Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › SUN ARAW + High Wolf & Motherfucking, au Grrrrd Zero, Lyon, Vendredi 29 Octobre

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Sun Araw

SUN ARAW + High Wolf & Motherfucking, au Grrrrd Zero, Lyon, Vendredi 29 Octobre

par Dariev Stands › lundi 1 novembre 2010


Style(s) : dub / ovni inclassable / rock / psychédélique

Alors que depuis une dizaine d’années, voire plus, il est devenu très à la mode d’employer le mot « psychédélique » à tout propos, dès qu’un groupe sort de l’orthodoxie la plus ordinairement bas du front, sans se préoccupper du sens originel de ce pauvre mot galvaudé à toutes les sauces ; on dirait bien qu’une nouvelle génération de musiciens est en train de faire son trou, décidée à explorer pour de bon le psychédélisme (qui n’est pas vraiment un genre, et encore moins un gimmick, bon courage à qui voudrait en donner une définition). Avec Sun Araw, on est en plein dedans, au cœur du truc, comme si toutes les musiques ayant un jour tenter de flirter avec ces rives lointaines s’étaient donné rendez-vous dans leur creuset pour y danser la gigue de l’espace. Dub, space rock, shoegazing, drone, ambient, tout y passe, mais mélangé dans un tourbillon de sons invraisemblable… Et en live, ça prend une dimension carrément supérieure, croyez-moi

Le duo de Sun Araw (à priori un one-man band en studio, œuvre du seul Cameron) n’est pas un groupe opportuniste de plus, où même un groupe de bidouilleurs doués mais portés par le tout-Londres et les médias à un point qui frise l’indécence médiatique (un comble pour des genres aussi peu radiophoniques…). Ni MGMT ni les Fuck Buttons, donc. Il s’agit du vrai truc. Sans apparat, deux types sapés comme un groupe de banlieusards anglais du début des années 90 investissent la fosse (la scène, pourtant utilisée par la première partie, ne semble pas les intéresser), armés de leur ampli à lampes et de leurs 2 synthés cheap, de deux guitares et d’un drum pad électronique. Le son est merveilleux, et on est transporté d’emblée par les extraits d’On Patrol le faramineux dernier album… Chose assez rare, certains membres du public trippent assis, alors que d’autres dansent au premier rang, deux choses normalement incompatibles. D’autres dansent assis, langoureusement, histoire de résoudre le dilemme. Beaucoup plus dense que sur disque, leur musique est aussi plus riche en interventions vocales, toutes assurées par Cameron, qui lance quelque invectives de sa voix défoncée, vite perdue dans le nuage d’effets qui ondule en permanence. On ferme les yeux et on se voit planer au dessus d’un magma de lumière blanche et rose, rasant le plafond d’une voûte souterraine sans fin, le trip est total, béat, gigantesque. Devant les acclamations, le groupe rajoutera « un très vieux morceau » à son rappel, empoignant les deux guitares pour un moment de shoegazing pur et dur, les yeux dûment rivés sur leurs godillots disgracieux… Comme disait Confungus : « quand le shoegazer shoegaze, l’idiot, c’est celui qui regarde les shoes ». Que dire d’autre ? Ces gens ont tout compris à la Kosmische Muzik, et tout le monde ferait mieux de les écouter au lieu de tripper sur trois pauvres effets posés sur un morceau post-punk ou new wave surproduit. Quant Cameron lance « thank you » à la fin de chaque chanson, on devine qu’il dit merci, par convention, mais il y a tant d’effets que sa voix est inaudible, seul surnage une vibration à peine humaine, perdue dans les limbes. Concert de l’année avec les Secret Chiefs 3, et meilleur concert psychédélique de très loin, avec celui des Flaming Lips. Sun Araw, c’est larger than life, qu’on se le dise. A tel point qu’un mec viendra demander dans un anglais hasardeux à Cameron si il n’existe pas des « frigidaires Sun Araw », un goodies que le groupe n’aura malheureusement pas pu ramener de Los Angeles. Des deux premières parties, je n’ai eu le temps de voir que High Wolf & Motherfucking, excellent dans un style drone-ambient-tribal sans grande prétention mais particulièrement prenant et habité.

Mots clés : Sun araw not not fun dub drone psyché psychédélique drugs trip shoegazing space rock high wolf grrrrd zero ground zero lyon

Dernière mise à jour du document : lundi 1 novembre 2010

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre