Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFranz Schubert (1797-1828)Winterreise › Vos commentaires

Franz Schubert (1797-1828) › Winterreise

vos commentaires

résultats 1 à 16 sur un total de 16

Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
necromoonutopia666 › mardi 21 septembre 2010 - 14:24  message privé !

Wow, j'avais une version avec Matthias Goerne de ce cycle de de lieder ben franchement je ne sais pas si je l'écouterai à l'avanir.Fischer-Dieskau Est absulement boulversant, une tristesse palpable et absolue se dégage de sa voix, tout en evitant ne serait ce qu'une seconde le "dégoutant pathos" dont parle Ellington."le bonheur d'être triste" dans ce qu'il a de plus touchant et sincère. Quant aux lieder eux même, celà va de soit, ce sont mes préférés(avec le chant du cygne)tant l'alchimie entre la musique et les paroles est parfaite. Un cycle qui doit, à mon avis, doit être l'une des plus belles oeuvres pour voix de tous les temps. Ecouter Die Winterreise et mourir en quelque sorte.

Note donnée au disque :       
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
ellington › jeudi 19 mars 2009 - 19:50  message privé !

Si le chroniqueur avait choisi Hans Hotter , il aurait vécu un voyage moins éprouvant.Hotter, autre grand baryton historique, est un conteur avant tout , un bon vivant amoureux de la terre et des hommes.La perte n’est pas inéluctable pour lui, Schubert n’est plus le musicien de la désolation, mais de la peine surmontée.Comme Bergman , il fait son « Fanny et Alexandre » puis passe à autre chose. J’aime sutout voyager avec Brigitte Fassbaender, un peu moins d’attention au texte , une ligne musicienne incomparable , la voix belle et grave d’ un violoncelle .Une femme avec un soupçon d’ironie face aux hommes faibles et éplorés.De quoi plaire aux gutsiens en guerre contre toute trace de dégoutant pathos.

Note donnée au disque :       
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
ellington › jeudi 19 mars 2009 - 19:49  message privé !

Je ne connais pas le chroniqueur, mais j’imagine quand même que sa belle rèverie ( un peu macabre ) ci –dessus eut été tout autre s’il avait décidé de faire le « voyage » avec Hans Hotter ou Peter Pears plûtot qu’avec Dietrich Fischer-Dieskau .Car cette œuvre est à mon avis celle ou , par excellence, l’on doit se remettre entre les mains d’un interprète , qui va lui donner toute sa couleur et sa signification pathétique .Le chemin n’est pas balisé. Le voyage d’hiver n’est pas obligatoirement ce périple désolé vers la mort, en tout cas pas à ce point..C’est Fisher-Dieskau. qui vous emmène sur une évocation intellectuelle du chagrin amoureux ,ouvrant les vannes du souvenir pour tout un chacun.Un drap blanc ou nous projetons nos histoires . Son chant est la quintessence du chant civilisé, retenu , réflechi et mélancolique.

Note donnée au disque :       
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
ellington › jeudi 19 mars 2009 - 15:34  message privé !

Merci pour le bon de sortie, cher maitre. Je vais attendre un peu avant d'en remettre une couche sur Boulez, mais écrire un com sur fisher-dieskau,ça me démange.

Note donnée au disque :       
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
Sheer-khan › jeudi 19 mars 2009 - 15:23  message privé !
avatar

Ah mais tu as parfaitement le droit de parler de l'interprétation, hein? C'est la chro, majoritairement, qui se focalise surtout sur l'oeuvre elle-même... mais libre à toi d'exprimer ton avis sur Fisher-Dieskau, mais aussi sur Boulez, sur Herreweghe etc... après si même ton vote veut également porter sur l'interprétation et non sur l'oeuvre (genre 2/6 à la 5ème de malher), c'est ton droit... ça fait bizarre, mais c'est ton droit; mieux vaut bien préciser alors que ta note porte sur l'interprétation pour éviter les confusions...

Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
ellington › jeudi 19 mars 2009 - 15:08  message privé !

Putain , mon ordi devient fou .Je disais donc que je suis un peu bloqué par la règle de G.O.D. qui veut que l'on parle des oeuvres, pas des interprètes. C'est compréhensible, mais c'est dommage pour le fun.Sans compter qu'une oeuvre peur etre magnifié par un interprete, d'une façon q'on imaginait pas au départ. Imaginez " electric ladyland " qui ne pourrait être enregistré par Hendrix ( il serait nul à la guitare, mettons )mais confié aux Beatles , puis a Zappa, puis à Kate Bush , puis à Motorhead , et finalement à Julien Doré. Une torture, un délice.

Note donnée au disque :       
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
ellington › jeudi 19 mars 2009 - 15:02  message privé !

Quelle belle chro. Rien a ajouter . J'aurais aimé ajouté un mot sur le merveilleux Dietrich Fisher-Dieskau, maC'est un grand

Note donnée au disque :       
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
noar › lundi 17 décembre 2007 - 02:30  message privé !
He's back, he's back in vynil...
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
Aiwass › dimanche 16 décembre 2007 - 23:03  message privé !
Welcome back Trimy, un beau retour ça !
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
Sirius › dimanche 16 décembre 2007 - 20:30  message privé !
Nan, manque Sheer-Khan aussi, faut qu'il chronique les derniers BAN et Primordial !
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
heirophant › dimanche 16 décembre 2007 - 19:39  message privé !
enfin, IL est de retour!!! manque plus que le belge barbu...
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
torquemada › dimanche 16 décembre 2007 - 19:28  message privé !
He's BAAAACCCK !
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
Uhu › dimanche 16 décembre 2007 - 18:58  message privé !
Trimalcion de retour!! :):) Tu sauves ma journée
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
Trimalcion › dimanche 16 décembre 2007 - 18:34  message privé !
avatar
Ben détrompe-toi et lis la suite, puisque c'est ce que je fais moi-même ;-)
Franz Schubert (1797-1828) - Winterreise
Wotzenknecht › dimanche 16 décembre 2007 - 18:29  message privé !
avatar
ah ! un retour ! et quel retour ! "Bien sûr, il semble toujours si facile, pour louer une oeuvre, de mythifier son caractère romantique en narrant les circonstances dans lesquelles elle fut composée." je me sens visé :(