Vous êtes ici › Forums de discussionsMusiques sombres & expérimentales › Les concerts auxquels vous avez assisté

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Les concerts auxquels vous avez assisté

résultats 201 à 220 sur un total de 842 • page 11 sur 43

Message
Klarinetthor › mardi 12 novembre 2013 - 16:53
avatar

tu peux toujours donner les numéros gagnants

Bon et je ne me moquerai plus de Yog, mon compte rendu de concert venant d'etre effacé par l'extinction de mon ordi.

Je la ferai courte : Zhol + Chromb + Mombu à l'espace B jeudi dernier. Affiche très cohérente, 3 groupes jazz fusion afro math zouk aussi bons les uns que les autres. Super soirée.

Message
yog sothoth › mardi 12 novembre 2013 - 17:36
avatar

Tiercé gagnant : Convulse, Demigod et Dead congregation pour la grande scène, Venenum, Krypts et Void of Vomit sur la petite.

D666 j'étais content de les voir mais objectivement, ca ne m'a pas retourné malgré une setlist de folie.

Du coup j'ai cité tous les groupes que j'ai vu quasiment... Déception pour Antaeus avec des morceaux méconnaissables du fait du son assez brouillon alors que c'était très bon tous les autres groupes, et je n'ai pas vu Necroblood, Ritualization, Temple of Baal et Proclamation, voilà).

Le public était très sage sinon, ce qui fait rigoler quand on voit des types sur le FB du fest s'autoproclamer public le plus sauvage d'europe :)

Message
kranakov › jeudi 14 novembre 2013 - 10:06

Concert STOCKHAUSEN hier à la Cité de la Musique, le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg sous la baguette de François-Xavier Roth, pour un programme des plus cohérents et attrayants :

- "TRANS" (jouée deux fois comme exigé par K.S.), tétanisant. L'étrangeté du dispositif (ouverture des rideaux, lumière rose, pupitres autres que les cordes invisibles, distribution "dramatisée" des soli…) en rajoutant dans l'impression d'étrangèreté de la musique ;

- "BASSETSU TRIO" en création française : clarinette, trompette et trombone dialoguant et évoluant en une étrange chorégraphie les emmenant jusqu'à l'extérieur de la salle de concert, les seules résonances de leurs instruments et du lieu nous parvenant encore ;

- "MENSCHEN HÖRT", sextuor vocal de haute volée, aux ambitions cosmiques. Chaque chanteur y est une planète, les voix réverbérées depuis les coursives de la salle de concert viennent nous évoquer les mouvements célestes ;

- "UNSICHTBARE CHÖRE", pièce électronique d'une cinquantaine de minutes, diffusée dans le noir et en multi canal. L'impression d'enfin comprendre le choc qu'a pu représenter l'écoute de musique électronique ou électro-acoustique dans les années 50-60. Primitif et élégiaque à la fois.

Un moment d'autant plus mémorable qu'il se pourrait bien qu'il s'agisse d'un des derniers concerts de cet Orchestre symphonique de la SWR de Baden-Baden et Fribourg-en-Brisgau menacé de fermeture à l'orée de 2016.

Chose d'autant plus dommageable que cet orchestre est un des plus actifs dans le domaine de la musique "contemporaine", partenaire de nombreux compositeurs, créateur de nombreuses pièces historiques ("LE MARTEAU SANS MAÎTRE", mais aussi BERIO, LIGETI, STOCKHAUSEN…). La décision de la SWR de le fusionner à l'orchestre de Stuttgart contribuerait à mettre en péril la création musicale d'aujourd'hui.

Si vous êtes curieux et prêt à le soutenir :

http://www.stiftung-so.de/fr/votre-contribution.html

Message
Arno › jeudi 14 novembre 2013 - 11:29

C'est toujours triste un orchestre qui s'arrête... Mais pour l'anecdote, c'est assez rigolo de savoir que F-X Roth a rompu son contrat avec l'orchestre de Liège après un an pour aller diriger Baden Baden...

Message
Klarinetthor › samedi 16 novembre 2013 - 00:23
avatar

Conf report sur la scène UG suisse 80s (avec Alain Croulalian journaliste et ex des Maniacs, Franz et Bernard des Young Gods et Lurker Grand, qui a sorti plusieurs bouquins sur la scène suisse):

ça a commencé dans le bordel avec un petit quiz de Lurker Grand assez peu accessible aux gens lambdas du public (seul un mec ecrivant lui-meme sur la scèce de Genève et ses amis sont capables de répondre). Et puis ensuite le propos se calme un peu et on apprend plein de choses sur l'année 0 de la scène alternative (apparemment le concert de Bob Marley en 1980 qui est suivi d'émeutes à Zurich; l'autre gros moment chaud et mémorable des années plus tard sera un concert des Bérus, meme résultat). Si une partie du propos porte sur des choses partagées internationalement (le DIY, la révolte), certaines sont plus spécifiques à la suisse, pays encore à l'écart des scènes artistiques à l'époque (Paris, NY, l'Angleterre, Allemagne) et dont la crédibilité n'aide pas ses groupes (les succès de Yello et des Young Gods). Les milieux artistiques boudent les énergies locales pour écouter de la no wave bien américaine et les exemples de Yello et des Young Gods montrent qu'il leur a fallu oser tourner aux US et en Angleterre respectivement pour ensuite convaicre le public chez eux.

