Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › TOOL - Zénith, Paris, 05.juin.2001

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Tool

TOOL - Zénith, Paris, 05.juin.2001

par Chris › jeudi 7 avril 2005

Première partie

Alien Ant Farm + Cortizone + Papa Roach

Set list

1/ The grudge - 2/ Stinkfist - 3/ Forty six & 2 - 4/ Prison sex - 5/ Schism - 6/ Pushit - 7/ Disposition - 8/ Reflection - 9/ Sober - 10/ Parabol - 11/ Parabola - 12/ Aenima - 13/ Lateralus

Line up

Danny Carey (batterie), Justin Chancellor (basse), Maynard James Keenan (chant), Adam Jones (guitare) Chronique

Chronique

ToolJ'attendais ce show depuis si longtemps que j'avais presque fini par désespérer de ne jamais revoir Tool dans notre cher hexagone. Arrivé sur les lieux du crime vers 20 heures, je n'ai pas pu assister aux prestations des deux premiers groupes Alien ant farm et Cortizone. Quitte à venir tard, j'aurais cependant été mieux inspiré de n'arriver que vers 22 heures tant la prestation scénique de Papa Roach fut désolante et pitoyable : en plus de proposer un néo métal de faible qualité, le chanteur du groupe ne trouve rien de mieux à faire que de se fourrer le micro dans le cul pendant la reprise massacrée de "The gentle art of making enemies" de Faith no more (il aurait quand même pu faire ça sur l'un de ses propres titres !). La bêtise du chanteur monte encore d'un cran avec le saccage du matériel, aidé par le batteur en fin de set. Une fois cette mauvaise plaisanterie terminée, Tool peut enfin investir les lieux pour une expérience inoubliable d'environ deux heures avec en guise d'intermède la présentation sur écran géant du video clip de "Schism", le premier extrait du nouvel album. Niveau contenu, Tool nous propose essentiellement des titres issus des deux derniers albums (à savoir "AEnima" et "Lateralus"), et à l'instar d'un groupe comme Neurosis, ne se focalise pas uniquement sur l'aspect musical de son show mais agrémente le trip sonore par des éléments visuels diffusés en continu sur l'écran géant de la scène. Les compositions en deviennent ainsi encore plus glauques et envoutantes. Ajoutez à cela une interprétation sans faille, avec des musiciens impeccables et notamment un Danny Carey tout simplement incroyable à la batterie. Maynard James Keenan, en grande forme lui aussi, se dandine devant l'écran tel un pantin désarticulé, et réalise également une prestation de haut niveau. Résultat : de nombreux moments très forts pendant lesquels l'intensité des morceaux est décuplée par rapport aux versions studios. Le seul petit reproche que l'on puisse peut-être faire est que le groupe ne se livre pas à quelques improvisations, mais cela est rendu difficile en raison de la synchronisation avec les visuels. Malgré tout, le set des américains en déconcerte visiblement plus d'un, notamment chez les fans de Papa roach... Pour terminer, je me permets d'adresser mes plus sincères condoléances à tous ceux qui ont loupé ce show magistral, mais tant pis pour vous... ON VOUS AVAIT PREVENUS !!! Photo : Oli / W-Fenec

Mots clés :

Dernière mise à jour du document : jeudi 7 avril 2005

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre