Vous êtes ici › Forums de discussionsArts généraux › Les films que vous avez vu

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Les films que vous avez vu

résultats 10301 à 10320 sur un total de 10442 • page 516 sur 523

Message
vigilante › mardi 8 décembre 2020 - 18:46

Diva est une perle, un pari esthétique réussi. Quoi quoi manque de charisme, il joue bien ce mec il est crédible. C'est ça un vrai facteur, et je m'y connais, j'en étais un pendant 20 ans et c'était pas bienvenue chez les chtis en banlieue, surtout avec ce qu'on gagnait. Une BO à tomber, de pure moments de poésie, Bobo peut être dans son meilleur rôle de ce que j'en connais...Un film hors du temps, superbe et sans fric.
N°6: -1...faut pas être blasé comme ça, le film ne prétend rien au final, ce sont les médias qui l'ont chié avant de l'encenser (comme d'hab).
Je l'ai vu au moins 50 fois.
Poliche, menottes...prijon !!!

Et 37.2, on en parle ?

Message
(N°6) › mardi 8 décembre 2020 - 19:12
avatar

Je suis pas blasé du tout, merci bien, et je me contrefout de ce que les médias en ont dit à l'époque. La BO est super, en effet, Cosma est génial, comme souvent. Bohringer bohringise.

De ce cinéma 80's as fuck, j'aurai toujours un peu plus de tendresse pour Bulle Caisson. Carax je préfère même pas en parler (et encore moins me taper ses films).

Ceci dit pour voir je me materais bien La lune dans le caniveau, je pense pas l'avoir vu (me souviens vaguement de l'affiche).

Message
vigilante › mardi 8 décembre 2020 - 19:23

Argh je n'ai entendu parler que de la scène d'anthologie de la fourchette avec la drogue :)


Carax j'ai que Brigade des Moeurs, et j'arrive pas à finir le film, que j'ai acheté à un moment d'auto lapidation. Pourtant, le polar vengeur hard boiled c'est mon truc...mais là c'est juste pas possible

Message
GrahamBondSwing › mardi 8 décembre 2020 - 20:58

Hum... Hum... @Vigilante : y a une confusion sur "Brigade des moeurs" , Carax ? plutôt Pécas !
Je pense aussi que notre ami n°6 y va un peu fort en disant que Beneix n'a fait que des daubes... Sur Diva, il a plutôt bien résumé, mais ce qu'il est plus difficile à mesurer aujourd'hui, c'est comment il semblait possible à cet époque de sortir un film un peu zarbi avec quelques acteurs capés faisant confiance à un jeune réalisateur et finir par trouver un public en passant par la case Césars... C'est pourquoi c'est un film précieux. Aujourd'hui, le truc c'est de faire des films coup de poing caméra à l'épaule, style faux docu, avec les 3/4 du casting amateur et les répliques bien savonnées. "Festen" (98) a été une de mes plus grosses claques au ciné de toute ma vie, mais depuis j'ai l'impression de ne voir que des mauvaises copies, à quelques exceptions...

Message
(N°6) › mardi 8 décembre 2020 - 21:19
avatar

"Aujourd'hui, le truc c'est de faire des films coup de poing caméra à l'épaule, style faux docu, avec les 3/4 du casting amateur et les répliques bien savonnées."

Il date de combien de temps ton dernier film "récent" ? :) Ouais, c'était un gros gimmick (à la con, et vazy que je recommence ! J'ai jamais pu saquer les trucs à la Dogma, qui était de leur aveu une bonne grosse pochade d'ailleurs, c'est con que comme tu le dis des palanquées de blaireaux s'y soient engouffré en le prenant au pied de la lettre) de la fin des 90's, mais c'est plié depuis une éternité ça.

Message
vigilante › mercredi 9 décembre 2020 - 07:36

@Graham : hahahaha merde...désolé :)

Message
GrahamBondSwing › mercredi 9 décembre 2020 - 09:17

Effectivement Kechiche (cf. la graine et le mulet, pas vu les autres)...
Sinon une petite liste en vrac :
Bande de filles de C. Scammia (pas vu)
Tous les films de Maïewenn (pas tous vu)
Les derniers J. Audiart (à partir du Prophete : il faisait vraiment amateur Tahar Rahim)
Les misérables de Lajlie
Entre les murs de Cantet

En films étrangers, le premier qui me vient en tête c'est "La séparation"
Alors attention, les films que je viens de citer ne cochent pas forcéments toutes les cases et surtout il y en a pas mal que j'aime beaucoup (la séparation : excellent !) dans ce lot là... Ce que je regrette c'est qu'il n'y a plus beaucoup, ou moins de place pour des films "à la Beneix".

Message
GrahamBondSwing › mercredi 9 décembre 2020 - 10:09

Je vais donner quelques contre-exemples pour anticiper les questions : Harry un ami qui vous veut du bien (ça date, je sais), les combattants de T. Cailley, la plupart des films de Ozon, Feux Rouges de Cedric Kahn... c'est marrant de voir comment ce dernier a évolué : j'ai vu "la prière" récemment et il est déjà un peu plus dans ce côté caméra à l'épaule...

Message
(N°6) › mercredi 9 décembre 2020 - 13:02
avatar

Ah ouais mais moi je pensais au truc strict du Dogme, pas de lights, filmé à l'arrache sans équipe grâce à l'époque à la DV et hop emballé c'est pesé. Là tu me sors Kechiche qui est juste le contre exemple absolu, tournage interminable, image hyper chiadée avec chef-op hyper pro et compagnie. Si c'est juste le truc de la caméra à l'épaule, bah oui certe mais bon c'est beaucoup plus large que le Dogme (moi j'en étais resté là-dessus).

D'ailleurs je déteste cordialement le cinéma de Kechiche (et la personne a la réputation d'être une merde, en plus) tout autant que celui de Maïwenn. J'avais pas aimé non plus Entre les murs de Cantet (faut dire que Bégaudeau, hyper hype dans les 00's était proprement insuportable). Et j'aime pas non plus Audiart post-Un prophète (en plus il m'a saccagé la fin du Bureau des Légendes ce con). Ozon idem, j'encaisse pas, filmeur à gimmick, esthétique dégueux (après j'en ai plus vu depuis près de 10 ans, je me suis assez "forcé"!).

Les films "à la Beineix", je vois pas trop ce que tu veux dire en fait. Pour moi l'héritage de ce cinéma là en fait c'est un peu Caro & Jeunet, et autant j'avais adoré à l'époque, je trouve que ça a assez mal vieilli. Enfin y a mille fois pire, Noé, et là c'est carrément l'enfer, à côté Beineix c'est Bresson...

Message
Raven › mercredi 9 décembre 2020 - 18:40
avatar

En caméra-épaule cliché cinémoche de ces années cannoises made in caniveau, avec en sus la touche "prolo-fashion" qui fait squirter Lescure (tous ces films volontairement moches et tremblotants du "nouveau" cinéma "réaliste" - fin 90's et années 2000 surtout ouais) ce qui me vient direct c'est les frères Dardenne.

Toute la vague post-Blair Witch "found footage" a donné plus de films regardables, avec le recul !

Mais de mémoire Haneke a pas mal donné aussi dans ce style.

Message
(N°6) › mercredi 9 décembre 2020 - 18:59
avatar

Ouais enfin les "found footage", à part Cloverfield c'est quand même le gimmick le plus surfait du monde depuis 15 ans.

Les Dardenne oui, c'est un peu le stéréotype de ce genre de ciné en effet.

Message
GrahamBondSwing › mercredi 9 décembre 2020 - 20:20

Ouais, j'ai failli citer Haneke aussi mais j'avais peur qu'on me dise que c'était n'imp... en fait ça dépend des films...
Ce que j'oppose à tout ça, c'est un cinéma artisanal qui sait poser sa caméra sur un trépied et tenter des paris esthétiques. En fait, je ne sais pas vraiment définir ce que c'est un film à la Beneix, j'ai lancé ça un peu comme ça, enfin c'est assez éloigné de Caro et Jeunet dans ma tête. On parlait il y a quelques jours de Dario Argento et c'est assez marrant justement parce que l'opéra c'est aussi le sujet de "Diva", mais au-delà du thème je vois des connexions entre Argento et Beneix, dans ce goût pour les belles images

Message
(N°6) › mercredi 9 décembre 2020 - 20:41
avatar

Ah vraiment pour avoir beaucoup donné dans le Argento cette année, je vois strictement aucun rapport. Mais aucun.

Haneke, c'est drôle j'ai beaucoup aimé certains de ces films (La pianiste, Caché même si l'idée est un gros pompage, Le ruban blanc) et détesté absolument d'autre (Funny Games aka va te faire foutre Haneke avec tes leçons de morale hypocrites), mais aujourd'hui ça me dirait absolument rien, mais rien, de me retaper des films de ce type.

Message
GrahamBondSwing › jeudi 10 décembre 2020 - 21:10

Loin de la foule Déchaînée - T. Vinterberg (2015)

Neuvième film du brillant Danois. Chapeau à celui qui trouvera un fil conducteur dans son oeuvre, car à mon avis il n'y en a pas. On est sur un mélodrame pastorale XIXe, racontant l'amour impossible entre une jeune et riche héritière (Carey Mulligan : très bien) et un paysan lucide et humble (M. Schoenaerts : Classe Ventura). Assez sombre, mais ça reste pas mal à regarder avec une nana.
Il passe cette nuit sur M6 à 01.20 et c'est assez improbable et rare pour ne pas le rater !

Message
(N°6) › jeudi 10 décembre 2020 - 22:39
avatar

Des enfants gâtés - Bertrand Tavernier (1977)

Etrange film méconnu de Tavernier, qui brasse les problèmes du logement à Paris (on suit une association de locataires en lutte contre leur proprio voyou), une réflexion sur le travail de cinéaste (Piccoli en avatar du réal et Michel Aumont qui ressemble à s'y méprendre à Claude Sautet, en train de bosser sur leur prochain film) et une histoire d'amour très méta (de Piccoli avec la géniale Christine Pascal, avec laquelle Tavernier avait une histoire). On y voit les gens du Splendid (Jugnot, Lhermitte, Blanc) avant les Bronzés, un Paris en cours de modernisation qui chasse les catégories sociales les plus fragiles, une femme forte qui ne se laisse pas mener par le bout du nez par un vieux réalisateur adultère en proie au doute. Autre curiosité, le générique parodique sur ce bon vieux Paname chanté par nul autre que Rochefort et Marielle ! Ça part un peu dans tous les sens à force de trop vouloir étreindre, mais c'est vraiment un Tavernier surprenant, plus intimiste, voire cru, et puis Christine Pascal quoi...

Message
vigilante › dimanche 13 décembre 2020 - 04:38


Je ne sais pas si j'aime ou je déteste. Ce film m'a laissé hagard. C'est prétentieux mais superbe visuellement. Je sais pas, peut être le revoir en étant préparé à quelque chose d'expérimental, de différent avec cette extra terrestre qui évolue de manière clipesque, sans un bruit et sans un mot jusqu'à la poésie de ce final...
Me rappelle un peu quand avec mon ex on se regardait à la fin de Lost Highway en mode..."t'as compris quelque chose toi?"
C'est extrêmement frustrant la branlette, si on est que spectateur.

Message
Raven › lundi 14 décembre 2020 - 23:47
avatar

Par le mec du très recommandable Bone Tomahawk, un direct-to-video (direct-to-streaming ?) tout à fait succulent...

Dragged Under Concrete (S. Craig Zahler, 2019)

Je crois que j'avais pas pris autant mon pied devant un film du genre depuis To Live & Die in L.A. ! Ceux qui ont aimé ce Friedkin, ou Heat, ou encore Assault on Precint 13, y trouveront sûrement bonheur... Le réal a gardé ce goût pour le western, sur le final notamment. Certains trouveront que ça temporise trop (ça dure 2h30 et ça pourrait en faire une de moins - avec un de ces montages speedé-haché-mal de crâne comme on s'en farcit à la pelle dans les films du genre), mais c'est justement ça qu'est bon, et qui contribue beaucoup au charme nonchalant et "old school" de ce film, façon pur cinéma de daron, jamais surligné vulgairement (même si ça démarre de façon un peu raide et qu'il faut s'y acclimater), plutôt entretenu par ce pas félin - à la Jackie Brown un peu - et par la violence très sèche et l'humour à froid entre Vince Vaugh et Mel Gibson qui instaure un truc spécial, accrocheur sans aucun tapage.

Non vraiment, je m'attendais à rien de spécial, et j'ai surkiffé.

Message
Shelleyan › mercredi 16 décembre 2020 - 22:41
avatar

Je viens de regarder 'NICO, 1988'...C'est...Je ne sais pas quoi dire, bouleversant, dur de trouver les mots. Je pense que c'est un DVD que je materai souvent. C'est troublant je crois tant d'intimité avec cette femme, derrière le portrait glacé.

Message
(N°6) › vendredi 25 décembre 2020 - 16:34
avatar

Bad Santa - Terry Zwigoff (2003)

Meilleur film de Noël jamais.

Proverbe du jour "Fais un voeux dans ta main, chie dans l'autre, tu verras celle qui se rempli le plus vite !"

Message
Rastignac › vendredi 25 décembre 2020 - 17:24
avatar

Le happy end est un peu trop happy quand même.