Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › ARKHON INFAUSTUS - interview avec DevianT (chant, guitares)

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Arkhon Infaustus

ARKHON INFAUSTUS - interview avec DevianT (chant, guitares)

par Nicko › mardi 19 juin 2007

Il aura fallu trois ans à Arkhon Infaustus pour donner un successeur à "Perdition insanabilis". "Orthodoxyn" vient de paraitre le mois dernier chez Osmose Productions. DevianT revient sur la gestation pour le moins difficile de ce dernier opus.

1/ Salut ! Vous allez bientôt sortir votre quatrième album, "Orthodoxyn", à la fin du mois. Mais avant de parler de cet album, j'aimerais que tu me dises ce qu'il s'est passé durant ces 12 derniers mois pour le groupe car il n'y a aucune news sur votre site internet depuis plus d'un an et que la sortie de l'album a été maintes fois repoussée.

DevianT : La réalisation d’Orthodoxyn a été une véritable épreuve. A tous niveaux. La sortie était prévue pour décembre 2006. Nous avons mis presque un an à l’achever alors qu’à la base ça ne devait prendre qu’une vingtaine de jours. Dieu est de plus en plus vindicatif envers nous mais cette fois encore il a perdu, l’album sort. Tout d’abord nous avons enchaîné les problèmes et les incompréhensions au studio Midnight, là où nous avions mixé Perdition Insanabilis. Apres plusieurs sessions entre juin et décembre 2006 nous avons décidé de mettre un terme à notre collaboration et nous avons réenregistré la plupart des parties au studio St Marthe à Paris en Février. Il est vrai que nous avons donné très peu de nouvelle depuis notre tournée avec Belphegor et que le site d’Arkhon n’est pas du tout à jour mais nous avons une page sur myspace qui l’est plus. Ce n’est pas glorieux mais c’est actuellement le lien le plus simple et rapide que nous avons avec l’extérieur.

2/ Après quelques écoutes de ce nouvel album, ce qui m'a frappé, c'est le son, le meilleur, et de loin, de toutes vos précédentes productions, avec des guitares très variées bien distinctes et une batterie dont le son m'a l'air plus naturel que par le passé. Où avez-vous enregistré cette fois ? Comment cela s'est-il passé ?

DevianT : Nous avons enregistré volontairement les trois précédents albums de la même manière, en allant dans la même direction. Il était temps de changer cette direction car au final notre son ne nous permettait pas de mettre à la surface toute notre musique. J’ai reçu récemment un mail d’un gars qui avait écouté un des titres du nouvel album et qui nous demandait ce qui se passait dans le groupe car il y trouvait des « mélodies ». Notre style n’a pas changé, il a bien sur évolué, mais c’est juste qu’avant le son n’était pas assez clair pour y comprendre tous les riffs. Nous voulions absolument partir sur quelque chose de beaucoup plus organique et violent, comme pour la batterie où nous ne voulions pas de triggers. Notre démarche au final à été beaucoup plus «rock’n roll» que metal sans bien sur nous écarter de notre objectif : faire d’Orthodoxyn l’album le plus sombre d’Arkhon Infaustus.

3/ Je trouve que cet opus est très varié, qu'il allie la complexité de "Perdition insanabilis" et le côté très sulfureux de "Filth catalyst", avec aussi un travail très important au niveau des guitares qui sont plus variées, plus distordues. Es-tu d'accord avec ce constat "à chaud" ?

DevianT : Le travail des guitares a été en effet beaucoup plus important sur le dernier album, sans rentrer dans le « technique » car ça n’est absolument pas notre but ni notre envie. Les atmosphères ont été la priorité sur cet album et pour Arkhon cela passe forcement par un travail profond des guitares. Nous avons aussi enregistré Orthodoxyn d’une manière légèrement différente des autres albums. Il n’y a pas une seule seconde de l’album enregistrée dans un état normal. Nous avons utilisé une quantité énorme de substances lors des sessions pour laisser un minimum de place à l’approche bassement humaine et shunter au maximum les limites qu’on pourrait inconsciemment se poser. Cet album serait par définition la musique de l’âme et non du corps.

4/ Quel est de ton point de vue la principale évolution du groupe entre "Perdition insanabilis" et "Orthodoxyn" ?

