Vous êtes ici › Forums de discussionsMusiques sombres & expérimentales › Les concerts auxquels vous avez assisté

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Les concerts auxquels vous avez assisté

résultats 681 à 700 sur un total de 841 • page 35 sur 43

Message
(N°6) › dimanche 11 février 2018 - 11:40
avatar

J'ai du googler car le nom du mec me disait rien mais j'ai vite compris (et me suis souvenu). Désole, c'est entièrement de ma faute. :)

Message
(N°6) › vendredi 23 février 2018 - 23:23
avatar

Zombie Zombie @Iboat - JuppéCity.

Ben pour un groupe avec une telle réputation, c'est un peu rien. Ca tourne complètement à vide les trois quart du temps. Deux batteries, c'est une de trop pour faire un truc aussi creux. Ca chichite pas mal du coup (Cosmic Neuman fait des bruits, mmkay), y a du gimmick (de clavier, de voix) en permanence au point que c'est un peu la fête foraine, mais aucune réelle atmosphère (c'est que de la citation, on va pas leur reprocher d'être des geeks, mais enfin...). Et puis quand ils donnent dans le Neu-tribute band, c'est chiant, y a pas d'autre mot. Quand ils font de la techno mais avec des instruments, ça décolle pas. C'est pas le tout de se la donner à la batterie, faut encore avoir des beats, des mélodies... Alors parfois, il arrive que ça prenne un peu, parfois quand Jaumet (qui a l'air sympa mais prend trois plombes entre chaque morceaux, préparation zéro on dirait) sort son saxo. Mais enfin l'ennui m'a très vite gagné et n'est que très peu reparti. Peut-être j'étais juste de mauvais poil, mais j'ai quand même l'impression d'un truc où les musiciens s'amusent plus que le public, ce qui est toujours problématique.

Message
Jean Pierre Moko › samedi 24 février 2018 - 10:41

Groupe sans interet en effet, quand je les avais vu il n'y avait qu'une seule batterie, un hipster arrogant. Le type au synthé a l'air plus sympa, mais leur musique est nulle (en concert en tout cas, jamais écouté sur disque)

Message
(N°6) › samedi 24 février 2018 - 10:57
avatar

Je pense que Jaumet tout seul, c'est bien mieux (j'avais bien aimé de ce que j'avais entendu de lui sur ses deux albums solo d'ailleurs).

Message
Scissor Man › samedi 24 février 2018 - 11:07

Jaumet tout seul ou bien accompagné ; je garde un très bon souvenir d'une performance avec Pinhas au festival BBmix d'autant que Jaumet joue aussi du saxo, un duo assez tellurique de mémoire.

Message
Jean Pierre Moko › dimanche 25 février 2018 - 14:59

oui, je suppose que le duo avec Pinhas doit etre mieux. Prof de philo hirsute > hipster à moustache. Ils ont fait un disque ensemble, pas écouté

Message
Klarinetthor › vendredi 6 avril 2018 - 02:42
avatar

Baba Zula - FGO Barbara, 3 avril 2018



Une salle bien garnie pour accueillir les stambouliotes de Baba Zula, concert complet, on respire mais il fait quand même déja bien chaud à l'intérieur. Baba Zula occupent bien la scène mais sont réduits à leur quatuor central, un darboukiste (dont le nom m'échappe), Levent Akman derrère le claviers bidouille et la batterie, Pariklis Tsoukalas à l'oud electrique (celui qui fait l'intro d'un morceau du dernier Voivod, Target, toujours à l'oud), et Murat Ertet au saz. Point de chanteuse, de chanteur, d'invité, de danseur-ses. Point de producteur dub. Hél(l)as. Le groupe se recentre sur son rock anatolien, étire ses morceaux, et joue avec son audience; au milieu du public, puis en l'exhortant à lever le poing sur le "classique" Hopçe. Le discours politique est essntiel, inévitable, mais aussi un peu pataud; à des années lumières de ce qu'une autre stambouliote a pu dire au printemps dernier. Un autre morceau reconnaissable, le dubesque Küçük Kurbağa de la fin du dernier album 34 Oto Sanayi. Le reste restera rempli de mystère. Une partie de la magie du groupe réside dans ses ambiances variables (musiques de film ou théatrale entrecoupées, coupées montées décalées, le Bosphore au couchant, ex(r)otica al'orientale, dub anatolé...) et ses invités-collab délicieux (Brenna McCrimmon, Selim Sesler, Mad Professor, elena hristova, Melike Sahin, Alexander Hacke, Fatih Akin,...). J'en attendais peut-être trop. du public aussi, répondant à moitié et bien plus typé "rock" qu'adapté au concert - rien à voir avec le public parsemé mais ému aux larmes pour Gaye Su Akyol l'an dernier. Sentiment mitigé du coup, content de les avoir vu, mais un peu déçu de ne pas les voir atteindre le niveau des albums.

Message
(N°6) › vendredi 6 avril 2018 - 11:22
avatar

Ca me rapelle un peu la fois où j'ai vu Calexico, dont j'étais vraiment très fan, mais sans orchestre mariachi, sans les bidouillage (dub aussi, tiens) et les instrumentaux. Mais je crois que ça tient tout bêtement à des problèmes économiques, pas les moyens d'amener tout le monde pour un one-shot ici. Le manque de voix féminine devait faire bizarre quand même, ça fait parti de leur son.

Message
Klarinetthor › vendredi 6 avril 2018 - 13:22
avatar

entièrement d'accord notamment sur ce dernier point; surtout maintenant que j'ai un bon aperçu de leur disco. Hopçe est tellement ultime sur Gecekondu, avec son pont (hum...) simple mais incroyablement efficace.

Message
TBsq › samedi 7 avril 2018 - 22:00

Vu à Rennes au Termnius, Urge, un groupe de free jazz/grindcore/noise, guitare/sax/batterie, des mecs au bord de la syncope qui ont l'air de jouer leur vie à chaque note. 1h qui a semblé durer 10min. Jamais vu des gars aussi passionnés de ma vie je crois. Je recommande chaudement!

Message
Klarinetthor › dimanche 8 avril 2018 - 02:34
avatar

Cool!

Message
Dioneo › vendredi 22 juin 2018 - 01:46
avatar

J'en remets une couche à propos de Urge - dont cause TBsq plus haut : ce groupe DÉFONCE en concert ! Vus y'a quelques semaines au Noisefest #6 (à Zoro, squat de Leipzig), où ils avaient été greffés tardivement, même pas imprimés sur l'affiche... Grosse déferlante, les mecs effectivement à fond, le batteur particulièrement impressionnant, avec ses respirations préparatoires juste avant qu'ils se lancent tous simultanément - même pas, surtout pas de coups de baguettes, entrée directe dans le son en furie. Une sensation proche de celle que m'avait flanquée le concert de Dead Neanderthal il y a quelques années au Périscope pour le Gaffer Fest. (Et presque autant effet-surprise - on avait un peu causé au gratteux avant mais il avait préféré en dire le moins possible pour que ça nous cueille d'autant plus... Eh ben touché !).

Message
(N°6) › dimanche 24 juin 2018 - 11:39
avatar

Festival Relache au Square Dom Bedos à JuppéCity

Ben c'était sympa Nebula (tiens, ils sont au Hellfest aujourd'hui). Eddie Glass ressemble à Louis Bertignac, et si c'est du gros riff avec parfois une touche heayvy-psych bluesy c'est quand même plus subtil que les premiers stoner en série venus. Quant ils balancent In The Center, tu sens bien les secousses.

Ceci dit, petite claquouze devant le retour des vieux cramés de Thee Hypnotics, c'est vraiment la grand messe garage rock, Jim Jones est ce qu'on appelle un frontman comme on en fait plus, sacré coup de pelvis. Une fois passé le côté un peu trop "célébration du rock'n roll" dans l'attitude qui perso me laisse un peu pantois au dbéut parce que je suis un type sinistre sur les bords, on se laisse embarquer et c'est peu dire qu'on part loin, très loin, très très loin. Ils n'ont pas volé leur nom, l'acide coule dans tes oreilles. C'est dans les vieilles marmites qu'on fait la meilleure soupe psychée.

(et du coup j'ai abandonné Man or Astro Man ? après deux morceaux seulement, ils jouaient deux fois plus fort que les autres et malgré leur présentation riolote, j'ai trouvé que ça faisait un peu bourrinage après les deux groupes précédents, une bouillie sonore pas très finaude. J'étais fatigué et content, repus soniquement après la déflagration Thee Hypnotic, donc j'ai laissé les astronautes surfer punk à leurs affaires, une prochaine fois peut-être. Pour 5 balles, plus les bières pas chères, la soirée était largement satisfaisante)

Message
(N°6) › mercredi 10 octobre 2018 - 23:46
avatar

Jean-Louis Murat, le seul type au monde qui peut au cours d'un seul et même concert, professer son amour pour Anne Sylvestre ET Kendrick Lamar.

C'était cool, un peu en rodage au début (deuxième date de la tournée), des morceaux piqués un peu partout, le bonheur très inattendu de réentendre "Ami Amour Amant", un fabuleux inédit, "Peine", qu'il n'avait pas l'intention de jouer (d'après Jocelyne, big up, fidèle au poste du stand depuis 19 ans), plaisir de recevoir aussi dans la gueule un excellent "Les jours du Jaguar" ("On peut la jouer quand même, celle-là, non ?" demande-t-il à son crazy-horse perso, Jimenez/Reynaud), ainsi que quelques unes de mes favorites, "Les voyageurs perdus" et "Mousse noire", de Tristan, et "Il neige", de Toboggan. Les nouveaux titres passent crème, même si il en a finalement peu joué, l'avantage d'avoir 30 ans de parcours et presque autant d'albums au compteur, c'est qu'il y a de quoi faire, surtout vu le niveau global de la production : "L'amour qui passe", "La maladie d'amour", "Over and Over", autant de morceaux vraiment bien retravaillés comme un bon artisan, assis sur sa chaise, avec parfois des effets de filtres dans la voix. Je ne pensais pas revoir l'animal sur scène, c'était agréable de le voir en forme à 66 balais.

Message
Rastignac › jeudi 11 octobre 2018 - 08:00Rastignac est en ligne !
avatar

je le vois à Clermont, je ne sais à quoi m'attendre... bon, ça va alors ?

Message
(N°6) › jeudi 11 octobre 2018 - 10:17
avatar

Vaut mieux ne jamais s'attendre à quelque chose de sûr avec le brenoÏ. Moi je l'ai trouvé en forme, meilleur au fil du concert. Il a joué plus d'une heure et demi, il a causé un peu. Guitare/basse/batterie + un clavier pour lancer un beat et des filtres au rappel. De toute façon, à Clermont ça doit être un peu particulier quand même, a-t-il fait seulement un mauvais concert là-bas ?

Message
A.Z.O.T › mardi 16 octobre 2018 - 16:38

The Necks hier soir aux instants chavirés, avec 2 sets de 45 minutes entrecoupés d'une pause. Le premier set s'est construit tout doucement autour de 3 notes de basses pour prendre de plus en plus d'ampleur, notamment par le piano, d'abord discret puis finissant par prendre toute la palce à coup d'accords martelés. Le deuxième set était plus incisif, construit autour d'un sample de ce qui semblait être une brosse à dents, accélérant de plus en plus. Très très bien, et ca m'a permis de régulariser les premiers albums que je n'avais point.

Message
(N°6) › mercredi 17 octobre 2018 - 00:58
avatar

La saison des concerts gratuits se poursuit à JuppéCity, après avoir revu la bande de Catastrophe la semaine dernière dans la cour Mably dans le cadre du festival du film indépendant (cette fois Blandine et l'autre chanteur dont le nom m'échappe ont mangé les peurs du public, sous forme de petits papiers, et sinon c'était toujours aussi foufou), soirée sous le signe de Total Heaven (le disquaire incontournable de la cité) dans un très zoli chapiteau en bois sur les quais, un cadre vraiment cool, avec Chocolat Billy et JC Satàn.

Les premiers sont des locaux qui au début m'ont paru sympatouille, puis la sauce a bien pris et j'ai vraiment goûté leur post-punk surf aux épices sub-saharienne (non mais à un moment, ça m'a fait pensé à du Gâtechien qui aurait mangé Tinariwen), ils m'ont un peu évoqué (en plus rigolos et moins impro je pense) les turcs de Hayvanlar Alemi.

Les autres viennent de La Réole (si, c'est possible) et bordel ça dépote bien d'entrée et ça lâche pas le morceau, du gros gros son avec de gros gros riffs, balancées dans une zone floue entre le punk et le stoner parfois (une limite qui n'en est pas une d'ailleurs, historiquement). La voix de Paula (j'ai pas identifié d'où vient son accent, mais ça lui ajoute un charme certain) surfe bien sur la chape, c'était bien énervé et noisy dans la mélodie, depuis le temps que je vois trainer ce nom, l'expérience live m'a bien plu.

Je ferai bien la pub pour Altin Gün la semaine prochaine, mais c'est complet déjà. Alors sinon les gustiens, y a aussi Yob qui joue au Rocher de Palmer, mais tout le monde est déjà au courant semble-t-il.

Message
Lau › lundi 22 octobre 2018 - 12:30

J'étais samedi au concert des Tétines Noires au Petit Bain.
Ils ont joués des titres de leurs 3 albums, mais contrairement au dernier concert parisien au FGO Barbara, là, ils ont plutôt axé le concert sur des deux premiers albums (personnellement j'en étais ravie).
C'était vraiment un très bon concert, l'heure et demie du set est passée a une vitesse folle. Ils sont très doués pour créer une ambiance dada/batcave/bizarrement enfantine. Le groupe a beaucoup de présence sur scène (et l'homme-objet waw !).
Il y a eu quelques petits soucis de son au début, mais dans l'ensemble c'était correct.
Comme je suis très fan des Tétines noires, mon avis n'est pas nécessairement objectif, mais leurs deux concerts ont été les meilleurs que j'ai fait cette année.

Message
Dun23 › lundi 22 octobre 2018 - 16:41

Concert gras l'autre jour au Glazart: Elder en tête d'affiche et puis 3 autres groupes inconnus de votre serviteur.
Malheureusement pas pu voir beaucoup de Ancestors, ç'avait l'air sympa.
Sasquatch (c'nom) en second, autant dire que le nom correspond à la musique, c'est gras, lourd, pas bien fin mais ça le fait quand même bien sur scène.
Wo Fat, Wikipedia me dit que c'est un grand méchant de la série HawaÏ 5-O mais là, ce sont des Texans pur jus, stetson sur le crane mais pas pendant le concert, ça coute cher ces machins et le risque de le voir voltiger est grand, parce que là, dans le genre, ta tête, elle fait un mouvement affirmatif en rythme pendant tout le show. C'est comme ça qu'on voit que c'est bien et que c'est plus finaud aussi que ce que leur origine géographique laisserait supposer.
Elder en fin, en boss, en patrons, concert énorme. Évidemment, faire des albums qui tuent aide bien, faut dire.

Sinon, Winston McAnuff et Fixi aux Deux Pièces Cuisine (c'nom) au Blanc-Mesnil (c'nom): je n'en attendais pas grand chose, j'accompagnais quelqu'un faut dire et la première partie, les Basstards (c'nom, vachement bon en fait, si j'ai bien compris), m'a bien bien incité à aller boire une bière. 2 basses, c'est cool (le singe blanc) mais quand on se contente juste de jouer en alternance la même ligne de basse, c'est bof. quand en plus, on ne sait pas chanter, et bien, voila, quoi. Après, c'est donc peut être le contraste assez violent entre ce groupe et la tête d'affiche mais n'étant absolument pas porté sur le reggae, je me suis surpris à vraiment kiffer. Peut être parce que ce n'est pas vraiment reggae au final.
Après vérif, Basstards, ça existe mais c'est pas ce que j'ai vu. Du coup, je sais pas.