Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › MISERY LOVES CO. - Interview avec Patrick Wirén (chant)

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Misery Loves Co.

MISERY LOVES CO. - Interview avec Patrick Wirén (chant)

par Nicko et Pokemonslaughter › dimanche 18 novembre 2007

1/ Hello Patrick ! Avant tout, merci de prendre un peu de ton temps pour répondre à ces questions. Maintenant que Misery Loves Co n'existe plus, peux-tu brièvement nous dire pourquoi le groupe a splitté et ce qu'il s'est passé après ce split ?

Patrick : Hello ! Aucun soucis, c'était très sympa de recevoir ta requête. Je pense que la principale raison du split était qu'il n'y avait plus de plaisir. On pensait qu'on était allé aussi loin qu'on le pouvait musicalement et qu'on avait besoin d'un break après huit années de tournées et d'enregistrements. La vie va très vite et je ressentais que j'avais besoin de bouger et de ne jamais rester bloqué à un endroit.

2/ Et maintenant, as-tu des projets musicaux ou non ? Et concernant les autres membres du groupe si tu es toujours en contact avec eux ?

Patrick : Je n'ai pas de projets musicaux en ce moment et je travaille en tant qu'écrivain indépendant à Stockholm. Je travaille principalement sur la musique ainsi que pour le journal Metro. Donc il est probable que tu ais lu une ou deux interviews que j'ai réalisées ! Après le split, j'ai fait un album ainsi qu'une vingtaine de concerts en Scandinavie avec un groupe appelé Alpha Safari que j'avais formé avec Uffe (ex-Entombed, Disfear). J'ai aussi enregistré quelques chansons en suédois avec Olle. Vous pouvez voir les avancées du projet à cette adresse : http://www.myspace.com/patrikwiren. Je suis toujours en contact avec Olle qui joue de la batterie au sein d'Entombed en ce moment. Örjan a travaillé en tant que producteur pendant quelques années après notre séparation et a enregistré pas mal de groupe de metal. In Flames doit être un nom dont tu devrais te souvenir ! Aujourd'hui, il travaille en tant que professeur de musique. Je sais que Michael, le guitariste, possède son propre studio et a enregistré quelques albums récemment mais nous ne nous sommes pas parlés depuis quelques années.

3/ J'ai vu sur le dernier Entombed que le batteur n'est autre que Olle Dahlstedt (NDLR : interview réalisé par mail...) ! Comment étaient les relations entre les différentes formations de la scène suédoise, sachant que Misery Loves Co était une sorte d'hybride, chose peu commune à cette période (dans les années 90...).

Patrick : Nous sommes devenus bons amis avec Entombed quand nous avons fait une tournée européenne ensemble avec Machine Head. C'est vrai qu'on se sentait un peu différent de la plupart des autres groupes à ce moment-là. Peace Love & Pitbulls était un des rares autres groupes avec lesquels nous nous trouvions des points communs, mais nous nous sommes tout de même fait beaucoup d'amis dans la scène metal à cette époque.

4/ Certainement une question à laquelle tu as répondu un millier de fois, mais... pourquoi un tel nom, Misery Loves Co ? Pareil pour Midas Touch (je viens juste d'acheter l'album, assez surprenant d'entendre cette voix de ta part hé hé). Est-ce que cela signifie queqlue chose de particulier pour toi ?

Patrick : J'en suis venu au nom Misery Loves Co après avoir entendu JR dire cette expression à Sue Ellen dans un épisode de Dallas... J'ai juste trouvé que ça sonnait bien et que ça irait bien avec ce que nous jouions. Nous étions assez lamentable tu sais... Midas Touch ? J'avais 16 ans quand j'ai commencé à enregistré cet album, donc... c'est une histoire différente !

5/ Par rapport au groupe, comment expliques-tu l'évolution très importante tout au long de vos trois albums ? Spécialement pour "Your vision..."

Patrick : Pour moi, il s'agissait de laisser les guitares lourdes et se focaliser sur le chant, les mélodies et les atmosphères. Le premier album était principalement basé sur l'énergie alors que les autres avaient une autre dimension. Je pense...

6/ Maintenant, avec le recul, y'a-t-il queqlue chose que tu aimerais refaire avec le groupe ? queqlue chose dont tu n'es pas très fier, une déception...

Patrick : Non, pas vraiment. La vie est trop courte tu sais.

7/ As-tu le sentiment que Misery Loves Co n'a pas obtenu le succès qu'il méritait ? Quand tu compares par exemple avec des groupes comme Fear Factory ou Godflesh (ou peut-être ai-je tort, hé hé !) ? Principalement pour "Your vision..." qui est plus orienté mainstream.

Patrick : Beaucoup de monde n'arrêtaient pas de nous dire que nous allions avoir du succès commercialement parlant, spécialement avec le dernier album. Mais que veux-tu, qu'est-ce qu'on peut y faire ? J'ai été assez étonné par la manière dont nous avons été traité par les gens à travers l'Europe et je ne peux pas ressentir d'amertume après tout cela. Nous avons reçu un Grammy, nous avons ouvert pour Slayer à la Brixton Academy de Londres et nous avons pu faire de nombreuses tournées. Je ne peux pas vraiment en demander beaucoup plus.

8/ Quand je regarde la discographie de Misery Loves Co, j'entends du Godflesh, du Fear Factory, du Nine Inch Nails, du Joy Division... Ai-je raison ? Quel était l'impact de vos influences lors du processus de création ? Je veux dire, c'est comme un groupe en train de grandir et de devenir de moins en moins violent, comme s'il avait compris comment on pouvait sonner dark sans pour autant en faire des tonnes niveau boucan, quelque chose qu'on ne pourrait comprendre qu'avec les années et l'expérience, rien qu'en écoutant l'évolution sur vos différents albums.

Patrick : Oui, tous les groupes que tu as mentionnés étaient des trucs qu'on écoutait, parmi d'autres. Mais je pense que le plus important était que nous écoutions beaucoup de choses différentes et pas seulement de l'indus/goth. Oui, je pense que tu as raison. Nous avions besoin de temps entre nos débuts et "Your vision..." pour être capable de faire ce que nous avons réalisé sur notre dernier album. C'était clairement quelque chose qui représente le fruit de 8 années d'expérience.

9/ Naturellement, quelques mots au sujet des reprises. Etaient-elles importantes pour vous et le groupe ? ("Complicated game", l'énorme "Drowning man")

Patrick : Non, ce n'était pas si important. Mais c'était marrant. Nous adorions les chansons et nous pensions pouvoir les adapter pour en faire des titres à la Misery Loves Co. Spécialement "Complicated game" (XTC) était un réel challenge. Concernant le titre des Cure, nous sommes restés assez fidèles à l'originale.

10/ Pour ceux qui ne connaissent pas Misery Loves Co, comment pourrais-tu leur décrire le groupe ? Son but, ses influences, son inspiration textuelle...

Patrick : Nous étions un groupe de rock mélancolique avec une touche industrielle. Nous avions plus d'énergie à la punk que la majorité des autres groupes étiquetés "goth", ainsi que des paroles assez personnelles.

11/ Sur Guts Of Darkness, nous sommes focalisés sur les archives. Peux-tu nous dire les albums qui étaient importants pour toi ?

Patrick : Ministry "Psalm 69" a eu un énorme impact sur nous. La manière dont le groupe mélangeait les guitares heavy avec le côté indus programmé était totalement incroyable. C'était ce que nous voulions faire au début. D'autres albums/artistes importants : God Machine "Scenes from the second storey", Nine Inch Nails "The downward spiral", Depeche Mode et Radiohead "OK computer".

12/ Maintenant une question piège hé hé ! Connais-tu des groupes français ?

Patrick : Oui. Voyons voir... Téléphone était un groupe français, n'est-ce pas ? Et Vanessa Paradis et Brigitte Bardot n'ont peut-être pas été un groupe mais... Merde... Je suis désolé... Il est tôt le matin... Scarve ? Aide-moi ! Quels groupes devrais-je te donner ??

13/ Et qu'écoutes-tu actuellement, un album particulier dont tu aimerais parler ?

Patrick : Anthony & The Johnsons "I am bird now" est l'album le plus incroyable que j'ai écouté ces deux dernières années.

14/ Revenons au split. Comment te sentais-tu au moment de tuer le groupe qui t'as coûté tant de temps et d'investissement ?

Patrick : C'était un réel soulagement en fait. Chanter et tourner me manquent bien sûr et je pense que je pourrais reprendre le micro à un moment. Mais à cette époque, ça faisait vraiment du bien d'arrêter le groupe. Il y avait trop de travail et pas assez de plaisir pour continuer. C'est comme s'il y avait trop d'obligations je pense.

15/ Quelles seront les plus forts souvenirs de ta carrière ?

Patrick : Les concerts. Je me souviendrai toujours de certains concerts que nous ayons fait, les gens que nous avons rencontrés et les soirées que nous avons eues. Etre isolé dans un studio peut apporter des récompenses, mais faire des concerts était toujours quelque chose que je préférais.

16/ Un dernier mot ?

Patrick : Non, pas vraiment. Je vais le garder !

17/ Merci pour tout ce que tu as réalisé. J'espère vraiment avoir de tes nouvelles, merci.

Patrick : Thank you ! Like I said, it was nice to hear from you. Hopefully you’ll hear from me again.

Mots clés : Misery Loves Co., Suède, interview, Pokemonslaughter, indus, goth et rock

Dernière mise à jour du document : dimanche 18 novembre 2007

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre