrolles...) mais c'est quand même une sacrée ville qui m'a bien marquée. Il y a quelques instantanés dans ses livres qui collent un peu aux miens.

Message
Klarinetthor › dimanche 24 mai 2020 - 15:43
avatar

Concernant le voodoo, j'avais lu "Vaudou, un initié parle" (écrit par un occidental marié à une houngan), pas mal mais je suis resté un peu sur ma faim, c'est plus destiné à briser les clichés mais ça va assez peu en profondeur, faudra que je trouve ton bouquin



poussiéreux et passionnant à la fois, la vie de Lomax fils

Message
vigilante › dimanche 24 mai 2020 - 17:25

@Klari : les livres exigeants sur le sujet sont rares parce que les vodouisants font serment de silence je pense.

Message
vigilante › dimanche 24 mai 2020 - 20:17

@Rastignac, ah oui ? Cool, comme quoi... j'ai débarqué à st Charles en y connaissant quedal ni personne. Heureusement que je m'étais assez documenté sur les quartiers/ renseigné où habiter. Ce livre en a fait partie en quelque sorte, c'est la seule image non déformée de Marseille que j'avais. Quand à la baisse de qualité, possible. j'ai l'intégrale en un seul volume, je l'ai lu un peu le nez dans le guidon j'avoue, dans les trains ou dans un sac de couchage à côté d'une bouteille de rhum. Mais j'y ferai plus attention quand je le relirai.

Message
Klarinetthor › lundi 25 mai 2020 - 09:58
avatar

@ vigilante : oui, et aussi pour faire le lien avec Lomax, quand celui-ci est allé recueillir à Haïti, il a trouvé le focntionnement social si complexe qu'il a refusé d'essayer de publier dessus. Donc accès compliqué à cause du silence mais de "barrières mentales" aussi probablement.

Message
vigilante › samedi 6 juin 2020 - 10:18


On parlait de référence exigeante avec Klari, en voila une écrite par un ethnographe. Là on y va vraiment sur les sujets qui fâchent (possession ou simulacre libérateur ?, sorcellerie, rituels détaillés avec précision, Lwas, sens des sacrifices, éthique et histoire du vaudou. Un véritable voyage. On a dit des deux livres que j'ai cité que c'étaient les seuls livres sérieux sur le sujet en français. Je n'ai aucun mal à le croire.

Message
vigilante › dimanche 5 juillet 2020 - 07:48

Les droits pour le ANGEL HEART d'Alan par cœur. Lu d'une traite cette nuit. Ou c'est un peu cheap, ou ce film culte est mieux que le livre. Ou bien les deux. Impossible de ne pas y penser tout le long.
On connait l'histoire, un privé de seconde zone est embauché par un client mystérieux pour retrouver un disparu, et les morts se succèdent alors que l'histoire s'enfonce dans les méandres du vaudou et du satanisme...
Le seul intérêt à mon sens, c'est que l'aspect magie noire avec ses excès est clairement plus détaillé dans le livre. Après je ne veux pas me la péter mais c'est trop facile à lire . Même quand on connait l'histoire. Le talent d'Allan Parker, c'est d'avoir su emmener cette histoire en Louisiane, et de fait cette ambiance inoubliable et poisseuse. Oui je sais elle est facile, tous les films que j'ai vu traitant de cette région dégagent quelque chose de mystérieux et de poisseux.
C'est d'ailleurs dément qu'en France on soit aujourd'hui incapable de tirer une production ciné qui ait sérieusement de la gueule avec la richesse de la culture des Antilles ou de la Guyane ...sans tomber toujours dans les mêmes clichés à la con.
Moi quand je pense True Detective S1, Dans la Brume Electrique, Angel Heart, la couleur pourpre ou même down by law et je vois ce qu'on y propose, je chiale serieux. Ah si, Bonello l'a vaguement fait, pardon.



Et puis Epiphany Proudfoot, sans discussion possible c'est Lisa Bonnet forever <3

Message
dimegoat › samedi 18 juillet 2020 - 20:19

Truc de fans mais c'est les 40 ans de Back in Black donc il était temps que je mette un peu de thunes dans du AC/DC pour fêter ça. Énorme bouquin à faire plier les étagères: le poids des mots et, surtout, des photos.