Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › ANIMAL COLLECTIVE - Interview avec Panda Bear

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Animal Collective

ANIMAL COLLECTIVE - Interview avec Panda Bear

par Dariev Stands › lundi 27 août 2007

Interview avec Noah Lennox alias PANDA BEAR (Animal Collective, Jane) à la villa de noailles, Hyères, MIDI FESTIVAL.

27 Juillet 07

noah lennox

Une fois passé devant l'oeil suspicieux du vigile (qui me retiendra le temps que l'organisateur lui fasse signe que c'est bon), convaincu que je suis un intrus, je me retrouve dans les backstages blanc immaculés de la villa de noaïlles... Je vois le mec de l'organisation passer la tête dans l'entrebâillure de la porte de la loge pour demander au groupe une interview, apparemment ils n'étaient pas au courant... Je me dis qu'à froid comme ça ils n'accepteront jamais, mais surprise, je suis très vite invité à rentrer dans la pièce... Tiens, il n'y en a qu'un seul ! Je me retrouve donc face à un Panda Bear (qui ressemble plus à Hibou électrique qu’à un panda, avec ses grands yeux) fatigué mais détendu, totalement ouvert à la discussion, et qui s'inquiètera même de la santé de mon dictaphone (le sale petit engin a refusé de fonctionner de tout l'entretien)... L'interview devient donc une discussion normale, entre un amateur de musique et un musicien, j'ai autant de chose à lui dire que de questions à lui poser, et nous causons autant du groupe que de musique en général, de la façon d'en écouter, et de leur présence sur guts (pour évoquer leur curieuse popularité pour un groupe si barré). J'ai donc essayé de retranscrire le plus de choses possible de mémoire. Aussi, les lecteurs de guts me pardonneront les réponses forcément écourtées de Panda Bear (de toutes façons il parlait vite et avec une sorte d'accent New yorkais indéchiffrable pour un non-aguerri aux accents ricains), et se douteront que si j'ai veillé à bien retranscrire le sens de ses dires, il ne s'est pas forcément exprimé exactement en ces termes... Bref, votre chroniqueur est une buse, c'est vrai, mais en fait pas complètement puisque Panda Bear lui-même semblait super content de l'interview. Moi qui m'attendais vaguement à une bande de mecs mal rasés et défoncés peu concernés par les questions (un cliché qui semble courir sur eux), autant dire que ce fut l'inverse. Les gars d'Animal Collective, sont de l'avis général du festival, des types cools, curieux de tout, et Panda Bear n'est pas en reste, lui qui avait quand même deux concerts à assurer juste après (Animal Collective et Jane, dans la foulée).

panda bear - person pitch (2007)

N. LENNOX : Salut, mec, ça va ?

Ouais, et toi ? La vie en tournée, tout ça ?

ça va, sauf un jour comme hier ou notre tour manager nous a empoisonnés, par exemple...

Attends, votre tour manager a essayé de vous empoisonner c'est ça ? (je commence à comprendre pourquoi il est seul dans la pièce !!)

Ouais, en fait on a du lui refiler de la nourriture empoisonnée, et du coup on a tous vomi toute la journée en roulant jusqu'ici.. Il y a même quelqu'un (ndc : un roadie si je me souviens bien de ses dires) qui a eu besoin d'aller faire une piqûre à l'hopital tellement il était malade ! Bref, un bonheur...

Il manque quelqu'un du groupe ce soir je crois, non ?

Non, c'est juste que Deakin n'est pas parti avec nous sur cette tournée... Déjà, comme on habite plus au même endroit c'est pas simple, et puis il voulait prendre un peu ses distances vis-à-vis du groupe, donc il est resté, et nous faisons la tournée à trois.

Hey, ton truc s'est éteint là, non ? (ndc : mon dictaphone vient à cet instant d'entamer une grève surprise, sans sommation auprès du patronat)

Oui oui, heu... C'est pas grave, il ne marche pas de toutes façons... C'est marrant je suis le seul à vous avoir demandé une interview aujourd'hui ?

Je ne sais pas, en fait on a déjà fait deux journées promo à Paris il y a quelques temps... Ce n'est pas ce qu'il y a de plus drôle, d'ailleurs. Tu fais des interviews toute la journée... Mais bon, quand je vois certains de mes amis qui bossent toute la journée au bureau, je me dis que finalement c'est pas si grave !

Oui, c'est un peu comme si tu avais 2 jours par an de bureau, et que le reste de l'année tu fasses de la musique...

Voilà, on peut dire ça comme ça !

Bon, j'espère que cette interview ne te donnera pas trop l'impression d'être au bureau alors. Première question ; Je suppose que vous travaillez beaucoup le son de vos disques, est-ce un aspect majeur de votre musique, ou vous focalisez-vous plutôt sur les ,chansons et les paroles ?

Les chansons restent la base de tout, mais oui, le son est définitivement quelque chose d'important pour nous. Nous essayons toujours de faire quelque chose qui sonne différemment de tout ce qu'on a déjà fait... ... On a toujours beaucoup travaillé les arrangements, les ambiances, et au final c'est ça qui donne la couleur du disque, plus que les chansons. donc, oui c'est définitivement un aspect important de notre musique.

Feels était un album pop, malgré sa production très aventureuse, cependant vous avez déclaré qu'aucun ordinateur n'était impliqué dans le son d'Animal Collective, est-ce toujours ...

D'actualité pour Strawberry Jam ?

Oui c'est ça...

eh bien, oui. On a vraiment essayé de faire quelque chose de nouveau...mais on a toujours pas utilisé d'ordinateur...

Et pour des morceaux comme "Loch raven" sur Feels, ou "Peacebone", le nouveau single, comment produisez vous ces sons, qui semblent électroniques au premier abord ?

En fait, "Loch Raven", c'est une exception ! On a manipulé un très vieux sample, que j'avais quelques années avant, et on a commencé à bâtir le morceau dessus. C'est le seul morceau ou on a utilisé un ordinateur. Sinon, pour "Peacebone", on a utilisé différents bruits provenant de synthétiseurs analogiques, rien de numérique... Et c'est pareil pour le reste de l'album, on utilise des samples et des machines analogiques, rien d'autre.

Quand on écoute vos disques, on se dit que décidément, beaucoup de choses qui sont faite via le numérique actuellement pourraient être aussi bien accomplies avec l'analogique... Comme sampler un son avec une pédale d'effet de guitare, par exemple...

Oui, ça c'est sur. On utilise pas d'ordi pour pouvoir enregistrer en live, aussi...

Est-ce que le titre de votre dernier album, "feels" (strawberry jam ne sortant qu'en septembre), est une référence à Brian Wilson ? (ndc : à ce moment -là, Panda Bear me fait signe qu'il a compris de quoi je parlais avant que je lui explique, et nous en profitons pour parler un peu de "smile")

Non, en fait, on s'en est rendu compte après, on nous l'a fait remarquer... On aurait peut etre pas appelé le disque comme ça si on avait su, ça aurait évité la confusion...

Vous semblez tous être des songwriters prolifiques, il existe plusieurs albums solo des membres du groupe, plusieurs side-projects, cela veut-il dire qu'il y a des restrictions au sein du groupe, des choses que vous ne pouvez exprimer ?

Non, pas vraiment... Ce n'est pas vraiment ça. On a pas vraiment de restrictions, c'est juste que comme maintenant on habite à des endroits différents, quand je reste chez moi, je continue à faire de la musique... C'est mon seul job, j'en ai pas d'autre, donc je ne m'arrête jamais. Je continue d'enregistrer même quand je ne suis pas avec le groupe.

panda bear - bros

En tout cas vous semblez de plus en plus populaires ici, vous sentez vous plus appréciés aux USA ou en Europe ?

... (il réfléchit) Je pense que nous sommes plus populaires aux Etats-Unis, quand même. Les salles sont un peu plus grosses qu'ici, et surtout le public est plus excité pendant les concerts... Mais cela dit, les deux derniers concerts que nous avons donné à Paris étaient super.

Du coup, vu votre popularité grandissante, vous avez signé sur Domino, qui fait les choses en grand en ce moment, c'est presque une major maintenant. Envisagez-vous, un jour, si votre succès grandit encore, de signer sur une major ?

Je ne nous vois pas sur une major, vraiment... Il ont des façons de procéder qui ne vont pas avec nous. Chaque étape du processus est tellement spéciale chez nous, je n'imagine pas une major dans tout ça. Le problème avec eux c'est qu'il faut toujours faire les choses à leur façon, faire des énormes tournées, de la promo à n'en plus finir...

Pourtant, au vu de votre "tour schedule" vous jouez pratiquement une date par soir, et c'est d'ailleurs quelque chose qui m'a toujours surpris chez les groupes indie, par exemple les Flaming Lips : Ils avaient donné un concert époustouflant au bataclan et pourtant ils faisaient ça pratiquement tous les soirs pendant 2 mois !

... c'est vrai, pour nous en ce moment c'est une date par soir, mais ça ne nous dérange pas, les concerts c'est ce qu'il y a de mieux dans une tournée... Et puis ça reste différent d'une grande tournée comme le font les groupes sur les majors : ça dure un mois maximum.

Donc vous prenez quand même du plaisir à tourner, vous avez le temps de rencontrer les gens sur la route, de partager ?

Oui, définitivement.

Vous avez une autre date demain soir ?

Oui à Lassay-les-châteaux.

Argh, vous n'allez pas pouvoir visiter le coin alors... Et vous êtes arrivés quand aujourd'hui ?

Tout à l'heure, on a fait la route depuis Melun avec le tour manager qui dégueulait par la fenêtre...

C'est la première fois que vous jouez dans le sud de la france ?

On a joués deux fois à Bordeaux, mais c'est tout.

jane - berserker



Vers quelle année peut-on remonter pour parler des débuts du groupe, au juste ?

Je dirais qu'on est vraiment devenus sérieux en 2000, lors de notre première tournée avec Black Dice (ndc : autre groupe génial de la scène new yorkaise). On enregistrait depuis des années sur des 4-pistes, et on se rencontrait occasionnellement pour jouer, mais cette tournée a été le point de départ du groupe.

Bon, maintenant une question un peu longue... il y a quelques mois, un membre du groupe Battles déclarai dans une interview que l'état de la musique pop était en train de changer, et ce grâce a des groupes comme Liars, Animal Collective ou encore Gang Gang Dance (Ndc : qui ont joué l'an dernier lors de la première édition du midi festival). Selon lui, beaucoup de barrières étaient en train de tomber. C'était assez excitant à lire du point de vue d'un fan de musique - surtout venant d'un groupe de math rock parlant de la scène New Yorkaise - puisque cela sous entendait l'idée de la fin des genres musicaux, mais êtes vous d'accord avec cette affirmation ?

Oui, c'est sur qu'on fait partie des groupes qui essayent de garder l'esprit ouvert, qui essayent de nouvelles choses... Oui, je suis d'accord avec ça, même si sur la scène de New york on fait tous des choses différentes, on se sent proches. Si ça peut contribuer à cette évolution, j'en suis content. Nous essayons d'aller vers ça, en tout cas.

Personnellement, je pense que malgré le fait que vous n'ayez pas recours à l'informatique, quelqu'un qui écouterait de l'electronica trouverait votre musique familière, avec quelquefois le même genre de structures, par exemple dans "loch raven" justement, donc vous sentez-vous d'une façon ou d'une autre proche des artistes électroniques, ou plutôt des groupes folk, ou simplement les deux ?

(immédiatement) tout simplement les deux, je pense. Perso, j'écoute autant d'electro que de folk, et je vois ce que tu veux dire à propos des structures... J’ai toujours été dans la dance music, j'en ai toujours écouté.

Allez-vous jouer des morceaux de "strawberry jam" ce soir ?

En fait, on les a déjà joués sur scène depuis deux ans, on en a terminé avec eux... Là, pour cette tournée, on va jouer presque uniquement des morceaux d'après "Strawberry Jam", qui sortiront encore après. De tout nouveaux morceaux, et peut-être une ou deux choses des anciens disques

Donc sur scène, vous en etes déjà au prochain-prochain album ?

Voilà c'est ça.

{Gloups..} (ndc : en fait il s’avère qu’il ont toujours fonctionné comme ça depuis leur débuts… Un morceau gravé sur disque n’est pratiquement plus joué sur scène). Bon, eh bien c'est tout ! merci d'avoir répondu à mes questions.

Merci à toi, mec, c'était cool. J'espère que le concert te plaira.

animal collective - strawberry jam (2007)

Finalement, Panda Bear est un type particulièrement concerné et terre-à-terre dans la vraie vie... Cette interview laisse à penser que la créativité débridée de son groupe (et lui en particulier : 3 albums solo, présent sur tous les Animal Collective, Plusieurs sorties confidentielles avec Jane) n'est autre qu'une conséquence du fait qu'ils voient la musique comme leur unique "job"... Comme beaucoup de musiciens américains qui malgré leur volonté de fuir le très vampiresque monde du travail de leur pays se retrouvent ultra-productifs presque sans faire exprès...

en fait Avey Tare et Geologist étaient dans le public, en train de regarder le concert d'Eglantine Gouzy et de papoter avec les gens, ce que feront la plupart des musiciens du midi festival, mélangés au public, ce qui ne manquera pas de me rappeler – dans un registre aux antipodes - le fameux festival Rock in opposition, même si là, il n'y a rien d'étonnant pour la majorité des artistes, peu connus.

Mots clés : animal collective panda bear noah lennox jane noailles hyeres midi festival

Dernière mise à jour du document : vendredi 4 décembre 2009

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre