Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Black Christmass 2016

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Nifelheim, 1349, Marduk, Taake, Rotting Christ, Primordial

Black Christmass 2016

par Nicko › dimanche 29 janvier 2017


Style(s) : metal extrême / black metal / death metal

C'est presque devenu un passage obligé depuis quelques années, à la mi-décembre, juste avant les fêtes, une visite en Scandinavie est de mise ! Pour la troisième année consécutive nous avons droit au Black Christmass Festival à Norrköping, à environ deux heures de train au sud de Stockholm. Au programme cette année, nous avons une affiche comprenant en têtes d'affiche Bloodbath et les locaux de Marduk (dont ce sera le 5ème concert sur ce festival mais pour la première fois en tête d'affiche), ainsi qu'entre autres Primordial, Unleashed, Taake ou Rotting Christ. A nouveau, Guts Of Darkness a fait le trajet pour une nouvelle édition de ce festival.

Black Christmass 2016

Montée en puissance

Pour tout vous dire, ce festival, je l'attendais avec impatience, j'en avais un réel besoin ! Notamment pour retrouver cette ambiance si particulière d'un festival en Suède et aussi pour souffler de la vie parisienne stressante et harassante, bref, m'évader ! Hasard du calendrier, la veille du premier jour, il y avait le fameux concert de Mayhem et Watain... avec son lot de bières descendues !! Donc le départ le lendemain à l'aube fut des plus compliqués (et je ne parle même pas de la grève des taxis...), mais finalement sans accrocs ! Suite à ce départ pour le moins tardif, ce n'est que vers 17h que nous arrivons à Norrköping après un périple métro-RER-avion-bus-train tout ce qu'il y a de plus frénétique ! Vous pouvez facilement comprendre que ce festival, nous allions le prendre à la cool ! Le temps que nous posions les affaires à l'hôtel, nous arrivons sur place alors que The Haunted joue. Comme nous n'avions pas spécialement prévu de les voir (nous avons hélas loupé Firespawn qui jouait juste avant et que nous avions vu avec plaisir un an plus tôt lors du Mörkaste Småland), nous avons pris du temps pour nous remettre de notre périple en prenant une bonne bière du cru local tout en vaquant dans le bâtiment faisant face au Flygeln (la salle où se déroule le festival), la Värmekyrkan, ancienne église ayant brûlé et qui fait office de Black Market proposant en plus des stands de ventes traditionnels (CD, vinyls, T-shirts, fringues en tout genre...) une exposition de Kristian Wåhlin, alias Necrolord, responsable de plusieurs artworks de groupes (Dissection en tête...), ainsi qu'une autre qui nous aura particulièrement impressionnés, Fanatomy, que je ne peux que vous conseiller (https://www.facebook.com/fanatomyil... & http://fanatomy.tictail.com/), proposant des tableaux extrêmement précis de différentes parties du corps humains (en noir et blanc ou rouge-sang) tels que le cœur, les os, des cranes, absolument magnifiques !

Le temps d'être dans le bain, j'investis la salle du Flygeln, toujours aussi classe et spacieuse, alors que Rotting Christ a déjà entamé son set. J'avais déjà pu assister à une performance du groupe un mois et demi plus tôt lors de leur tournée avec Inquisition, et j'ai retrouvé à peu près la même ossature de leur précédent concert. Je n'ai jamais été fan de leur musique mais en concert, on ne peut pas dire que ce soit des manchots. Les grecs sont percutants, ils réussissent à allier death metal old-school avec une certaine modernité. Leur musique est directe tout en étant recherchée et surtout, ils ont une grande expérience de leur art. Leur set respire la maîtrise. Je ne suis pas devenu fan, j'ai du mal à accrocher à leurs morceaux, mais en concert, ça fait bien plus que passer. Le son est parfait, clair et puissant ce qui fait qu'on en prend quand même plein les oreilles. Et, en ce qui nous concerne, pour débuter un festival, on a connu bien pire !!

J'attendais un peu plus Primordial qui devait enchaîner. Pour le coup, j'ai découvert le groupe irlandais cette année et j'avais été agréablement surpris. J'étais donc impatient de les revoir ce soir. Et je n'ai pas été déçu du tout ! A.A. Nemtheanga était bien en forme, très charismatique et super à l'aise sur scène. C'est vraiment lui qui fait le show. Il a un chant à la fois puissant et clair avec un timbre qui sied parfaitement au style épique de Primordial. Les morceaux sont plutôt longs, tout en progression, prenant leur temps pour se développer et même si je n'irai pas jusqu'à dire qu'ils sont transcendants, ils se laissent écouter super facilement. Surtout, le groupe a une réelle identité, avec une musique à mi-chemin entre folk et metal extrême avec des compositions prenantes et intenses. Je comprends tout à fait certains de mes amis qui sont véritablement à genou devant ce groupe. Et là, avec la puissance du live, inutile de dire que ce soir ils ont gagné un nouveau fan !

Primordial

A peine la performance des irlandais terminée, je tombe sur de vieilles connaissances, et comme ce n'est pas tous les jours que je les croise, c'est forcément au bar du festival à la Värmekyrkan que ma soirée se termine, zappant honteusement la performance des têtes d'affiche du jour, Bloodbath, mais bien entouré et en enquillant quelques bières ! C'est aussi ça le charme de ces festivals ! Vous l'aurez compris, cette première journée de festival n'aura pas été des plus productive pour votre serviteur et elle se sera conclue de la même manière que la veille, lors du concert Mayhem/Watain, c'est-à-dire avec pas mal d'alcool !!

Taake par KO !

Suite aux différentes péripéties des jours précédents, nous avons pris notre temps pour émerger et être frais et dispos pour cette deuxième journée qui s'annonçait sous les meilleurs auspices avec 3 groupes que nous attendions avec impatience, Nifelheim, Taake et bien évidemment Marduk. Et c'est justement pour le groupe suédois menés par les fameux frères jumeaux Hellbutcher et Tyrant que nous investissons la salle de concert. Nifelheim, c'est LE groupe à voir en concert une fois dans sa vie si on est fan de metal ! Les deux frères sont les plus grands fans d'Iron Maiden au monde et ça se ressent sur scène. Tous les clichés y passent, la communication avec le chanteur est phénoménale, le groupe allie avec classe heavy metal traditionnel et metal extrême avec les riffs et les solos de l'un et l'ambiance brutale et destructrice de l'autre ! De l'intensité à l'état pur ce groupe ! Non, vraiment, vous ne devez pas louper ce groupe si vous avez l'occasion de les voir, vous ne serez pas déçus ! "Sodomizer" est un hit en puissance et permet au public de se lâcher intégralement. Nous les avions déjà vus deux ans auparavant sur la même scène et encore une fois nous avons été conquis ! Une super performance !

Nifelheim

Les norvégiens de 1349 enchaînent avec comme à leur habitude un set ultra-destructeur. Frost est derrière les fûts et cela s'entend ! Ca défouraille comme rarement pour une performance d'une rare intensité ! Comme le son est clair, l'impression de puissance est bien présente. Cependant, leur style est quand même un peu trop linéaire et les compos manquent de génie pour moi. Je n'avais jamais véritablement accroché à leurs précédents concerts et ce n'est pas celui-là qui fera changer la donne. Pas déplaisant, mais rien de fabuleux non plus. En gros, pour faire simple, 1349, c'est du gros black metal norvégien ultra-boeuf mais ça reste un ton en dessous des pointures du genre, même avec un monstre comme Frost derrière les fûts.

1349

Et justement, en parlant de pointure du genre, Taake prend la suite des hostilités. Et "hostilité" est le mot adéquat ! Parce que la bande à Hoest sur scène, c'est la guerre ! Affublé d'un T-shirt représentant l'emblème barré de l'islam, Hoest reste fidèle à lui-même, toujours aussi provocateur ! Et sur scène, il fait corps avec sa musique. Il la vit ultra-intensément. Et Taake sur scène, c'est comme un aller simple pour la Norvège, on voit des images de montagnes reculées enneigées s'enchaîner à la même vitesse que les riffs se succèdent. ET qu'est-ce que ça fait du bien ! Il s'agit de l'un des rares derniers représentants de cette scène norvégienne des années 90, alliant de légères touches folk à un black metal épuré et destructeur. Les musiciens sont en parfaite osmose et clairement là, c'est géant, du groove, des compositions à la fois puissantes, incisives, variées et inspirées. "Hordaland doedskvad Part I" fait bien évidemment son p'tit effet comme à chaque fois avec ses montées tout en intensité. Bref, là, Taake se place comme un sérieux prétendant du concert de ce festival !

Taake

Nous nous remettons de nos émotions en allant prendre quelques bières ce qui nous fait louper la performance d'Unleashed qui devait succéder aux norvégiens. Nous revenons donc pour la tête d'affiche de cette dernière journée, les régionaux de l'étape, à savoir Marduk. Le groupe de Morgan Håkansson a été présent à chaque édition du festival, mais pour une fois, cette année, ils ne jouent qu'un seul soir. Et pour cette troisième édition, les suédois nous présentent pour la toute première fois, leur album "Heaven shall burn... when we're gathered" en intégralité pour fêter les 20 ans de la sortie de l'opus. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en live, ce disque est particulièrement destructeur (si certains en doutaient encore). Les enchaînements sont tout de même assez mémorables. Mortuus est particulièrement appliqué sur "Darkness it shall be" que je n'avais pas vu en live depuis 2003. C'est aussi dans ce genre d'exercice qu'on se rend compte de la fluidité de l'album, des morceaux vraiment imparables, sans véritable baisse de régime, même le mid-tempo "Dracul va domni din nou in Transilvania" est ultra-puissant. "Legion" termine le travail avec un 'Death to peace' scandé par toute la salle ! S'en suit une petite pause de quelques minutes avant que le groupe ne revienne pour une deuxième partie avec des morceaux d'à peu près toutes les périodes de la carrière du groupe. Comme Primordial a joué la veille, on pouvait s'attendre à un "Accuser/Opposer" avec le chanteur du groupe irlandais (qui avait participé à l’enregistrement de ce morceau à l'origine), A.A. Nemtheanga, et effectivement, enfin, j'ai réussi à voir ce morceau exceptionnel en live ! Ce fut un autre grand moment de ce set ! Mais sur l'ensemble, j'ai surtout été soufflé par l'intensité de l'album de 1996 comparé à la deuxième partie du set. N'empêche, je n'ai pas du tout été déçu et j'attends avec impatience les prochaines célébrations de cet album en 2017 !

Marduk

set-list Marduk :

  • Heaven shall burn... when we are gathered:
    • Summon The Darkness
    • Beyond the Grace of God
    • Infernal Eternal
    • Glorification of the Black God
    • Darkness It Shall Be
    • The Black Tormentor of Satan
    • Dracul Va Domni Din Nou in Transilvania
    • Legion
  • The Levelling Dust
  • Throne of Rats
  • Accuser/Opposer
  • Between the Wolf-Packs
  • Temple of Decay
  • Panzer Division Marduk
  • The Blond Beast
  • Wolves

Au final, je dirais que ce festival aura été bien sympa, même s'il reste en ton en-dessous des précédentes éditions, notamment par une affiche moins alléchante que par le passé. N'empêche, c'est tellement un plaisir de retourner à Norrköping, surtout dans des conditions aussi optimales pour assister à un festival. Le son, la salle, le lieu, les expositions proposées, tout a été au rendez-vous pour passer un super moment en Suède. Nous espérons réellement pouvoir y retourner à l'avenir !

Crédits photos : Ivan Sanchez - Tales From The Frontline (https://www.facebook.com/TalesFromT...)

Mots clés : Nicko, black metal, Black Christmass, Marduk, Primordial, Norrköping, Suède et festival

Dernière mise à jour du document : lundi 30 janvier 2017

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre