Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Incantation, Paris, Gibus Club, 15 mars 2019

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Incantation

Incantation, Paris, Gibus Club, 15 mars 2019

par Nicko › dimanche 24 mars 2019


Style(s) : metal extrême / death metal

Ce soir, c'est un retour nostalgique dans les années 90 qu'on nous propose. Imaginez un peu, Incantation, légende du death metal américain aux trente ans de carrière, de retour dans la salle du metal extrême des années 90, le Gibus Club, où la formation avait déjà joué une première fois 25 ans plus tôt ! La bande à John McEntee est en pleine tournée pour la sortie de leur dernier album, de 2017, "Nexus profane", et ils sont accompagnés de leurs compatriotes de Skinned, des Allemands de Defeated Sanity auxquels se sont ajoutés les Français d'Atavisma pour une soirée 100% death metal qui tâche !

affiche Incantation

J'arrive pour la performance de Skinned. La salle se remplit progressivement et atteint déjà une jauge respectable. Les Américains jouent du death bien brutal. On sent bien l'inspiration des années 90, la formation n'est d'ailleurs pas toute jeune et on sent un savoir-faire dans ce domaine. Ils ajoutent avec parcimonie des plans plus modernes sans pour autant tomber dans le metalcore jumpant. Faut pas déconner ! Mais on sent que le groupe veut y inclure des rythmes plus catchy et mid-tempos. Je ne suis pas le plus grand fan du genre, mais il faut bien reconnaître que le groupe s'en sort avec les honneurs.

Ça enchaîne avec Defeated sanity dans un registre toujours aussi brutal mais beaucoup plus technique. Pour le coup, je suis beaucoup moins friand de ce style trop stérile à mon goût. J'imagine vraiment que sur album, ce groupe ne devrait pas du tout me parler. En concert, ça passe mieux, il y a l'énergie du live et la qualité de l'interprétation qui aident. Et là, faut bien l'avouer, Defeated sanity sait jouer à la perfection. Le style est certes haché mais le groupe étant tellement bien en place qu'il y a une bonne fluidité tout au long du set. Le groupe a de la bouteille, le chanteur, dans un mode égorgeur de porcs, est assez impressionnant, tant au niveau performance pure que maîtrise. Il faut bien leur reconnaître ces qualités parce qu'ils le méritent. Pour le reste, effectivement, ce n'était pas trop mon style.

Il y a peu de groupes de death metal qui ont grâce à mes oreilles, même dans les grands pontes du genre. Incantation fait partie de ce cercle très fermé. Forcément, cette soirée, c'était eux et eux seuls que j'attendais. Après une intro particulièrement longue issu du film d'horreur "Evil dead", "Christening the afterbirth", du tout premier album, nous plonge enfin dans l'univers si particulier du groupe marqué par ce son unique, lourd, poisseux et gras. Que ce soit sur les parties purement brutales ou bien plus lentes et doom, la bande à John McEntee sait se faire ultra-convaincante, toujours avec ce style bien démoniaque et purulent, mixé à la manière turbocompresseur ! John, en mode Papa Noël du death metal avec son énorme barbe blanche dans le même style que celui de Tom Araya de Slayer, maîtrise son sujet. Même si son chant ne vaut pas le râle caverneux de Craig Pillard, il reste tout à fait convenable avec une vraie puissance et une profondeur allant parfaitement au style d'Incantation. On a droit à un set solide du groupe, très pro, avec un bon équilibre entre les années 90 et les trois derniers albums des années 2010. En gros, on n'a pas eu un set pour les vieux fans pour fêter les 25 ans de "Mortal throne of Nazarene" ou trop axé sur les derniers travaux du groupe, mais on a plutôt eu affaire à un bon best of des familles sur les trente années d'existence des Américains. En fait, ce qui est vraiment bon avec Incantation, c'est qu'on n'a pas l'impression que le temps a de l'emprise sur leur style. Certes, le groupe a connu quelques baisses de régime, des albums moins intenses, mais ils ont toujours su garder leur style toujours noir, putride et maléfique, ils sont restés fidèles à leurs racines. Les musiciens qui accompagnent McEntee sont impeccables, carrés et précis, notamment Sonny Lombardozzi dont les solos étaient particulièrement intenses. L'ambiance était aussi bien furieuse dans la salle avec une réponse assez enthousiaste des Parisiens venus en nombre ce soir.

set-list Incantation :
  • Intro
  • Christening the Afterbirth
  • Shadows of the Ancient Empire
  • Lus Sepulcri
  • Golgotha
  • Profound Loathing
  • Immortal Cessation
  • Forsaken Mourning of Angelic Anguish
  • Rites of the Locust
  • Carrion Prophecy
  • Dominant Ethos
  • Omens to the Altar of Onyx
  • Impalement of Divinity
  • Ascend Into the Eternal
  • Rotting With Your Christ
  • The Ibex Moon
  • Impending Diabolical Conquest

Au final, ce fut une bonne soirée pas forcément très fine mais qui a bien tapé dans le gras avec diversité et toujours avec efficacité. Bien sûr, je retiendrai Incantation par goûts personnels mais je comprends facilement l'engouement pour Defeated sanity qui a été super pro. Merci à Suden Promotion et à Garmonbozia pour cette soirée !

Mots clés : Nicko, concert, death metal et Incantation

Dernière mise à jour du document : dimanche 24 mars 2019

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre