Articles

Vous êtes ici › ArticlesLittérature › Thomas Munier - Musiques sombres pour jeux de rôles sombres

Thomas Munier - Musiques sombres pour jeux de rôles sombres

par Rastignac › jeudi 29 décembre 2016


Style(s) : ambient / black music / electro / folk / gothique / hardcore / hip-hop / indus / jazz / metal / metal extrême / musique classique / musique électronique / noise / ovni inclassable / pop / progressif / punk / rock / techno

« Il est venu le temps. Des rires, et des sarcasmes. Des gémissements hantés ! Des portes qui grincent et des arbres noueux qui chantent notre agonie quotidienne de leurs voix de pianos fatigués par des guerreuhs oooooocuuuulteuuhhs ! ».

sombrexéville, mon quotidien minceur

On peut s’imaginer plein de choses - moi, je m’imagine mal Maître de jeu (ou "Meneur de jeu" comme j'ai pu lire en préparant cette bafouille). Je pense que je ne serais pas bon. Pourquoi ? Vous avez lu la première phrase de ce texte, en chââpeau ? Eh bien je m’imaginais entonner cela au début d’une partie de jeu de rôle dit « sombre ». Vous imaginez la gueule des joueurs. « Pfff ». Car, en fait, faut quand même avoir été initié un minimum pour venir hanter avec talent les soirées de rôlistes. J’ai, pour ma part, essayé un peu il y a longtemps, et j’en fus ressorti tout dépourvu, telle une bise venue en pleine face, et pas deux, ni trois, non quatre fois sur les deux joues qu’il a cogné le coup de vent, on est tout rouge, on a la peau qui chauffe. Plus récemment, je me baladai comme un novice dans une convention de jeux de rôles, fatigué comme un anarchiste sans tonneau (de Diogène), dans une contrée bien éloignée de la mienne, par un temps pluvieux (indice pour retrouver l’endroit), à cuver ma gueule de bois (deuxième indice). Quand, soudain ! Je tombai sur un stand où étaient exposés par son auteur des exemplaires d’un livre gutsien. Pourquoi gutsien ? Ben lisez le titre : « sombre », deux occurrences, pour déterminer la musique, et un certain type de jeu de rôle. En fait, ce livre, c’est gutsofdarkness version papier, avec pas mal des « G.O.D. en 32 albums », et autres titres incontournables tagués « la base dude »... mais pourquoi existe-t-il ? On pourrait nous poser la même question... pourquoi chronique-t-on de la musique forcément sombre ? Dans le cas de ce livre, pour mieux orienter des Maitres de jeu dans la mise en son de leurs parties, en l’occurrence des parties de jeux de rôles lovecraftiens, post-apocalyptiques, horrifiques, angoissants, gore, que sais-je, l'imaginaire est sans limite. Tout est expliqué de toute façon, chronique par chronique, regroupées en thématiques, et on retrouve ainsi l’exploration par capillarité et hiérarchie bien web 1.1., bien G.O.D., avec des index qu'on explore avé le doigt qu'on a humecté. En papier donc, avec, comme chez nous, des suggestions d’artistes similaires, mais, encore mieux, des suggestions de films dans le même esprit, pour quel jeu et surtout quel type de séquence cette musique convient le mieux, en tout cas ça va meubler des moments 100% négativité. Édité à compte d’auteur, sous licence libre, ce livre est bien écrit, bien mis en page, alors même que sa production a été effectuée par une équipe qu’on imagine « à moi tout seul », le propos est pédagogue, et donne surtout envie d’écouter ou se réécouter ce Lustmord qui foutait tant la trouille, cet Earth qui nous faisait dégouliner le cerveau ou ce Khanate qui donnait juste envie de se pendre, le bide rempli de gnôle pas chère... et, à la lecture, ce titre n’est pas du tout réservé aux amateurs professionnels du jeu de rôle, mais à tout curieux(se) qui voudrait aller se gratter la ténèbre ailleurs que sur not’bon site. Vous y retrouverez donc des doublons mais aussi des chroniques absentes d'ici, avec un point de vue particulier de roliste bien sûr, mais toujours dans un ton et dans des styles musicaux qui ne vous dépayseront pas de nos colonnes noires, blanches, irisées d’orange. "Bonne synchronicité", me chuchota alors mon scarabée Carl Gustav, que de tomber sur ce bouquin, et, après lecture, on ne peut que s'incliner devant cette initiative d'ouvrir sa discothèque au monde des oreilles curieuses, qu'elles soient fichées sur la tête de rôlistes, ou non, afin de mettre en valeur le pouvoir suggestif extrêmement puissant des ondes sonores sur nos vies et méninges.

Pdf du livre lisible et téléchargeable ici

D'autres liens pour acheter, ou consulter le livre

Blog de l'auteur

Playlists sombrex par l'auteur du livre

Mots clés : jeu de rôle, sombrex et anthologie

Dernière mise à jour du document : jeudi 29 décembre 2016

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre