Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Aura Noir, Paris, Petit Bain, 8 déc. 2018

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Aura Noir

Aura Noir, Paris, Petit Bain, 8 déc. 2018

par Nicko › samedi 22 décembre 2018


Style(s) : metal extrême / black metal / death metal / thrash metal

L'année touche à sa fin mais il reste encore quelques bonnes soirées métallisées en ce mois de décembre 2018. Et ce concert d'Aura Noir au Petit Bain en fait partie. Les norvégiens viennent défendre ici leur sixième album, presqu'éponyme, intitulé "Aura Noire". Ils sont ici accompagnés de deux autres de leurs compatriotes, de ce fait, nous aurons droit à une soirée 100% norvégiennes.

affiche du concert

Lorsque j'arrive, la salle est à moitié pleine, et déjà, le premier groupe, Vorbid, a terminé son set. Les échos de mes amis déjà présents restent plutôt réservés quant à la qualité globale de la performance des jeunes gens. Ils savent bien jouer, de manière très académique, mais le point noir serait le chant qui en aurait semble-t-il rebuté plus d'un.

J'arrive donc pour le deuxième groupe de la soirée, à savoir Obliteration, inconnu au bataillon en ce qui me concerne, mais qui accueille en son sein l'un des batteurs de session d'Aura Noir justement. Et là, pour le coup, en découvrant en live, il faut bien avouer que les scandinaves savent y faire dans un style death metal pied au plancher bien épuré et direct. En fait, on peut dire qu'Obliteration est au death ce qu'Aura Noir est au black. Ils jouent dans la case death/thrash bien énergique avec une atmosphère bien noire et macabre. On a vraiment l'impression d'avoir cette alliance entre le côté bien speed du thrash avec la lourdeur du death. Le dernier morceau aura même amené quelques parties plus expérimentales avec des dissonances vraiment sympas, rappelant des sonorités de Deathspell Omega ou Blut Aus Nord, mais tout en gardant une base plus metal traditionnel. Pour le coup, il faut bien reconnaître qu'Obliteration a bien su capter son attention. Une bonne découverte !

C'est donc maintenant au tour de la tête d'affiche d'investir la scène. Le public n'est pas si nombreux que cela, on est loin d'être les uns sur les autres, et il faut bien admettre que c'est plutôt agréable. Le son est aussi jusqu'à présent plutôt bon, je suis rassuré. Aura Noir possède une particularité par rapport à beaucoup d'autres formations de ce genre, c'est que son line-up est à géométrie variable. Trio ? Quatuor ? Aggressor au chant, à la guitare, à la basse ? Appolyon chant et/ou basse ou batterie ? J'ai vu un bon paquet de fois le groupe et dans un bon paquet de configuration différente. Et ce soir, ce qu'on peut remarquer, c'est qu'entre Obliteration et Aura Noir, le kit de batterie n'a pas du tout bougé. On peut donc penser que Kristian Valbo fera ce que les américains appellent un "double duty" et enchainera les deux sets. Et c'est effectivement ce qui se passera. A côté, on retrouve à la guitare l’indéboulonnable Blasphemer et ce coup-ci, à la basse et au chant Aggressor, toujours sur sa chaise haute lui permettant de le soulager. Mais quid d'Appollyon ? La réponse sera donnée par Aggressor pendant le set, il est resté en Norvège se reposer ! C'est quand même un sacré luxe pour un tel groupe de se permettre ce genre de changement de configuration ! Donc voilà, ce soir, Aura Noir, c'est en mode trio avec seulement Aggressor au chant. Forcément, le set du jour est arrangé pour qu'il s'adapte à cette configuration et au chant d'Aggressor. Donc, on a un bon paquet de hits qui ne sera pas joué, "Condor" ou "Conqueror" en tête, mais qu'à cela ne tienne, les norvégiens restent super efficaces et directs. Et franchement, même dans ce format inédit pour moi, le groupe reste un super groupe acéré et brutal, en mode clairement répèt' pied au plancher mais qui leur va à merveille. On voit bien qu'ils ont de la bouteille et que pour eux, jouer de cette manière si groovy, directe et puissante fait partie de leur ADN. Le groupe est super à l'aise et content d'être là. On n’échappera pas à quelques blagues et allusions aux affrontements lors des manifestations parisiennes des gilets jaunes. Et Aggressor avouera aussi qu'avec leur dernier album, ils ont enfin su comment bien épeler leur nom... sans la faute d'orthographe !! L'ambiance est donc bon enfant et la soirée se passe vraiment bien, Aura Noir étant quand même l'un des groupes les plus rentre-dedans et énergiques qui soit en termes de back metal. La set-list mélange de vieilles pépites comme "Deep tracts of hell", "Black metal jaw" ou l'énome "Black thrash attack" avec des nouveautés comme "Cold bone grasp" ou "Demoniac flow". Pour le rappel, Aggressor reviendra entièrement sur ses deux jambes pour interpréter un "Heaven's on fire" de Venom ultra-féroce avant de finir sur un "The stalker" qui nous aura bien achevés ! En bref, voilà une nouvelle soirée réussie ! Pour le coup, les absents auront eu tort, mais au moins, on n'était pas trop tassé dans le pit ! Et dans cette salle, c'est particulièrement appréciable !!

set-list Aura Noir :
  • Sons of Hades
  • Dark Lung of the Storm
  • Fed to the Flames
  • Deep Tracts of Hell
  • Black Metal Jaw
  • Shadows of Death
  • Demoniac Flow
  • Sordid
  • Snake
  • Hades Rise
  • Cold Bone Grasp
  • The Obscuration
  • Swarm of Vultures
  • Destructor
  • Black Thrash Attack
rappels :
  • Heaven's on Fire (reprise de Venom)
  • The Stalker

A nouveau un énorme merci à Garmonbozia pour nous avoir permis de passer une excellente soirée norvégienne !

Mots clés : Nicko, concert, Aura Noir, black metal, thrash metal, death metal et Norvège

Dernière mise à jour du document : samedi 22 décembre 2018

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre