Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Ekstasis - Chaos de Flore, Chanonat, 15/07/2016

Ekstasis - Chaos de Flore, Chanonat, 15/07/2016

par Rastignac › samedi 16 juillet 2016


Style(s) : folk

Il fait si bon se coller les fesses sur des pierres, sous les chênes et les pins, sans savoir vraiment où l’on se trouve, même si un arrière-goût d’éternel retour traine en fond de bouche. Cela m’arrive régulièrement ce genre de sentiment, ça rappelle quelque chose, on est déjà passé par ici. En même temps, c’est normal, les pierres, les arbres, on en voit depuis longtemps, un peu partout.

C

« Putain, mais qu’est-ce qu’il raconte encore ? ». Ah, désolé, mal réveillé. Oui, ce que je voulais dire, c’est que je me suis assis hier sur une espèce de menhir à écouter de l’acid folk. Si si. J’avais lu l’information suivante il y a quelques semaines : « Nebelung et Ekstasis jouent dans le coin, on vous donnera le lieu plus tard, sur réservation ». Titillé je fus. Quelques temps plus tard j’appris que ce concert aurait donc lieu dans une clairière si beau temps, ou chez quelqu’un si pluie froide. Vue la météo récente, j’ai balancé une pièce en l’air : elle est tombée sur la tranche la bêtasse. Mais quelques jours avant je reçus d’autres informations : Nebelung annule - bon, vous pouvez toujours lire des chroniques du groupe sur not'bon site. Mais Ekstasis joue toujours. Ekstasis, groupe américain de la côte ouest, du côté d’Olympia, rejeton folk de la scène black metal rivières et forêts dits « cascadien » dont la figure de proue fut il y a déjà quelques temps Wolves in the Throne Room. L’écoute de deux de leurs albums sur bandcamp me conforta dans la décision d’y aller quand même. Et ce qui me conforta encore plus fut le lieu indiqué pour le concert : un chaos.

« Bon dieu, mais keskidi ? ». Alors, un chaos, c’est un champ de grosses pierres, balancées de ci de là, comme on peut le constater au sud du Massif Central, à Nîmes-le-Vieux (allez-y), ou à Montpellier-le Vieux (allez-y aussi). Ça ressemble à une ville de lutins quoi. Et les jours de brume à un vieux roman gothique dont vous êtes le héros. Le chaos d’hier est plus petit que ces derniers, situé dans la vallée de l’Auzon, une petite rivière qui coule au milieu de la forêt, au sud de Clermont-Ferrand. Non, mais vous savez bien que l’Auvergne est mystérieuse, comme le Limousin, et comme n’importe où parce que déjà la Nature est bizarre, et de deux, l’Humain aussi, donc il ne peut pas s'empêcher de construire des espèces de Stonehenge plus ou moins grands un peu partout dans le monde. Parce que ce chaos a également un dolmen comme entrée, après un arbre qui pourrait vous parler, vous écoutez des trompettes swanesques dernière époque dans l’ipodeux, y a votre peau qui fait la chair de poule. Bon, là, il faisait beau, donc c’était ambiance pique-nique plutôt que vortex direct dans le dernier morceau du dernier Oranssi Pazuzu.

C

Très bel endroit ce chaos de Flore. Caché, calme, y a que les oiseaux et les échos d’enfants s’amusant dans un gîte au loin. On arrive en avance histoire de se polir la conscience sous les rayons de soleil filtrés par les arbres qui poussent au milieu des rochers comme si l’endroit avait été peint par Caspar David Friedrich. Romantismus bougnat. Puis le public arrive en même temps que le groupe, tout le monde se dit bonjour, il y a une ambiance dîner chez les elfes, comme qui dirait on a le droit à trois heures de location de l’endroit, après le chef de la forêt il lâche les trolls. En tout cas, le lieu est magnifique, calme, reposant, propre à la rêverie, et à la consommation d’omelettes aux truffes.

Ekstasis donc. Groupe américain, oui, jouant une folk psychédélique héritière des vieux des années 60 et 70, comme Gary Higgins, Changes, Comus, ou plus récemment de Michael Cashmore, avec deux violonistes, deux guitaristes, un percussionniste, une flûtiste. Le groupe semble particulièrement jouasse de jouer dans un lieu pareil : ça ne doit effectivement pas courir les rues d’Olympia les dolmens ! Le temps de fêter l’anniversaire d’un des deux guitaristes (blanquette, tartelette à l’abricot), de se poser entre deux piliers rêvés par la forêt, et on écoutera de la musique particulièrement rêveuse, obsédée par le cycle de la vie, propre à cette scène expérimentant la violence fascinante de la nature grandiloquente du grand ouest américain, mais dans la version mini moi de la leur de forêt, dans notre petit amphithéâtre à nous. Le groupe sait poser une atmosphère très mystique, balançant des ondes, des crescendos, et des accélérations dans les percussions, tricotant la guitare, chantant en chœur, ou en solo (presque tout le monde y passera). Une musique pas vraiment dansante, plutôt méditative, un chant au milieu de la mousse et des insectes, enfin, une musique monstroplantosaure, berçant rapidement les pupilles de votre serviteur qui balancera son corps mollement tandis que le crépuscule s’annonce. Le concert passera comme une lettre à Hermès et le groupe restera ensuite un bon moment à papoter avec le public. Que dire, chers lecteurs qui n’étaient pas là ? Eh bien j’ai rarement vu une ambiance aussi calme autour de musiques finalement très viscérales, profondes et hantées, sachant reprendre l’hypnose par la répétitivité et la dissonance héritée de l’art noir dont plusieurs membres du groupe sont issus. Deuzio : ça laisse rêveur. Pourquoi ? Parce que, qu’est ce qu’on attend pour se réapproprier tous ces endroits magnifique pour jouer et écouter de la musique ? C’est tellement mieux que dans des usines à frites et bières pleines de boue ou au milieu de parpaings entourés de goudron qui pue. Et tercio : allez voir quand même Ekstasis s’ils passent près de chez vous pendant leur tournée européenne, béton ou non, si vous êtes amateurs de psychénoirilisme, que vous êtes restés scotchés sur les disques de folk occitane de votre tonton, si vous avez besoin d’introspection dans ce monde de brutes, ou si tout simplement vous avez envie de vous confronter à la beauté sauvage de cet air ambiant décidément bien habité. Allez.

bandcamp d'Ekstasis : https://ekstasisfolk.bandcamp.com/

C

Mots clés : chêne, pin, mousse, lichen, petit peuple, dolmen, chaos, chanonat, folk, acid, psychédélique, crépuscule, forêt et extase

Dernière mise à jour du document : samedi 16 juillet 2016

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre