Vos commentaires

Vous êtes ici › Vos commentaires

Les derniers commentaires

résultats 41 à 60 sur un total de 170605 • page 3 sur 8531

Supersilent1-3
Supersilent - 1-3
Le Gnomonique › lundi 11 novembre 2019 - 18:16  message privé !

Etonnant qu'il n'ait pas suscité plus de commentaires celui-là. Dans la catégorie "disques brontosaures" il se pose là le coquin. Le titre 1.3 est un peu ce qu'aurait été Merzbow si j'avais aimé Merzbow. Je les réécoute tous ces derniers jours et ma préférence pour leurs débuts ne se dément pas. Le batteur abattait un labeur phénoménal et j'avoue avoir un peu décroché après le 8 même si leur musique reste belle.

Note :       
YobClearing the Path to Ascend
Yob - Clearing the Path to Ascend
born to gulo › lundi 11 novembre 2019 - 16:45  message privé !

Fou comme une récente re-tentative d'Our Raw Heart le pataud lui donne de la majesté, à celui-ci...

Cabaret VoltaireMicro-Phonies
Cabaret Voltaire - Micro-Phonies
Dioneo › lundi 11 novembre 2019 - 14:01  message privé !
avatar

"Cabaret Voltaire aiment le funk, et Kraftwerk, comme Afrika Bambataa ou Cybotron, mais à leur façon, et Micro-Phonies rappelle que "electro" n'est rien d'autre que le diminutif "d'electro-funk"". Tout à fait ça ! Leur façon qui est cousine (voire incestueusement sœur, parce qu'on aime les rapports pas reconnus par la soci-psycho-hygiène chez ces gens... ou les mettre en scène/œuvres/actions en tout cas) de celles d'autres dans l'indus, de ceux qui avaient senti le besoin de passer à autre chose. Le Throbbing Gristle de 20 Jazz Funk Greats évidemment, Chris & cosey très logiquement, à la suite, Clock DVA (eux aussi de Sheffield, et puis Sensoria ici, Sensorium chez les autres... est-ce complètement un hasard ?)... Même chez SPK quand ça délaisse le bruit blanc sur blast de containers pour partir dans le proto Front Line Assembly/Skinny Puppy, en effet (ou... KMDFM ?). Cf aussi A Certain Ratio, 23 Skidoo... ou les débuts de gens comme Human League et cie. (Sans compter Gang of four oui, cité malignement comme en passant dans la chro).

En effet ça fait qu'on se retrouve proche à la fois de Cybotron ou d'autres "pionniers" techno/house (donc/et... dans un prolongement du jazzfonk à la Hancock et cie. plutôt que du Miles électrique directement - les gens de cette scène là étant à mon avis souvent en train de se paumer, eux, dans la technologie d'époque, finissant par sonner kitsch mais ridiculement, très sérieusement, à force de vouloir se raccrocher, là où pour le Cab et les autres plus haut cité, le kitsche est intégré, c'est un bout du propos, ça fait du fun et du bon et du fond du discours, de la pertinence de la démarche avec ça)... oui donc : à la fois proche de ces débuts de la tech/house et en effet de Soft Cell, comme dit Raven au début, de Yello comme il rappelle plus loin, j'ajouterai de Yellow Magic Orchestra, de tout un tas de trucs "synth" à la fois pop, évident et en réalité bien expé dans leur manière de prendre lesdites technologies encore pas sèches pour s'amuser et dire vraiment ce qui leur trottait.

Pas "choquant" du tout que ce même groupe qui avait sorti Red Mecca par exemple (absent d'ici tiens... tiens tiens) ait ensuite démoulé ce réjouissant bout de plastic. Et tant mieux si ça ne sonne pas pareil pourtant, que ça part dans du moins agréé pas l'Institut Russolo/Marinetti. (Pas dit d'ailleurs que ces deux là et d'autres se seraient moins retrouvés ici que dans pléthore d'études pompeuses et d'ouvrages appliqués d'après leurs théories comme si ce qui valait pour l'Italie circa la première mondiale pouvait s'appliquer tel quel n'importe où et quand ensuite... Pas sûr non-plus en passant que les premiers Dada, qui donnent évidemment le nom au ci-présent groupe, s'y seraient moins reconnus que chez maint épigones chiants pour qui zurich en 1916 = LE modèle à suivre sans recontextualisation/ajustements, comme si ce qui allait en sortir n'allait pas comme ça sonner/rendre aussi terne et périmé qu'une imitation de carte postale de Zurich en 1916, faite avec les moyens "vintage" d'époque, en dépit du sens premier du "mouvement", de la blague... Enfin on n'en sait rien évidemment. Mais pas sûr du tout quoi).

Maleem Mahmoud Ghania / Pharoah SandersThe trance of the seven colors
Maleem Mahmoud Ghania / Pharoah Sanders - The trance of the seven colors
kranakov › lundi 11 novembre 2019 - 12:27  message privé !

Mais en tout cas, sur celui-ci, le premier de sa collaboration de près de 10 ans avec LASWELL, et le seul paru sur AXIOM (signe d'excellence ?), pas de trace de la fusion ethnique ambient sur-léchée des albums qui paraîtront chez VERVE ou du trip afro-indo-spirituel des disques des années 70. S'agit-il d'ailleurs d'un disque de jazz ? A mon sens pas, du tout. Certes SANDERS contribue à l'écriture de deux pièces : tout seul avec "Peace In Essaouira (For Sonny Sharrock)" de jolie tenue mais pas typique du personnage et sur "La Allah Dayim Moulenah" avec Maleem Mahmoud GHANIA. GHANIA lui arrange toutes les compositions, la plupart ici du répertoire tagnawite traditionnel et le tout est joué par un ensemble on ne peut plus typique. J'insiste, parce que, et c'est peut-être le secret de la réussite de cet album, SANDERS n'y est presque qu'un sideman, en quelque sorte. Pour vous en convaincre, comparez avec le trio GHANIA-BRÖTZMANN-DRAKE de 1997 qui est un pur disque de free jazz !

Bref, tout ça pour dire, que ça manque d'approfondir le catalogue SANDERS ou traditionnel....

Note :       
Maleem Mahmoud Ghania / Pharoah SandersThe trance of the seven colors
Maleem Mahmoud Ghania / Pharoah Sanders - The trance of the seven colors
kranakov › lundi 11 novembre 2019 - 10:13  message privé !

Effectivement un des très grands disques de la carrière inégale de Sanders. Dommage que le mastering soit un peu faiblard - en même temps, si on se plaît à imaginer les conditions d'enregistrement (DAT portatif, quelques micros seulement, j'imagine), on est déjà content que ça nous soit parvenu. Et puis avec un niveau poussé un peu au début, puis modulé doucement un peu plus loin, ça le fait - on en oublierait presque ce que c'est la dynamique d'un CD aujourd'hui... Bref. Tout le monde s'en fout de ça.

Et pour ce qui est du Sanders des années 75 à 1990, il y en a quand même pas mal que j'aime bien : à commencer par le "LIVE" de 1982 du quartet avec Joe HICKS au piano, "HEART IS A MELODY" avec William HENDERSON et le tissage de 21 minutes sur "Olé". Même "SHUKURU" et "AFRICA" sont de bonne tenue et je trouve de vibrants passages sur "A PRAYER BEFORE DAWN".

Après, je suis peut-être super indulgent - puisque "MESSAGE FROM HOME" me fait tripper quand même. J'ai un peu honte d'accrocher, comme ça, à ses productions LASWELL, très professionnelles, ultra léchées, et parfois un peu mollassonnes.

Note :       
Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
Dioneo › dimanche 10 novembre 2019 - 13:09  message privé !
avatar

Oui, là-dessus on est d'accord. (Avec plein d'allers-retours marrants dans les influences réciproques sur le tour que prennent les bidules, comme on disait y'a peu).

Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
born to gulo › dimanche 10 novembre 2019 - 13:06  message privé !

Je parlais de l'universalité du mythe des States, telle que des Anglo-saxons n'y sont pas immunisés.

Note :       
Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
Dioneo › dimanche 10 novembre 2019 - 12:25  message privé !
avatar

Jojo Guitar... Ouais, y'aurait moyen. (En plus il est déjà "featuré" ici via Zappa, tiens). A Real Mother for Us. (Ah ben... Tiens bis).

Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
(N°6) › dimanche 10 novembre 2019 - 12:16  message privé !
avatar

Si il y avait un subtil appel à chroniquer quoi que se soit, ce serait clairement Johnny Guitar Watson. Et sinon, c'est un peu dommage qu'il n'ait pas inclu le single "Girl From the Bayou" dans l'album, parce que c'est vraiment une tuerie.

Note :       
Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
Dioneo › dimanche 10 novembre 2019 - 11:52  message privé !
avatar

Bon allez, on chronique les albums samples de la collection Lomax de Moby... (Enfin, "on"... Je vous laisse la main, collègues, généreux que je suis).

Et OK sinon, la connexion Gahan des autres, la réf Alan Wilder du Rebo... Tout ça me donne d'autant plus envie de découvrir ce disque (et ce projet). Et de faire un mix/playlist avec du Little Axe et du Barry Adamson (et du Robert Hood ?), "et alt", tiens.

Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
(N°6) › dimanche 10 novembre 2019 - 11:43  message privé !
avatar

Pas de lien avec Skynyrd, mais j'ai bien failli noter que le meilleur groupe de bayou de l'univers, Clearance Clearwater Revival, sont quand même des californiens. Non, je ferai pas mon péteux en y allant de mon "gnagnagna déterritorialisation", mais sans doute qu'y a un peu de ça, tout le temps. Pour Recoil, je ne saurais dire, mais bon Sieur Rebotini a quand même pas intitulé un morceau "Alan Wilder War Whoop" (sur Pagan Dance Move, l'EP avec la cover trve corne de bouc) par hasard non plus. Un peu plus loin dans le champ de l'électro-blues, on pourrai sans doute évoquer Soulsavers, mais ils sont clairement dans le downtempo/trip-hop ces anglais là (et ils ont fait chanter Gahan, à qui tout revient sans cesse).

Note :       
Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
Dioneo › dimanche 10 novembre 2019 - 11:10  message privé !
avatar

Pour le second : parce qu'il porte déjà le lourd fardeau de se voir accusé de Bonoïsme ?

Sinon cette chro : subtile appel à chroniquer Lynyrd Skynyrd Recoil ? (Bien qu'en réalité j'ai l'impression que ça ne doit pas avoir tant à voir... En tout cas ça me donne envie d'aller vérifier. Bravo, hein, merci).

Neil YoungTime fades away
Neil Young - Time fades away
Rastignac › dimanche 10 novembre 2019 - 09:29  message privé !
avatar

Quand il pousse sa voix jusqu'à la casser comme un punk, c'est beau comme un fond de bouteille (dans lequel il semble ne pas avoir trouvé quelque bonheur à l'époque).

Black StrobeGodforsaken Roads
Black Strobe - Godforsaken Roads
born to gulo › dimanche 10 novembre 2019 - 09:17  message privé !

Et puis d'abord, pourquoi on n'accuserait pas aussi de schmollisme Violator et The Joshua Tree, du coup ?

Note :       
Milford GravesMeditation among us
Milford Graves - Meditation among us
WZX › samedi 9 novembre 2019 - 17:32  message privé !

Un long texte de Julien Palomo sur Kaoru Abe (c'est en fait une version augmentée des notes du livret qui accompagne le double cd du duo Abe/Toyozumi sorti récemment) : http://jazzaparis.canalblog.com/archives/2019/09/12/37585173.html
On y trouve notamment des explications et remises en perspective par rapport à ce disque !

Massive AttackHeligoland
Massive Attack - Heligoland
(N°6) › samedi 9 novembre 2019 - 14:28  message privé !
avatar

Comme le temps file. Y a dix ans, dans une autre vie, voilà que peut-être on aurait droit à un retour du trip-hop. Massive Attack revenait à des sonorités beaucoup plus organiques après l'expérience stérile et pasteurisée précédente, avec pleins de featuring beaucoup plus intéressants et sensuels que le préchi-précha de l'irlandaise. Sans parler de retour aux sources, ni de bond en avant, un album entre-deux, entre deux décennies aussi, qui parait moins de son époque que, au hasard, Protection, et qui du coup s'apprécie d'autant plus (on a pas l'impression de visiter le musée du trip-hop). Les feat. de Tunde Adepimbe, Hope Sandoval et Damon Albarn sont particulièrement réussis.

SepulturaChaos A.D.
Sepultura - Chaos A.D.
dariev stands › samedi 9 novembre 2019 - 13:47  message privé !
avatar

J'en profite pour faire de la pub pour leur reprise des Os Mutantes, qui montre qu'ils n'ont pas totalement fait scission avec la scène brésilienne dans leur période pré-roots. https://www.youtube.com/watch?v=ZHrMJ9MD0Rg

SepulturaChaos A.D.
Sepultura - Chaos A.D.
Raven › samedi 9 novembre 2019 - 02:13  message privé !
avatar

"est-ce qu'on a besoin d'aimer un morceau si c'est une reprise uniquement dans son rapport à l'original, ou est-ce que ça peut se suffire en lui-même ?"

La seconde évidemment, tant les exemples affluent, le plus criant étant "Diane" par Therapy?. Mais c'est déjà plus difficile quand tu as découvert et aimé l'originale avant, ça ne fait aucun doute. Cette reprise-ci envoie le pâté mais elle sonne creux c'tout, une terrine vide en somme, même s'ils l'ont d'abord enregistrée pour se faire plaisir c'est évident. C'est un morceau racé et profond à l'origine, mystique comme tout l'album dont il est issu, que les brésiliens - sûrement plus techniquement gaulés que NMA et peu me chaut - ont amoché, embourriné, ramené au niveau "chaîne youtube du mec qui joue tout façon metal" avec leur dramatique absence d'allure.

MorthoundSpindrift
Morthound - Spindrift
nicola › vendredi 8 novembre 2019 - 21:32  message privé !

Tous instruments ? Même le chant ?

Note :       
Marianne FaithfullA Secret Life
Marianne Faithfull - A Secret Life
zappymax › vendredi 8 novembre 2019 - 19:28  message privé !

Badalamenti n'est pas Merzbow. Tant mieux pour Marianne (qui de toute façon n'a peur de rien ni personne). Angelo a donc tissé un tapis soyeux, d'une très très grande élégance, plutôt froide, sur lequel Miss Faithfull nous fait le récit d'une passion-éclair dans la vie d'une femme. Cet aspect chaud-froid est non seulement très savoureux : il est aussi très envoûtant. Angelo : bravo. Marianne : number one.

Note :