Une conf très riche et suivi d'une playlist accompagné de montages vidéos bien croustillante (Stefan Eicher, Young Gods, Liliput et Platza bien bon que je ne connaissais pas,...).

Par ailleurs, il y a une expo de photos de Catherine Ceresole toujours au centre culturel suisse, avec des photos de son séjour newyorkais (photos de la scène no wave et un peu post-hardcore à la fin) et également pris en suisse à son retour en 91. Avec en petit bonus un jukebox au centre de la salle avec une playlist d'une vingtaine de titres de cette période (NY surtout), concocté par son mari Nicolas Ceresole; vous n'avez plus qu'à mettre Raping a Slave des Swans, Diabolus in Musica de Foetus, ou bien DNA, Don King,... et apprécier les clichés.

Message
Klarinetthor › samedi 16 novembre 2013 - 23:41
avatar

Il n'y a que moi qui écrit ici, c'est un peu comme un blog en fait...

Donc oui, après une première partie dubstep on va dire (l'occasion de converser avec un membre actif de la scène noise parisienne - orga et groupe), les Young Gods rentrent à deux pour la première ; ensuite il y aura le batteur jusqu'au bout. On a le droit à l'éponyme et le L'eau rouge, comme promis; avec cette chanson titre de l'Eau rouge mutilée mais qui sera reprise en version plus longue pour un dernier rappel. Le concert est passé bien trop vite, avec un son bien puissant qui ne peut que me rappeler mes expérience avec NIN et Treponem Pal (j'imagine que Ministry, c'est la meme), et un public plutot chaud. Du tout bon.

Message
docteur.justice › dimanche 17 novembre 2013 - 00:19

magma a ozoir avec janik top, comme a chaque fois qu'ils passent en banlieue son dégueu et pas assez fort. Pas super en place top, mais plaisir du répertoire de futura kontar zombie...

j'irais les voir a chaque fois qu'ils passent

Message
Klarinetthor › dimanche 17 novembre 2013 - 23:44
avatar

The Ames Room (Clayton Thomas/Will Guthrie/Jean-Luc Guionnet) au Rigoletto. Concert - ou plutot tentative de concert - de free jazz impro en trio classique contrebasse/batterie/Sax Alto. On a eu le droit à 10-15 minutes bien débridées, puis interruption par les flics accompagnés de l'amicale anti-bruit de la copropriété du 33X rue de Belleville, autant dire une troupe plutot nombreuse et pathibulaire.

Message
A.Z.O.T › mardi 19 novembre 2013 - 01:44

Ryuichi Kurokawa + Dinos Chapman + Laurel Halo + Electric Indigo en ouverture du némo festival au 104 :

Tous les concerts étaient accompagnés d'un projection vidéo de l'artiste cohérente avec son set, on attaque donc par le plus gros ryuichi kurokawa, sorte de ryoji ikeda moins porté sur le binaire et les chiffres, mais plutôt sur la nature et l'humain avec pourtant les mêmes gimmicks. Une grosse déflagration visuelle et sonore de 50 minutes. Bonne découverte

Dinos Chapman, quand un des gros artistes anglais se mets à l'electro, ca donne un truc pas génial, surtout quand le sieur ne maîtrise pas très bien son mix. Parti prendre l'air et essayer de ne pas rentrer dans l'expo où il y avait 30 min de queue.

Laurel Halo, pas mal, moins prise de tête que les deux précédents, plus hippie dans la démarche, mais pas forcément hyper prenant après les deux sieurs passés après.

Enfin la DJ autrichienne est venue clôturer la soirée, avec de la musique efficace et sans prétentions, pour re-remplir la salle vidée avec de jeunes adolescents vigoureux. Elle était le bien venu pour finir la soirée.

Du monde pour metz mercredi ?

Message
kranakov › mercredi 20 novembre 2013 - 11:26

CAVE & THE BAD SEEDS

Zénith - quelle horreur - et première fois que j'écoutais CAVE live.

Public conquis d'avance à la veulerie écoeurante. Fervents lecteurs versaillais de Télérama juste derrière moi.

Un effroi : tout débute par le pourrissime "KNOW WHO U R". Variétoche de casino. Salle en liesse.

Déjà passablement aviné, je me dis qu'il est peut-être préférable de partir maintenant avec mon alcool ne termine de me misanthropiser. Commence alors "JUBILEE STREET" plutôt beaucoup mieux que l'infâme musique d'ascenseur de la version studio.

Le groupe est en place - sans brio ou fantaisie - autre que celui qui va devenir rapidement l'objet de mon ressentiment : un Warren ELLIS exubérant et pathétique qui s'attire les applaudissements du public et laisse dans l'ombre le reste des BAD SEEDS.

CAVE est sur le fil ru rasoir (rock-starissime quand il se penche vers les premiers rangs pour se faire toucher par un public d'attardés mentaux ; presque cool quand il bondit tel un kangourou goguenard et dépressif). Surprise de le voir tout de même en forme. Plus vieux que Lanegan et pourtant tellement moins usé. Il a dû arrêter de se camer il y a un putain de bail…

Le concert alternera entre rock syncopé bandant, pas aussi crépusculaire que certains auraient pu le souhaiter, mais moins lamentable que ne le laissait redouter le ravage des années ("TUPELO", "RED RIGHT HAND", "FROM HER…", "HIGGS BOSON BLUES", "STAGGER LEE" évidemment) et lamentables soupes pour quinquas sourdingues et vaseux (vous les connaissez très bien ces nombreux titres péraves qui pullulent à travers la discographie du bonhomme…).

1h50 de show rappel compris - et une bonne quarantaine à sauver...

Message
NevrOp4th › mercredi 20 novembre 2013 - 12:24

Et Beh, pas tendre ton ressentis.

Dommage que le père Nick ai dissolus Grinderman. Un petit regret de ne pas avoir vu le groupe pendant qu'ils étaient encore actif.

Message
kranakov › mercredi 20 novembre 2013 - 13:38

@ NevrOp4th :

Regret partagé pour GRINDERMAN. Même si ça aurait voulu dire se farcir encore ce blaireau de Warren ELLIS…

Dire que j'aimais les premiers DIRTY THREE...

Message
Arno › jeudi 21 novembre 2013 - 03:41

Roméo et Juliette de Gounod à l'opéra de Liège avec Annick Massis. La meilleure chanteuse française (que les français n'aiment pas). C'est lamentable. Elle fait une immense carrière internationale, et c'est à peine si on l'entend en France. Le Grand Opéra à la française est un genre qui a vieilli, mais la musique de Gounod est mangnifique. (Je ne pensais pas dire ça un jour, moi qui n'aime pas tellement Faust.)

Message
NevrOp4th › jeudi 21 novembre 2013 - 11:40

Tiens ton com arno me fait penser à cette article :

http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2013/11/15/ce-franzose-qui-creve-l-ecran-allemand_3513723_1616923.html

Message
kranakov › samedi 23 novembre 2013 - 12:11

AIRBOURNE hier à l'Olympia - après les sets poussifs de CORRODED (Suède) et BLACK SPIDERS.

90 minutes orgasmiques.

Vive la bière. Et le slam !

Et les filles les nibs à l'air.

Message
kama › mercredi 27 novembre 2013 - 15:38

Quelqu'un est allé voir les Pretty things? Ca vaut quelque chose encore?

Message
kranakov › vendredi 29 novembre 2013 - 14:19

Lydia LUNCH avec RETROVIRUS à la Java hier soir.

Groupe de bonne tenue (Weasel Walter des Flying Luttenbachers à la gratte, Algis Kizys des Swans à la basse et Bob Bert de entre autres Sonic Youth, Pussy Galore, Chrome Cranks et Knoxville Girls à la batterie).

Setlist best of sympa ("Red Alert", "I Woke Up Dreaming", "Love Split With Blood", "Ran Away Dark", "3x3", "Afraid Of Your Company", "The Gospel Singer", "Mechanical Flattery", "Burning Skull" et "Black Juju"). Ce sont évidemment les morceaux composés par Rowland S. Howard qui sorbent du lot même s'il est plaisant d'entendre deux chansons de TEENAGE JESUS AND THE JERKS.

Surprise bonus pour votre serviteur : Lydia (la dévoreuse d'hommes misanthrope) est devenue une icône queer...

Message
(N°6) › vendredi 29 novembre 2013 - 14:23
avatar

J'ai failli venir. Comme toujours, failli. Et la première partie ?

Message
kranakov › vendredi 29 novembre 2013 - 16:03

Les insignifiants DEMIE MONDAINE nous ont infligé un set d'une très grosse demie heure aussi poussif qu'à l'accoutumé.

Si le groupe est plutôt carré - ce qui, à bien y réfléchir, est de plus en plus rare pour un groupe de rock français - la chanteuse tutoie le ridicule d'une façon qui aurait bien à sied à cette brave Odette de la même "frange".

Songwriting basique, mais efficace, avec section rythmique séduisante et une guitare affûtée.

… en fait c'est elle qui plombe tout … tout le temps ...

Message
(N°6) › vendredi 29 novembre 2013 - 17:29
avatar

Mmkay... J'avais vu des vidéos du groupe, le côté Cantat-au-féminin du chant m'avait pas donné envie...