DevianT : Comme tu l’as souligné la principale évolution est dans notre son et aussi dans une musique plus variée et précise car pour le reste on peut même parler d’involution. Avec cet album nous nous sommes renfermés car nous avons beaucoup appris sur nous même. Orthodoxyn est beaucoup plus qu’un simple album de musique, c’est une consécration personnelle et mystique. Il représente une énergie incalculable et le rapport que nous avons aujourd’hui avec ce qu’on peut appeler l’industrie musicale a complètement changé. Nous avons voulu revenir à nos sources, plus spirituel que jamais.

5/ Il était prévu, si je ne me trompe pas, la sortie d'un double-EP limité. Qu'en est-il à l'heure actuelle ?

DevianT : Tout comme le digibook le double EP Gatefold est une idée qui date de plus d’un an et il était prévu qu’il sorte deux mois avant l’album. Après tous les retards que nous avons eu il était impératif pour Osmose et pour le groupe que l’album sorte en mai au plus tard car sinon ça repoussait la sortie à septembre ou octobre. Ayant eu le master final de l’album en avril c’était donc impossible a réaliser. Il sortira donc en même temps que le reste. Il comportera 4 titres, « Annunciation to the Holy Ghost l’album », « Inside the Particle of God » qui est la version anglaise de « La Particle de Dieu », « The Silent Voices of Perversion » de Hell Injection réenregistré et un titre inédit « God will not Forgive ». Il faut voir cet objet comme une sorte de collector, rien d’autre.

6/ L'album va sortir en édition limitée au format Digibook. Peux-tu nous en dire plus sur le contenu de cette version ?

DevianT : Les titres y sont les mêmes que sur la version normale, il n’y a pas de bonus. Le contenu visuel y est juste plus complet, profond et personnel, avec des textes supplémentaires. Il sera présenté comme un livre d’une quarantaine de pages limité à 1000 exemplaires. Il aurait dû sortir en même temps que la version normal mais avec tout le retard que nous avons eu les sorties sont un peu perturbées.

7/ Comment se passe le processus de composition au sein du groupe, que ce soit au niveau de l'écriture de la musique que de celle des paroles ?

DevianT : Nous avons le même processus depuis des années, en général je compose la majeure partie de la musique et ensuite avec Toxic nous travaillons toutes les secondes guitares, et les arrangements avec le reste du groupe. Ensuite lorsque les titres sont achevés Torturer s’occupe des textes suivant ce que l’aura du morceau inspire.

8/ Comment vous organisez-vous pour répéter entre vos boulots respectifs, les autres projets des membres du groupe (Hell Militia, Crystalium, Diapsiquir, etc) et le fait d'avoir un batteur sur Lyon (si je ne m'abuse...) ?

DevianT : Toute la partie composition se fait en dehors d’un studio. Nous n’avons pas de « réunions » fixes, nous faisons ce que nous avons à faire le moment venu. Je n’ai pas envie de rentrer dans un système d’obligation et de ligne de conduite à tenir.

9/ Pour la première fois, vous avez écrit un morceau en français, "La particule de Dieu". Y'a-t-il une raison particulière pour ce choix ? Peux-tu nous en dire plus sur le concept et les paroles du nouvel album ?

DevianT : Nous avons parcouru plus en profondeurs les sujets contenus dans les paroles d'Arkhon Infaustus. Pour la première fois nous avons même en effet utilisé un texte en français. Ce morceau est d'ailleurs un des piliers de l'album, l'articulation de la thématique de l'album. Le retournement des connaissances et des croyances dans un sens comme dans l'autre. Les dimensions vus par la science comme dans la drogue. Arkhon Infaustus est théologie et pratique dans les faits. Et comme chaque note, chaque mot à la place qu'il devait avoir.

11/ 2007 marque les 10 ans d'existence d'Arkhon Infaustus. Quel bilan tires-tu de ces 10 années ? As-tu un souvenir précis, marquant de cette décennie ?

DevianT : J’ai plein de souvenir précis, du jour où j’ai décidé de créer le groupe et de la première fois que j’en ai parlé à Torturer à toutes les galères que nous avons eu avec Orthodoxyn. Je pense qu’Arkhon a eu un bon parcours et reste sans doute un des groupes français les plus actifs et celui qui a le plus tourné. Mais j’ai l’impression d’être au début de quelque chose et non à la fin.

12/ Comment vois-tu les 10 prochaines années ? As-tu une vision précise, un but particulier à atteindre avec Arkhon Infaustus ?

DevianT : Il y a toujours des buts à atteindre et ceux d’Arkhon sont encore nombreux. Tant que nous nous explorons intérieurement il y aura toujours une raison à l’existence du groupe. Maintenant nous ne savons pas de quoi est fait demain, nous laissons venir les choses. Comme à chaque fois nous laisserons se développer ce nouvel ulcère en nous et Arkhon Infaustus en sera l’exutoire.

13/ Y'a-t-il une tournée qui se prépare après l'annulation de celle avec Unleashed ?

DevianT : Nous avons en effet eu d’autres propositions intéressantes mais rien n’est encore sûr. Je pense que nous allons attendre d’avoir la meilleure proposition possible et on pourrait donc ne pas tourner cette année. Tout va très vite avec les concerts, je peux très bien te dire ça aujourd’hui et avoir une proposition demain et tourner à la rentrée. Mais très franchement je ne souhaite pas partir avant 2008 car je compte, cette année, finaliser la création d’un nouveau projet pour explorer d’autres horizons de la noirceur musicale.

14/ L'industrie du disque est actuellement en crise avec une chute très importante des ventes de CD, et dans le même temps, le téléchargement illégal est de plus en plus répandu, surtout chez la nouvelle génération d'adolescents qui n'ont pas le réflexe, pour la majorité d'entre eux, d'acheter un CD, mais le téléchargent gratuitement sur Internet. Quel est ton point de vue là-dessus ?

DevianT : L’avenir est peu prometteur pour la musique. Il y a à la fois beaucoup trop de groupes dû à la facilité actuellement de sortir un CD, beaucoup trop de petits labels et plus trop rien d’innovant. Il y a 15 ans on pouvait acheter un album de metal au hasard en n’étant quasiment sûr de tomber sur quelque chose de qualité et de créatif. J’ai l’occasion d’écouter énormément de démos et d’albums de jeunes groupes et, sans être con, je peux te dire que 98% n’a absolument aucun n’intérêt. La scène est complètement noyée, donc le manque d’envie de perdre des centaines d’euros dans des Cds qu’on écoutera qu’une fois pousse forcement au téléchargement. Pour certaines personnes cela devient quelque chose de complètement naturel et avec le temps, s’il n’y a pas de solution d’ici là, ça sera la disparition de la musique alternative et underground au profit de toutes les merdes jetables mais lucratives issues d’émissions comme la star académie ou d’autre aberration du genre. Je pense que les gens n’ont pas conscience de ce qu’il va résulter du téléchargement illégal, la plus part pensent que de toute manière tous les labels et les groupes sont bourrés de tunes. La vérité est qu’actuellement tous les labels, sans exception, se demandent comment ils vont finir l’année.

15/ J'ai entendu dire que des ré-éditions d'Osculum Infame étaient prévues. Tu peux nous en dire plus ou ce ne sont que des rumeurs ?

DevianT : Rien n’est actuellement prévu mais j’aimerais terminer et sortir l’album que nous avions enregistré en 1999. Le temps m’a toujours manqué à cause de mon investissement dans Arkhon.

16/ Dernière question, comment t'est venue ta dévotion à Satan ?

DevianT : Je ne suis pas sûr que cela puisse vraiment s’expliquer. C’est quelque chose que tu as en toi depuis le jour ou tu te rends compte de ta conscience. Elle s’est développée à mon adolescence, peut être vers 14 ans, mais je ne pouvais pas l’assumer car ton amour pour Satan quand tu es jeune est quelque chose que tu ne peux pas cerner ni comprendre. La musique et des groupes comme Acheron ou Deicide m’ont permis de pouvoir l’accepter pleinement. Ensuite j’ai intégré une secte durant plusieurs années ou j’ai beaucoup pratiqué. Entre autre avec Torturer car c’est là que nous nous sommes rencontrés. A l’époque le Satanisme n’était absolument pas développé comme aujourd’hui. Actuellement n’importe quel trou du cul qui a son groupe de black metal porte sa petite croix inversée et son petit pentagramme parce que c’est un vrai rebelle et que de toute façon les chrétiens c’est pas bien. A l’époque porter de tels symboles avait une véritable signification, ce n’était pas anodin. Ca impliquait quelque chose de réellement profond et de, pour ainsi dire, irréversible.

17/ Je te remercie pour l'interview, je te laisse les derniers mots.

DevianT : Merci a toi pour l’interview.

DevianT/Arkhon Infaustus

Mots clés : Arkhon Infaustus, black metal, death metal, France, Nicko et interview

Dernière mise à jour du document : mardi 19 juin 2007

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre