Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKurushimiKurushimi › Vos commentaires

Kurushimi › Kurushimi

vos commentaires

résultats 1 à 7 sur un total de 7

Kurushimi - Kurushimi
DukeOfPrunes › dimanche 10 décembre 2017 - 01:12  message privé !
avatar

Eh oui, nos avis divergent, et comme dirait l'autre, "c'est énorme" ! T'as raison d'insister, tu défends ton point de vue. Quand bien même, au-delà de notre magasin mental à chacun, je trouve que le résultat n'est clairement pas à la hauteur des ambitions affichées. C'est poseur, et ça me déplaît. Un titre ne peut pas sauver tout un album où je me suis ennuyé ou agacé (trois fois écouté, au total, je dégaine pas si vite que ça, je t'assure). Mais si tu veux leur rendre justice, c'est le moment, fonce !

Note donnée au disque :       
Kurushimi - Kurushimi
saïmone › samedi 9 décembre 2017 - 21:43  message privé !
avatar

Ouais, mais non, metal-jazz brutal 90's c'est pas juste Zorn, j'insiste ! Flying luttenbachers, Sprol, Radian, Last Exit (bah oui !), Original Silence (avec Moore, O'Rourke, Nilssen-Love et le mec de Zu), la liste est longue comme le bras, et aucun (oui, aucun !) ne sonne comme Zorn, qui est quand même hyper typé dans son approche du "jazz core metal machin". Le dub ne ressemble même pas à Painkiller : c'est funky, ici, dansant, alors que Painkiller c'est quand même nettement plus ambiant et malsain, non ? J'ai l'air d'insister, comme ça, mais je trouve que tu dégaines vite (et au gros calibre) pour dézinguer un petit groupe qui sort son épingle du jeu dans un milieu saturé

Kurushimi - Kurushimi
DukeOfPrunes › samedi 9 décembre 2017 - 18:39  message privé !
avatar

De rien, si ça te parle, c'est tant mieux ! Par contre mec, tous les voyants sont au vert pour évoquer Painkiller. Zorn et Laswell cités en influences directes, artwork japonais en clin d'oeil bien appuyé, et bien sûr musicalement, metal-jazz brutal (avec un peu de dub, tiens tiens) et texture de son 90s bien reconnaissable. Pour moi, c'est d'évidence leur base ; évidemment qu'à partir de là, ils essaient de développer leur univers. Et bizarrement, euh, les choses qu'ils proposent à leur sauce, c'est pas génial. Le cinquième titre sort de lot, oui, d'accord ; mais pourquoi ? Bah étrangement, c'est quand ils arrêtent d'utiliser leur élément de "fusion" et qu'ils jouent de la flûte de bambou que ça rend mieux... Moralité : ça peut servir les disques à deux boules.

Note donnée au disque :       
Kurushimi - Kurushimi
saïmone › samedi 9 décembre 2017 - 17:45  message privé !
avatar

Ecouté, et j'ai trouvé ça plutôt pas mal ! Et définitivement, faut arrêter d'utiliser l'argument Naked City / Painkiller / Zorn dès qu'un mec fout du saxo sur du noise rock ou du metal, ça c'était bien dans les années 2005 quand personne connaissait trop ni autre chose, et qu'il fallait appâter le client (surtout qu'ici on n'est pas du tout dans ce domaine). Il n'y a ni zapping frénétique, ni hurlements de cris de chats écartelés. On est en revanche bien plus proche de l'univers d'un Mats Gustaffson, dans son versant prog' rock avec The Things (la moitié des titres de cet album là, quand même) ou de ses collabs avec Thurston Moore, Kevin Drumm ou Zu. Oui, y'a bien quinze secondes de blast, c'est maigre ! Franchement le 5e titre là, et son riff de flûte, j'ai perso du mal à résister - et on est à dix milles de chez Tzadik. Une pochette ne fait pas un album, même si je reconnais le prosélytisme. Du coup tu t'y attendais p'têt pas, mais merci pour la découverte ! (je viens de voir que sur le bandcamp ils offrent leurs autres albums, faut tester ça - je viens déjà de griller un sample de Ground Zero sur le deuxième album, deuxième piste. Cliché gutsien, mais merde, ça fait plaisir)

Kurushimi - Kurushimi
saïmone › vendredi 8 décembre 2017 - 21:57  message privé !
avatar

ça a l'air bateau mais efficace, à voir

Kurushimi - Kurushimi
Cinabre › vendredi 8 décembre 2017 - 17:08  message privé !

Un belle présentation. Musiciens solides. Mais en effet c'est vain et peu inspiré.