Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Accept, Paris, Elysée Montmartre, 1er fév. 2018

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Accept

Accept, Paris, Elysée Montmartre, 1er fév. 2018

par Nicko › samedi 10 février 2018


Style(s) : metal / heavy metal

Après avoir sorti un nouvel album pour le moins efficace l'été dernier, les vétérans allemands du heavy metal (plus de 40 ans au compteur tout de même !) sont en tournée européenne cet hiver pour défendre leur "Rise of chaos". C'est à l'Elysée-Montmartre que leur concert parisien de la tournée fait étape. J'avais hâte de voir à nouveau la bande à Wolf Hoffmann et Peter Baltes en découdre sur scène.

affiche concert Accept

J'arrive en retard et loupe complètement la première partie, Night Demon, que j'avais déjà eu l'occasion de voir en live en club l'été dernier. Je garde un souvenir plutôt bon de ce concert, dans un style très traditionnel années 80 vraiment super efficace.

En fait, à peine je rentre dans la salle que les lumières s'éteignent et que l'intro de la performance d'Accept retentit. Le décor reprend la pochette post-apocalyptique du dernier album "The Rise Of Chaos" qui met direct dans l'ambiance. Ca commence sans surprise avec le premier morceau de ce dernier opus, "Die by the sword", ultra-calibré heavy metal sans fioritures, à l'image du disque, direct et efficace. Le son est, comme toujours à l'Elysée-Montmartre, super propre et clair, mais manquant de réelle puissance. J'aurais aimé un volume un peu plus poussé. Le groupe est encore un peu en mode échauffement sur les premiers morceaux qui s'enchainent rapidement. Le quintette est bien huilé, alignant "Stalingrad" puis "Restles and wild" (pas assez sauvage à mon goût) avant un "London leatherboys" qui passe comme une lettre à La Poste. Je trouve que le chant de Mark Tornillo manque de puissance, une fois n'est pas coutume. C'est toujours juste et erraillé tel un Brian Johnson sous amphet' mais dans les parties les plus puissantes, il a du mal à suivre. Le concert commence véritablement à partir de "Breaker", petite surprise pour moi, avant d'enchainer pas moins de 4 titres du dernier album ! Et là, le constat est clair, et je n'en doutais pas une seule seconde, ce dernier album est vraiment taillé pour le live et tout s'insère parfaitement bien dans le set des allemands. Mais il manque selon moi la petite touche, le truc qui fait tout péter ! Alors, c'est pas grand chose, mais j'ai toujours en tête ce concert absolument fabuleux du Bataclan en 2014 et je me demande si le changement de line-up au niveau de la partie rythmique (guitare + batterie) n'y est pas pour quelque chose. Les nouveaux venus sont bons, il n'y a rien à dire là-dessus, Uwe Lulis et Christopher Williams assurent. Cependant, j'ai toujours cette impression d'avoir une interprétation parfaite, nickel, ultra-propre, mais manquant de folie. Christopher est métronomique, mais j'aimerais un peu plus de personnalité. J'ai toujours pris plus de pied sur les performances du groupe avec Herman Frank et Stefan Schwarzmann que depuis leur remplacement. Je m'étais déjà fait cette réflexion lors du concert au Trianon en 2015 et là à nouveau. Alors bon, comme je le dis, c'est loin d'être catastrophique, la performance est très bonne mais pas autant qu'il y a 4-5 ans. Wolf Hoffmann nous concocte vers le milieu du set un solo très personnel, reprenant le Boléro de Ravel. J'imagine que ce titre doit faire partie de ce qu'il sort en solo (et que je ne connais absolument pas !). A défaut d'être fabuleux, ce solo a eu le mérite d'être super original et personnel, et Wolf nous a à nouveau étalé tout son talent à la 6-cordes ! La deuxième partie du concert fait office de gros best of avec les trois quarts des morceaux issus de leurs albums de légende, avec une petite surprise bien sympa sous la forme d'un "Objection overruled", incluant un duo basse/guitare des membres d'origine, vraiment cool ! La fin du set est classique et qui fait toujours son effet avec notamment un "Fast as a shark" vraiment impressionnant. "Balls to the wall" reste fidèle à lui-même, permettant au public de chanter pour son plus grand plaisir. Un peu plus de 2h de shows pour du très bon heavy metal, Accept reste quand même une valeur sûre en termes de heavy metal. Mark Tornillo nous invite à la fin du set à nous retrouver cet été au Hellfest. Le rendez-vous est pris !

set-list Accept :
  • Die by the Sword
  • Stalingrad
  • Restless and Wild
  • London Leatherboys
  • Breaker
  • The Rise of Chaos
  • Koolaid
  • No Regrets
  • Analog Man
  • Final Journey
  • Shadow Soldiers
  • Bolero (de Ravel - Wolf Hoffmann solo)
  • Neon Nights
  • Princess of the Dawn
  • Midnight Mover
  • Up to the Limit
  • Objection Overruled
  • Pandemic
  • Fast as a Shark
Rappels :
  • Metal Heart
  • Teutonic Terror
  • Balls to the Wall
  • outro / Bound to Fail

Mots clés : Accept, concert, heavy metal, Nicko, Allemagne, Paris et Elysée Montmartre

Dernière mise à jour du document : samedi 10 février 2018

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre