Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › MERRIMACK - Interview avec Terrorizt (chant)

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Merrimack

MERRIMACK - Interview avec Terrorizt (chant)

par Nicko › mercredi 16 septembre 2009


Style(s) : metal extrême / black metal

1/ Salut Terrorizt , sois de nouveau le bienvenu sur Guts Of Darkness, ta dernière interview remontant maintenant à plus de 8 ans ! Te voilà maintenant chanteur de Merrimack depuis quelques années. Peux-tu nous raconter le parcours du groupe depuis ton arrivée ?

Terrorizt : Il s'est passé tellement de choses... Par où commencer? C'est à l'époque de mon arrivée et celle d'EsX (guitare), que le groupe a trouvé une nouvelle cohésion, une dimension bien plus efficace. J'ai l'impression que le groupe a vraiment commencé à exister à ce moment-là. Rien de vraiment lié à notre arrivée, c'est principalement du au fait que celle-ci correspondait à la sortie du premier album et donc aux premières opportunités sérieuses. Les choses ont commencé à s'enchainer à un rythme bien plus soutenu et nous avons donné plus de concerts, dans de meilleures conditions, sur de bien meilleures affiches. Nous sommes partis en tournée pour la première fois avec Krieg (US) à travers l'Europe de l'est en 2003; puis avec Inquisition (US) pour une tournée européenne classique en 2005. Nous sommes partis enregistrer le deuxième album du groupe « Of Entropy and Life Denial » au Necromorbus studio à Stockholm en 2006, et avons connus de gros problèmes pour aller promouvoir l'album sur scène. Toutes les tournées prévues ont été annulées les unes à la suite des autres et je pense que ça a malheureusement eu de grosses conséquences, l'album n'ayant du coup pas eu l'impact escompté. Nous avons néanmoins continué à donner quelques dates ici et là, mais rien d'énorme. Ce petit passage à vide est aujourd'hui bel et bien derrière nous, nous avons repris l'avion pour la Suède et y avons donné naissance à « Grey Rigorism » qui aura la chance d'être bien mieux défendu que son prédécesseur. Il est aujourd'hui très étrange de regarder en arrière et de voir le chemin parcouru. Mais il reste encore beaucoup plus à faire.

2/ Cela fait 15 ans que Merrimack existe. Comment expliques-tu que vous n'en soyez seulement qu'à votre 3ème album, "Grey rigorism" qui doit paraitre en ce mois de septembre ?

Terrorizt : Le line-up du groupe a quasiment changé du tout au tout entre l'enregistrement du premier album (« Ashes of Purification ») et sa sortie. Il a fallu que les nouveaux membres s'adaptent et apprennent les morceaux. Pour résumer, il a fallu que Merrimack s'approprie le nouveau personnel. Ça a pris du temps mais ça en valait largement la peine car ce nouveau noyau dur (moi + Perversifier + Necrolith + EsX) est très solide a défini l'identité de Merrimack, celle que vous connaissez aujourd'hui, loin des balbutiements des premières années. Il faut aussi ajouter que les bassistes ont toujours été pour nous ce que les batteurs sont à Spinal Tap, ce qui a contribué à nous ralentir de temps à autres. On peut aussi noter le fait que jusqu'ici nous n'avons jamais eu la chance d'avoir un calendrier « classique » qui structure le rythme d'un groupe. Je veux parler de la séquence composition – enregistrement – tournée – composition etc. C'est aujourd'hui la première fois que nous partons pour une véritable tournée, dans des conditions professionnelles, et juste après la sortie de l'album. Par le passé nous avons eu tendance à attendre des tournées qui ne se sont jamais faites, ce qui brise le rythme dont je parle plus haut. Nous avons perdu beaucoup de temps et d'énergie à donner des concerts épars au lieu de pouvoir tout faire d'un coup au cours d'une tournée digne de ce nom.

3/ Comme je le disais, vous sortez ce mois-ci un nouvel album, "Grey rigorism". Comment est-ce que tu le définirais ? Quels sont, selon toi, ses principales caractéristiques ?

Terrorizt : Je pense que c'est un album plus personnel. Nous affinons notre musique au fur et à mesure du temps et nous trouvons doucement notre identité propre. Je n'aurai certainement pas la prétention (ni le manque de réalisme) d'affirmer que « Grey Rigorism » ne peut pas être confondu avec un album de n'importe quel groupe, mais c'est néanmoins le chemin que nous prenons doucement mais surement. Les bases sont le mêmes que celles d'Entropy... C'est globalement très froid et très dynamique en même temps. Nous avons essayé de faire un album le plus varié possible. Nous aimons beaucoup jouer avec les ambiances, mais il était hors de question de faire un album mou et ennuyeux. Nous voulions montrer, si c'était encore nécessaire, que nous sommes autant à l'aise dans les registres froid/lent/mid-temp que dans les plans beaucoup plus brutaux.

4/ De mon côté, je le trouve bien plus abouti que le précédent alors qu'il reste dans la même veine, du black metal maléfique - plus que jamais - possédant un gros son ample - à la suédoise - et surtout des compos très variées et inspirées. Y'a-t-il eu une évolution particulière ou certains changements dans votre manière de créer et de construire vos morceaux par rapport à "Of entropy and life denial", votre précédent album ?

Terrorizt : C'est un album qui a été enregistré beaucoup plus rapidement que son prédécesseur. Il ne s'est écoulé que six mois entre la répétition du premier morceau et le départ pour le studio. Nous voulions quelque chose de neuf, de plus excitant, de plus surprenant. J'étais le plus motivé pour expérimenter au maximum et je peux dire que les autres étaient plus réticents. Ils étaient très sceptiques par rapports aux premiers riffs que j'ai apportés. Non qu'ils ne les aimaient pas, mais ils étaient trop inhabituels pour eux. Pendant la composition nous avions vraiment l'impression de travailler sur des choses complètement folles, très loin des sentiers battus; et nous nous rendons compte au final que nous aurions pu (du?) aller beaucoup plus loin. C'est aussi un album beaucoup plus homogène dans le sens où, même si tout le monde a participé à la composition, les différents membres ont composé des chansons entières; alors qu'avant, tout le monde apportait des riffs isolés que nous mélangions ensuite, ce qui pouvait nuire à la cohérence globale.

5/ D'ailleurs, peux-tu nous dire comment se passe la composition au sein du groupe ? En quoi les différents changements de line-up qu'a connu le groupe ont influencé le style de Merrimack ?

Terrorizt : Je dirai qu'ils l'ont ralenti, plus qu'influencé. Les changements majeurs dans le style ont eu lieu lors de « la grande purge » de 2002. Suite à ça, une fois que le noyau dur dont je parle plus haut a trouvé ses marques, aucun changement particulier n'est à noter. Aujourd'hui Daethorn nous apporte énormément. Il s'est beaucoup investi dans la composition de « Grey Rigorism » et ses compétences musicales sont à ce point précieuses que j'espère que nous n'aurons jamais à faire sans. Sinon il n'y a strictement rien d'intéressant à dire sur notre méthode de composition, chacun travaille isolément sur des chansons, soumet son travail aux autres, et travaillons en répétition ce que nous gardons. Comme tous les groupes.

6/ Comment s'est déroulé l'enregistrement de l'album ? Vous êtes bien retournés en Suède au Necromorbus Studios, n'est-ce pas ?

Terrorizt : Tout à fait. Là encore il n'y a rien de bien extraordinaire à raconter. Nous passons nos prises le plus vite possible pour que Tore puisse passer un maximum de temps sur la post-production. Tout le monde, lui comme nous, a été très efficace et nous n'avons connu aucun problème de timing.

7/ L'un de mes principaux défauts, c'est de ne m'intéresser que peu aux paroles des groupes et en tout cas pas du tout à leurs significations et interprétations. Peux-tu nous dire de quoi traite ce nouvel album ? Suit-il un concept particulier ?

Terrorizt : Tu reconnais avoir un défaut, et tu préfères me laisser te mâcher le travail plutôt que de te secouer. Curieux. Enfin, comme 99% du public « Metal » après tout... Bref. Tu dois bien te douter que nous restons dans une optique très religieuse, comme par le passé. Ça n'a pas changé. Nous avons été très influencés par le film « Sous le Soleil de Satan » de Pialat, et dans un deuxième temps par l'œuvre de Georges Bernanos en général. Je ne vais bien évidemment pas m'efforcer de résumer les paroles. C'est de toutes manières tout simplement impossible. A chacun de se faire sa propre idée et sa propre interprétation, s'il en a la motivation.

8/ Concernant l'artwork, vous avez beaucoup évolué depuis le précédent album avec ici un visuel beaucoup plus froid et moderne (par rapport aux gravures et dessins de "Of entropy and life denial"). Quelles en sont les raisons ? Est-ce toujours Perversifier qui s'est chargé de cet artwork ?

Terrorizt : Perversifier a contribué à quelques tâches ici et là mais n'a jamais été en charge des artworks de Merrimack. Pour le nouvel album, nous avons fait appel à Seldon Hunt, un artiste australien qui vit à New-York et qui a déjà fait pas mal parler de lui pour ses travaux avec Isis, Pelican, Neurosis, SunnO))) etc.

9/ Pourquoi avez-vous choisi de signer, pour l'Europe, chez Osmose Productions ? Qu'attendez-vous de cette signature ?

Terrorizt : Pour l'album précédent, nous avons pu noter des lacunes assez importantes dans la distribution en Europe. Beaucoup de distributeurs se plaignaient d'avoir trop de difficultés à se procurer les productions de Moribund. Nous voulions donc qu'un label européen s'occupe de nous de manière à être mieux représentés sur le vieux continent. Sachant qu'Hervé était sensible à notre musique, nous avons fait appel à lui en priorité. Nous sommes impatients de voir le résultat de cette collaboration.

10/ Plus généralement, quels sont vos projets et vos ambitions pour les mois et les années futures ?

Terrorizt : Tout simplement continuer à évoluer, tant musicalement qu'au niveau de notre notoriété. Nous voyons déjà un progrès certain avec le nouvel album. J'espère que ce n'est qu'un début.

11/ Vous avez des concerts de prévus pour l'automne. Peux-tu nous en dire plus ? D'ailleurs, si je ne m'abuse, une tournée outre-Atlantique, en première partie d'un certain groupe suédois, est programmée...

Terrorizt : C'est exact, nous partons en tournée avec Marduk (mais aussi Nachtmystium et les illustres inconnus de Mantic Ritual) pendant un mois aux Etats-Unis. Nous serons ainsi le premier groupe de Black-Metal français à tourner outre-Atlantique.

12/ Comment avez-vous eu ce deal pour cette tournée avec Marduk justement ?

Terrorizt : Moribund nous parlait de nous faire venir aux Etats-Unis depuis 2003. Le groupe ayant gagné ses galons sur scène entre temps, nous avions les moyens de nous tourner vers des promoteurs professionnels tels que Thunderdome, qui nous ont promis de nous trouver une tournée pour la fin de l'année. Moribund était on ne peut plus motivé et n'a rien laché, et Thunderdome ont tenu leur promesse.

13/ Je sais que tu as créé un fanzine il y a quelques années et que tu t'es beaucoup impliqué dans l'organisation de concerts dans le Nord il y a quelques années. Quel est ton avis sur la scène black metal française et son évolution depuis une dizaine d'années ?

Terrorizt : Beaucoup impliqué c'est beaucoup dire. J'ai contribué à l'organisation de quelques dates c'est vrai, mais la plupart ne valaient vraiment pas le coup. C'était la plupart du temps plus du bricolage qu'autre chose. Je n'ai pas d'avis particulier sur la scène française. La scène a changé d'une manière générale, qu'elle soit française ou togolaise. Je ne vais pas encore m'étendre sur la révolution internet, je pense qu'on a fait le tour. Les médias ont changé mais la base reste la même: une minorité de groupes exceptionnels (quoique vraiment particulièrement rares depuis deux ou trois ans) dans un océan de médiocrité.

14/ Qu'est-ce que tu écoutes comme albums ces temps-ci ? Y'a-t-il des disques sortis cette année qui t'ont marqué ?

Terrorizt : Tu serais très surpris si tu savais ce que j'écoute ces temps-ci, et probablement déçu. Disons que j'écoute extrêmement peu de Black-Metal; en partie pour des raisons pratiques. Pour moi le Black-Metal n'est pas le genre de chose que tu écoutes tous les jours, comme si c'était normal. Il faut rendre au Black-Metal son côté exceptionnel et anormal. C'est pour ça que je préfère être dans les conditions parfaites pour mettre un album sur ma platine. Le fait est que ces derniers temps ces conditions ne se présentent pas. J'attends donc le bon moment pour l'apprécier pleinement. J'ai cependant été très marqué par la sortie de « Fourth Reich » de Katharsis qui m'a vraiment scotché. Le dernier Teitanblood aussi est très bon. Sinon en ce moment j'écoute principalement des choses comme Thin Lizzy, Led Zeppelin, The Smiths / Morrissey (je t'avais prévenu), Gene Vincent, Roy Orbison, SunnO))), Samhain, Mono...

15/ Quelles sont tes principales influences et tes disques de chevet - tout style et toute époque confondus ?

Terrorizt : Je ne sais pas si ils m'influencent tous mais...
Metallica – n'importe lequel jusqu'en '91
Iron Maiden – n'importe lequel jusqu'en '88
Led Zeppelin – les 4 premiers
Danzig – TOUT!
The Misfits – TOUT!
Samhain – TOUT!
Roy Orbison – Mystery Girl
Thin Lizzy – TOUT!
Death – Leprosy
Cannibal Corpse – Tomb of the mutilated
Marduk – Panzer Division Marduk
Pelican – The fire in our throats will beckon the thew + City of Echoes
Type O Negative – TOUT!
Der Blutharsch – Der Sieg des Lichtes ist der Lebens Heil
Laibach – Volk
Watain – les deux premiers + le split avec Diabolicum
Ofermod – Mysterion tès anomias
Triumphator – Wings of Antichrist
Funeral Mist – Salvation + Maranatha
Deathspell Omega – TOUT!
SunnO))) – TOUT!
JJ Cale & Eric Clapton – The road to Escondido
Blasphemy – Fallen angel of doom
Crowbar – Broken Glass
Electric Wizard – Come my Fanatix
Samael – Passage
Robert Johnson – TOUT!
Death In June – Rose Clouds of Holocaust
ZZ Top – a peu près tout
et je pourrai continuer comme ça pendant des heures...

16/ Qu'en est-il de tes autres projets, Ancestral Fog et Bliss Of Flesh ?

Terrorizt : J'ai quitté Bliss Of Flesh en 2006, depuis ils vivent leur vie et moi la mienne. Je ne m'occupe pas d'Ancestral Fog pour l'instant, par manque absolu de temps. J'espère pouvoir enregistrer un album un jour, pour mettre un terme dignement à ce groupe qui m'a toujours été très cher.

17/ Je te remercie de tes réponses, si tu as quelque chose à ajouter, je te laisse le mot de la fin.

Terrorizt : Merci à toi.
HAIL SATAN
Terrorizt pour Merrimack anno 2009.

Mots clés : Merrimack, black metal, France, Nicko et interview

Dernière mise à jour du document : mercredi 16 septembre 2009

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre