Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › DEMONCY - La Locomotive, Paris, 02.avr.2004

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Krieg / Antaeus, Abazagorath, Blackgod, Krieg, Antaeus, Demoncy

DEMONCY - La Locomotive, Paris, 02.avr.2004

par Nicko › lundi 19 septembre 2005

Première partie

Antaeus + Krieg + Abazagorath + Blackgod

Chronique

Concert black-metal assez exceptionnel ce soir à La Locomotive de Paris (la petite salle, pas le grande) avec 3 groupes américaines partageant l'affiche avec 2 formations françaises. Cette soirée est aussi placées sous le signe du chaos, les protagonistes évoluant tous dans la frange la plus extrême de l'Art Noir. Tout commence avec le quatuor français Blackgod dont le quart d'heure fut très brutal du début à la fin. On peut, dès ce premier groupe, remarquer la qualité sonore déjà très acceptable (elle le sera pour tous les groupes). L'atmosphère dégagée par leur musique, ainsi que par le côté visuel très cru, est excellente et bien malsaine comme il se doit. Le reproche que j'aurais à émettre se situe au niveau des compos que je trouve peu inspirées et pas assez originales. L'ambiance était cependantlà, la soirée était lancée et bien lancée, et c'est bien là le principal. On enchaine très vite (le timing est plutôt short...) avec Abazagorath, le premier des groupes US à investir la scène. Et là, on a droit à du black teinté de thrash metal old-school. Les morceaux sont longs, intenses et inspirés, les riffs sont très destructeurs. On notera d'ailleurs à ce propos un deuxième morceau énorme proposant entre autre un riff très décalé, typiquement heavy-metal traditionnel, mais dont le rendu fut excellent. Vraiment un groupe bien en place et maitrisant à la perfection son sujet. La première surprise de la soirée. Avec le troisième groupe, on entre dans la catégorie des sets très attendus. C'est en effet au tour de Krieg de monter sur scène. Pour ce premier concert à Paris (2ème en France), la performance fut très réussie avec une atmosphère fabuleuse et un guitariste effrayant et ultra-efficace. Je n'avais pas été très emballé par Krieg en studio jusqu'à présent, mais là, sur scène, j'ai vraiment beaucoup apprécié leur set avec un Lord Imperial véritablement... impérial (je sais, elle était super facile...). Les enchainements de parties lentes avec celles rapides donnent une ambiance très sombre et haineuse très appréciée par le public qui leur rend bien. L'avant-dernier groupe de la soirée n'est autre que la formation parisienne Antaeus qui nous présente à cette occasion son nouveau line-up (remanié aux 3/5 depuis l'été dernier). Le changement est d'ailleurs plutôt radical car j'ai eu vraiment du mal à certains moments à bien reconnaitre les morceaux. Et là, c'est l'Apocalypse aussi bien sur scène que dans la fosse. Le groupe ets encore plus destructeur que par le passé. Le chaos sonore est complètement maitrisé par le quintette (putain quel batteur !). On aura pu d'ailleurs noter l'excellent "Seventh ceremony", 1 nouveau titre à paraitre sur un split prochainement, ainsi que les classiques "Inner war" et "Blood war III" pour conclure le set. Hélas, la performance fut écourtée à cause du timing un peu limite. Malgré cela, l'impression finale fut complètement positive, Antaeus reste toujours dévastateur !

Pour finir la soirée en beauté, on accueille les Américains de Demoncy dont c'est le deuxième concert en Europe (le premier étant la veille à Londres...). Et là, dès la montée sur scène, ce qui est frappant, c'est de voir ces 5 musiciens. Pour beaucoup dans le public, cette soirée ne devait représenter qu'un concert, mais certainement pas pour Demoncy. A voir leurs têtes, on ne peut que penser qu'ils devaient se trouver sur une autre planète. Le batteur avait la gueule d'un gars complètement possédé, vraiment à faire peur. Mais le plus impressionnant restait le chanteur. Véritable clone de Nosferatu, statique comme rarement sur scène, il passait son temps à fixer de son regard inquisiteur chacune des personnes du public. Franchement, sur ce plan, l'effet est garanti, je ne me souviens pas avoir déjà expérimenté une telle ambiance aussi morbide. Concernant ses qualités vocales, c'était tout aussi impressionnant, passant du chant guttural possédé aux vocaux plus typés black metal les plus extrêmes avec une facilité déconcertante, carément saisissant ! Musicalement, la qualité des riffs n'étaient pas à remettre en cause, par contre j'ai trouvé les compos trop similaire et manquant véritablement de personnalité, de diversité. Mais là encore, la maitrise et l'atmosphère très sinistre faisaient qu'au bout de 3/4 d'heures on en redemandait. On a donc eu droit à un rappel de 2 titres pour enfoncer encore un peu plus le clou. Une soirée totalement réussie, sous le signe du metal le plus extrême qui soit, d'une qualité générale exemplaire avec des groupes de très haut niveau et une organisation tout aussi bonne qui a parfaitement su gérer le retard du début. Bref, ça faisait longtemps que je n'avais pas assisté à un tel concert de metal extrême à Paris !

Mots clés : Demoncy, Etats-Unis, black metal, Paris, concert et Nicko

Dernière mise à jour du document : lundi 19 septembre 2005

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre