Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Horna / Blacklodge / Tortorum le 25 septembre 2012 au Glaz'art (Paris)

Horna / Blacklodge / Tortorum le 25 septembre 2012 au Glaz'art (Paris)

par Stéphane › mardi 9 octobre 2012


Style(s) : metal extrême / black metal

Norvège, Finlande, France, Glaz'art, Black Metal.

Après un été bien plat musicalement, je faisais ma rentrée au Glazart en espérant une année chargée en sorties de qualité, mais aussi en concerts.

Et si je fais ma rentrée ce soir, il semble que les parisiens aient quant à eux prolongés leurs vacances. Le Glazart n'aura pas compter plus de cent âmes au plus fort de la soirée, ce qui est peu, très peu. Pourtant, Horna n'est pas le genre de groupe à passer tous les mois dans nos contrées, et sans non plus être la formation la plus attractive qui soit, il me paraissait pourtant opportun de passer par le Glazart en ce mardi soir.

Tortorum aura eu la très difficile tache d'ouvrir le bal, dans une salle alors quasiment vide. Face à eux, 30 pèlerins assommés par une journée de boulot (ou par l'alcool déjà ingurgité pour certains) et totalement amorphe. Ceci dit, comprenons le public, Tortorum est plutôt inconnu au bataillon, et pour cause : les Norvégiens ont sorti leur premier album il y a moins de six mois. Néanmoins, ce ne sont pas les derniers venus puisqu'on retrouve pèle mêle des musiciens (ou anciens membres) de Gorgoroth, Immortal, Veles ou Thunderbolt. Vu ces quelques références, vous aurez deviné que la finesse n'est pas de mise. Un black metal agressif, même s'il s'offre par moment quelques instant de répit. Néanmoins, c’est bien dans les moments les plus rapides que le groupe se montre le plus efficace, et c'est en tout cas ce que j'ai retenu principalement. Quand on retombait dans des parties beaucoup plus basiques (il y avait parfois du "under a funeral moon") ça passait largement moins facilement. Une prestation néanmoins plus que plaisante avec un chanteur très présent sur le front de scène et un des gratteux qui, caché sous sa tignasse, laissait parfois entrevoir des yeux grand ouverts et remplis de haine. Notons la reprise de "call from the grave" de Bathory en fin de set. Solide.

Au départ, c'est Hell Militia qui devait passer en second sur cette affiche, mais ils ont dû annuler leur prestation (pourtant deux d'entre eux étaient présents dans la salle ce soir) quelques jours avant le concert, les voyant ainsi remplacés par Blacklodge. Double déception : je venais à ce concert surtout pour les voir eux, et cerise sur le gâteau, je n'aime absolument pas Blacklodge. J'ai même leur black indus en horreur, malgré le fait que je sois plutôt fan du genre. Mais désolé, entre un Aborym, Diabolicum ou Mysticum d'un côté et Blacklodge de l'autre, il n'y a pas photo. Du coup sur scène j'ai forcément encore plus de mal à accrocher. Le groupe aura par moment réussi à me faire réfléchir "non mais en fait j'exagère, ça sonne plutôt bien ce passage", mais la majorité du temps c'est un rejet en bloc qui s'opère. La boite à rythme tape trop vite et trop fort une rythmique de schizophrène. Le public est pourtant conquis, mais d'avance selon moi. Les fans avaient répondus présents et auront animés la fosse tout au long de leur prestation. Tant mieux pour le groupe, et tant pis pour moi qui serais resté en retrait tout du long en regardant ma montre bien trop souvent à mon goût.

Groupe ultra prolifique, Horna est donc la tête d'affiche de la soirée. J'avoue ne pas avoir tout suivi de leur carrière, car leurs productions s'enchaînent à un rythme infernal. On ne compte plus le nombre de splits et EP, et je crois qu'ils en sont à leur septième album, mais peut-être suis-je dans le faux. Bref, pour ne pas vous mentir, à part un ou deux titres joués hier soir, je ne connaissais rien de leur set list. Et alors ? Le groupe a été monstrueux, peut-être pas la tuerie de l'année sur scène, mais au moins dans le top 5. Les finlandais envoient du lourd sur scène, déjà par une présence scénique assez oppressante. Le chanteur concentre une bonne partie de notre attention, enchaînant les gestes rituels les uns après les autres, mais les autres ne sont pas vraiment en reste et n'hésitent pas à s'avancer pour haranguer le public. Musicalement, Horna reste fidèle à ce que je lui connaissais comme qualité. Des riffs très prenants, tantôt totalement agressifs, mais aussi parfois plus mélodiques, le tout sur des rythmes variés et efficaces. Au total, un show d'une heure pour ce qui restera une bonne soirée.

On ne regrettera finalement qu'une faible mobilisation du public et un son à la limite de l'acceptable sur l'ensemble de la soirée. Et pour ma part l'absence de Hell Militia.

Mots clés : horna, blacklodge, tortorum, black, metal, paris, glazart et indus

Dernière mise à jour du document : mardi 9 octobre 2012

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre