Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Watain, Paris, Le Trabendo, 17.nov.2018

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Rotting Christ, Watain

Watain, Paris, Le Trabendo, 17.nov.2018

par Nicko › dimanche 25 novembre 2018


Style(s) : metal extrême / black metal / death metal

"Trident wolf eclipse", le sixième album de Watain, est clairement l'une des grandes réussites de l'année 2018. Les suédois nous ont fait l'honneur en début d'année d'un passage dans la capitale pour le compte d'une mini tournée européenne de sortie d'album que nous n'avions pas loupé et qui reste mémorable. Cet automne, le trio d'Uppsala a entrepris une véritable tournée européenne qui passe à nouveau à Paris. Vu la mandale prise en janvier, il était impossible de louper ça...

affiche concert

Sur l'affiche, Watain était accompagné par Profanatica et par Rotting Christ. Des contraintes perso de planning m'ont obligé à louper les américains que je ne connaissais que très peu, je dois simplement avoir eu une démo 4-titres il y a fort longtemps qui ne m'a pas laissé de souvenirs impérissables. Tant pis, je les verrai sur scène une prochaine fois ! J'arrive dans la salle, déjà très remplie (le concert affiche d'ailleurs complet !), alors que justement Profanatica vient tout juste de sortir de scène.

Je passe donc directement aux vétérans grecs de Rotting Christ. Bien que n'étant pas vraiment fan de leur musique, je les ai vu un bon paquet de fois sur scène. Et faut bien avouer que dans cet exercice, le groupe est particulièrement efficace. Ils en imposent sur scène avec un style taillé pour le live. Il y a des rythmes bien entraînants qui, avec la bonne dose de puissance, permet de rentrer facilement dans leur set. C'est catchy, le groupe est bien rodé, ils savent être brutaux quand il faut et revenir vers un style mid-tempos plus propice au headbanging. Simplement, je n'ai jamais réussi à vraiment accrocher aux compositions, à leurs riffs, que j'ai toujours trouvé moyen. Voilà en tout cas, sans connaître leurs albums ni leur évolution, et sans vouloir aller spécifiquement les voir en concert, il s'agit tout simplement d'un groupe que je prends plaisir à voir en live à l'occasion d'une tournée avec un groupe que j'apprécie ou dans le cadre d'un festival. La soirée débutait donc très bien en attendant le plat de résistance...

Nous voilà donc prêts à en découdre avec Watain pour ce qui est une troisième performance de leur part pour votre serviteur cette année. Les suédois sont de retour avec un côté plus brut et direct qu'avec l'album précédent. On a encore affaire à une véritable messe noire avec une mise en scène à base de chandeliers allumées, de bougies et de toute la panoplie du parfait sataniste sur scène. Ca sent bon le souffre et il ne reste plus qu'à voir débouler Erik et ses acolytes pour une bonne heure de black metal suédois. La set-list a quelque peu évolué depuis les précédentes fois où je les ai vus, mais on reste toujours sur un bon tiers de morceaux du dernier album, qui est quand même vraiment taillé pour le live, super accrocheur, agressif, puissant et dynamique. Le concert part pied au plancher et ne baissera de rythme à aucun moment. Même avec le mal aimé "The wild hunt", avec ici en l'occurrence "The child must die", le groupe réussit à maintenir la pression du début à la fin. C'est même à cette occasion, encore plus que lors du Hellfest, que je me suis rendu compte de la maturité que la formation a acquise. Je les ai senti vraiment encore plus en maîtrise tout en gardant leur atmosphère dépouillée et crue. Vraiment, la dizaine de titres est passé comme une lettre à La Poste avec comme point d'orgue un "Malfeitor" qui est, au même titre que le dernier single "Nuclear alchemy", un hit en puissance. On a même eu droit à quelques surprises du chef, à savoir en premier lieu le déterrage de "Agony fires" du premier album, là où on aurait attendu un "Limb crucifix" ou un "On horns impaled"; et la reprise qu'on n'attendait pas, à savoir "The return of the darkness and evil" de Bathory pour une très bonne version, ne dénaturant pas l'originale mais sans faire tâche avec le reste de leurs morceaux proposés ce soir. La soirée est passé extrêmement vite, en se finissant sur leur classique " Sworn to the dark" avant que les lumières ne se rallument, sans rappel hélas.

set-list Watain :
  • Storm of the Antichrist
  • Nuclear Alchemy
  • The Child Must Die
  • Agony Fires
  • Furor Diabolicus
  • Sacred Damnation
  • The Golden Horns of Darash
  • Malfeitor
  • Towards the Sanctuary
  • The Return of Darkness and Evil (reprise de Bathory)
  • Sworn to the Dark

Certes, cette soirée n'a pas atteint la folie de celle du début d'année, mais Watain est resté fidèle à sa réputation de groupe solide sur scène, avec l'aide en plus d'un dernier album qui tabasse à mort ! Encore merci à Garmonbozia pour cette soirée à nouveau réussie !

Mots clés : Nicko, concert, black metal, Suède, Watain et satan

Dernière mise à jour du document : dimanche 25 novembre 2018

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre