Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Tattoo the planet festival 2001 - Bercy, Paris, 28.sept.2001

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Pleymo, Biohazard, Cradle Of Filth, Slayer

Tattoo the planet festival 2001 - Bercy, Paris, 28.sept.2001

par Nicko › lundi 19 septembre 2005

Affiche

Slayer + Mass Hysteria + Cradle Of Filth + Biohazard + X-Syndicate + Artsonic + Pleymo

Chronique

Entre les différents désistements et autres changements de dernières minutes, causés entre autres par les événements du début du mois, 7 groupes sont finalement à l'affiche : Pleymo, Artsonic, X-Syndicate, Biohazard, Cradle Of Filth, Mass Hysteria et Slayer. Autant dire que pour ce festival, un large panel du metal actuel est proposé : rap-metal, néo, hardcore, punk metal, metal technoîde, metal blackisant, thrash, tout y passe ou presque, il doit juste manquer le heavy ! On aurait pu craindre à un moment quelques problèmes concernant l'accueil des différents groupes, vu l'éclectisme de l'affiche, mais au final, aucun groupe n'aura été hué et le public s'est donné à fond pour les 7 formations de la soirée.

Tout commence vers 18H10 avec Pleymo. Le groupe français, arborant des vêtements très colorés, va nous proposer pendant une bonne vingtaine de minutes un metal vraiment puissant avec un chanteur-hurleur très bon, entrecoupé de parties plus "rappées" un peu déplaisantes vu la puissance dégagée lors des parties plus "extrêmes". Le groupe aura même le temps de faire monter sur scène les chanteurs de Wünjo et Watcha. Au final, les français s'en sortent avec les honneurs. Artsonic enchaine sur la deuxième scène et là, je dois dire que le niveau baisse légèrement. La musique du groupe manque beaucoup d'originalité et je n'ai pas trouvé que la performance ait été très bonne. On peut juste noter un final avec "Another brick in the wall" des Pink Floyd dans une version très personnelle !

Suivent les parisiens de X-Syndicate. Ce quintette complètement inconnu, composé de 4 filles et 1 garçon, évolue dans un style punk-rock/metal des plus primaires et basiques. Le son est absolument horrible et la performance, vraiment pitoyable. Il n'y a pas une once d'originalité dans leur musique et je dois dire que la voix de la chanteuse est assez insupportable. Biohazard, premier groupe étranger de la soirée, enchaine sur la deuxième scène. Visiblement très marqués par les événements du 11 septembre, ils ont en effet assisté à l'éfondrement des deux tours à partir de leurs appartements de Brooklyn, les américains vont nous interpréter un peu plus d'une demie-heure de hardcore très rageur dont un "Love denied" et un "Wrong side of the track" magnifiques. Billy Graziadei ira même jusqu'à jouer debout sur la fosse à l'image d'Iggy Pop en 1970 ! Les new-yorkais n'ont rien perdu de leur puissance et leur set fut au final très bon, court mais intense !

Sans transition, on passe à Cradle Of Filth. Et là, tout le concert fut perturbé par des problèmes de son au niveau des guitares, sans parler du son général assez mauvais, ou presque ! Malgré cela, la performance fut quand même d'un très bon niveau avec notamment de superbes claviers. Comme lors de leur dernière venue parisienne en novembre 2000, des échassiers ont investi la scène une bonne partie du set. Dani n'était pas en super forme, mais sa performance ne fut pas non plus catastrophique, Sarah a été comme à son habitude impeccable et Adrian s'en est sorti derrière ses fûts comme il pouvait, en massacrant au passage l'intro de "The forest whispers my name" ! Un concert honorable, mais encore ici trop court, 35-40 minutes à tout casser !!

Une vingtaine de minutes nous est accordée avant de passer à Mass Hysteria. Bien que n'étant pas du tout fan du groupe, je dois admettre que leur performance fut très pro et très puissante avec un chanteur déchainé. Leur set s'est terminé avec une "Furia" très... furieuse (!!!) avec Stéphane Buriez, de Clearcut, très en voix ! Un bon set plein d'énergie. Après ce dernier show de la part de Mass Hysteria, les choses vraiment très sérieuses peuvent débuter. Parce que sans eux, le festival aurait été obligé d'annuler ! Slayer, car bien sûr il s'agit d'eux, déboule sur scène pour nous interpréter "Disciple" reprit en choeur par tout Bercy. S'ensuit un "War ensemble" plus que jamais d'actualité, puis, pour bien assoir la réputation du groupe, un enchainement de boucher avec "Postmortem" puis "Raining blood" en version longue (oui, oui, même avec les solos de la fin !!!) puis "Hell awaits" !!! Après cela, Slayer se la joue roue libre (ou presque !). De toute manière, tout le monde est sur le cul ! La set-list est particulièrement alléchante avec tous les grands classiques entrecoupés de quelques récents morceaux comme l'excellent "Bloodline" ou le furieux "Dittohead" tiré de "Divine intervention". Le groupe ira même jusqu'à nous ressortir des titres comme "Die by the sword", "Seasons in the abyss" ou même "Captor of sin", sans parler d'un enchainement monstrueux avant les rappels avec "Altar of sacrifice", l'intro de "Jesus saves" puis "Chemical warfare". Le rappel quant à lui est sans surprises et conforme aux attentes de tout le monde, "South of heaven" et "Angel of death", classique mais si bon et efficace ! Pour conclure, on peut dire que ce festival aura été une grande réussite, éclectique et de très bonne qualité générale !

Mots clés : festival, Paris, concert et Nicko

Dernière mise à jour du document : lundi 19 septembre 2005

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre