Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Taake, Paris, Petit Bain, 11 oct. 2018

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Taake, One Tail, One Head

Taake, Paris, Petit Bain, 11 oct. 2018

par Nicko › mardi 23 octobre 2018


Style(s) : metal extrême / black metal

Ce mois d'octobre est particulièrement doux cette année dans l'hexagone. Pourtant, en ce 11 octobre au Petit Bain de Paris, les températures ont chuté d'un coup avec la venue d'un trio de norvégiens, Orkan, One Tail, One Head et Taake, accompagnés des helvétiques de Bölzer pour une soirée placée sous le signe du black metal de tradition. Avouez que ce plateau était particulièrement alléchant ! Impossible que je loupe cela !

affiche concert

Des contraintes personnelles et professionnelles m'ont fait louper Orkan mais j'arrive juste à temps dans la péniche pour assister à la performances de One Tail, One Head. Dire que je les attendais de pied ferme est un euphémisme. Le groupe n'est pas si courant que cela sur scène mais surtout, alors qu'ils sortent quasiment en même temps leur premier album, le quatuor a décidé de mettre un terme au groupe à la fin de l'année !! Autant dire que c'était l'occasion ou jamais pour les voir une dernière fois sur scène (et accessoirement acheter leur album !). Ils n'ont pas déçu ! Le groupe n'est pas spécialement raffiné, ils jouent du black metal avec une attitude et un son punk, crades mais maîtrisés, jouant énormément sur l'énergie et une atmosphère épurée. Les morceaux sont crus, Luctus, le chanteur, est ultra-charismatique à gueuler et à tenir le public en haleine. On assiste à une performance rappelant le vieux black metal qui agresse les oreilles, à l'image de Darkthrone et de... Taake justement. Les compositions sont somme toute variées avec beaucoup de changements de rythmes mais en gardant cette base rock/punk qui donne toute sa personnalité à leur musique. Luctus représente l'archétype du frontman totalement possédé. La soirée commençait bien pour moi.

La salle se remplit progressivement et on n'est pas loin du concert complet quand Bölzer investit à son tour la scène. Le duo a souvent des difficultés sur scène à retranscrire correctement la profondeur de leur musique assez personnelle. Ce soir, on peut dire facilement que ce fut une réussite. Contrairement à la majorité des concerts que j'ai pu faire dans cette salle, ce soir, le son est plutôt bon et permet de bien mettre en évidence la densité de la guitare de KzR. Pareil pour le chant, le réverb' est plutôt bonne et le résultat est vraiment top. On est directement transportés comme lors de l'écoute de leur album, "Hero", avec ce chant clair, haut, très haut, proche de la lumière (comme sur la pochette de l'album). Et même si c'est dur de tenir une scène entièrement à seulement deux musiciens (et qu'on ne bouge pas sur scène comme peut le faire Dagon d'Inquisition), je suis resté impressionné par leur performance et par leur magnétisme. Vraiment, Bölzer est un groupe à part, à la fois respectueux de la tradition d'un metal épuré mais en y incorporant une véritable touche personnelle. L'un des meilleurs concerts de leur part auquel j'ai pu assister jusqu'à présent.

Passons maintenant à Taake. On ne les présente plus, ils font partie des tout meilleurs ambassadeurs du black metal norvégien, et à cette occasion, le groupe fête ses 25 ans, en même temps qu'ils viennent défendre leur très bon dernier album, "Kong vinter" ! Hoest est bien en forme. Il a maintenant la tête rasée, victime d'une calvitie un peu trop agressive, mais il garde toujours son charisme de tous les instants. Taake sur scène, c'est déjà cette bête sauvage magnétique qu'est Hoest. Il vit son concert par tous les pores et, à l'instar de Luctus de One Tail, One Head, il possède un charisme ahurissant. Il n'y a que lui sur scène tellement il éclipse ses comparses qui ne sont pourtant pas statiques ni transparents ! Avec Hoest, on ne sait jamais trop ce qu'il va se passer sur scène tellement il peut être imprévisible. Il bouge partout sur scène, tend le micro aux premiers rangs, se jette à quelques centimètres d'eux. Bref, Hoest sait faire le show. Et il n'y a pas à dire, mais ça fonctionne. Taake reste un groupe monstrueux sur scène. Musicalement, il n'y a pas de grande surprise, on reste dans du black metal très porté sur les années 90, cru et agressif, avec une interprétation optimale. Le groupe commence à bien être rodé et n'a pas connu de changements ces dernières années. Toutes les périodes de la carrière de la formation sont passées au rouleau compresseur et lors des rappels, on avait l'impression qu'ils ne voulaient pas quitter la scène, à jouer le maximum qu'on leur laissait le temps. Vraiment, à nouveau, Taake nous a montré qu'il fallait toujours compter sur eux ! Une excellente performance !

Au final, on a eu droit à une soirée homogène que ce soit en termes de style qu'en termes de qualité. Voici le genre de concert qu'on aimerait voir plus souvent ! Merci à Garmonbozia pour cette soirée réussie !

Mots clés : black metal, concert, Taake, norvège et suisse

Dernière mise à jour du document : mercredi 24 octobre 2018

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre