Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSScott WalkerScott 3 › Vos commentaires

Scott Walker › Scott 3

vos commentaires

résultats 1 à 9 sur un total de 9

Scott Walker - Scott 3
zugal21 › vendredi 6 septembre 2019 - 19:57  message privé !

J'arrive après l'âpre échange. Ouaip c'est le genre de son qu'on pouvait entendre chez mon Papi, et qui me déprimaient. Enfin bon, quand même, le côté vieillot ne pourrait-il pas se traduire par " classe surannée " ?

Note donnée au disque :       
Scott Walker - Scott 3
Dioneo › mercredi 17 avril 2019 - 14:11  message privé !
avatar

1/ Les "deux périodes" (ça doit pouvoir s'affiner... et on s'en fout ?) ont des trucs fantastiques. Et des choses moins bien. Même quand ni dieu ni brelle. (J'ai rien contre Jacques de Belgie, en vrai, même, j'aime certains trucs... Et pas seulement quand Scott ou Bowie le reprenne. Mais Dieu... bah on s'en fout pas un peu bis ?).

2/ C'est pas pareil mais c'est la même chose... Enfin, le mec en avait sous le pied, plus d'un(e) dans son sac à son arc etc. ... Sans doute les contingences du marché étaient plus fortes pendant cette partie là de sa carrière, d'où discographie changeante, à l'air d'abord tranchée. Mais peut-être que la voie "avant garde/expé" de Tilt, And Who..., Bish Bosch, tient en grande partie d'un besoin, d'une envie d'essayer autre chose - de ne pas se redire en changeant les moyens. Sans que ça altère tant que ça, du tout au tout, le propos. Peut-être que la partie "la plus évidemment gutsienne" de la disco ne renie pas le moins du monde ce qui était venu avant - j'en suis même pas mal convaincu pour ma part.

3/ "Musique pour vieux en croisière"... D'accord mais si et seulement si le conteur, narrateur, chanteur de l'orchestre (qui écrit aussi les arrangements, les scènes) sait que c'est le Titanic.s'ils savaient ça les passagers, le capitaine, les autres, se gausseraient peut-être moins du crooner, à blatérer "qu'il aurait pu au moins mettre un ciré sur sa queue de pie, ce con".

4/ Bref... Je l'aime aussi, ce disque. Aussi comme dans aussi Tilt, aussi Bish Bosch, aussi And who shall go to the Ball ? And what shall go to the Ball ?

Scott Walker - Scott 3
Twilight › mercredi 17 avril 2019 - 12:43  message privé !
avatar

1) Jacques Brel est Dieu 2) Effectivement, les trois derniers sont les mieux à mon sens.

Scott Walker - Scott 3
Cinabre › mercredi 17 avril 2019 - 10:31  message privé !

Tu t'es trompé de période. Moi je l'aime bien celui-là. Essaie les plus récents!

Note donnée au disque :       
Scott Walker - Scott 3
sol740 › mardi 16 avril 2019 - 13:48  message privé !

Je mets 1. Musique pour vieux en croisière. Une vraie daube. Je l'ai écouté qu'une fois. Et ces reprises de l'abominable Brel...j'avais acheté ce truc parce que j'adore l'album "Tilt"...

Note donnée au disque :       
Scott Walker - Scott 3
dariev stands › mercredi 6 mars 2019 - 17:05  message privé !
avatar

Quel retour ! Le tigre revient dans sa tanière... Pour rester, on espère. Et avec une chro de très haute tenue. Rien à ajouter, merci pour le genre "1,2,3 am music", c'est exactement ça. On veut d'autres chros classes maintenant !

Scott Walker - Scott 3
torquemada › mardi 5 mars 2019 - 21:20  message privé !

Il revient... et pour chroniquer un Scott Walker en plus !

Scott Walker - Scott 3
Dioneo › mardi 5 mars 2019 - 19:29  message privé !
avatar

Eeeeh ! Ça fait plaisir de te revoir dans les parages, Camarade Tigrou ! Hésite pas à t'y (ré)incruster, hein - surtout si c'est pour nous chroniquer ce genre de sans-pareil... (Welcome back home, tout ça).

Bien d'accord, de plus : ce 3 est un peu inexplicablement caché par le 4 - alors que sous un autre climat, il est tout aussi grand. Pluvieux, le climat - c'est même la toute première phrase prononcée, ouais (It's... Raining, todaaay...). Brumeux, d'une purée de pois épaisse et pénétrante. Mais pas glaciale, et c'est pire. Une mélancolie tellement cotonneuse qu'elle en devient trompeusement moelleuse, faussement accueillante, cocon... Et là, PAF ! On se retrouve en effet isolé, sans le monde et lui sans nous, comme tu dis, dans cette ataraxie mouillée, loin - où on serait bien si... Si quoi ? C'est la question qui hante par son absence, son inutile, l'oubli qui nous en reste. (And I'm... Just abouuut...).

Sacré bonsoir d'ectoplasme, ce reflet d'homme qui flotte dans l’œil aux cils comme ceux du droséra.