Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOpeth › Blackwater Park

Opeth › Blackwater Park

8 titres

  • 1/ The leper affinity
  • 2/ Bleak
  • 3/ Harvest
  • 4/ The drapery falls
  • 5/ Dirge for November
  • 6/ The funeral portrait
  • 7/ Patterns in the sky
  • 8/ Blackwaterpark

enregistrement

Fredman Studio, août - octobre 2000. Produit par Opeth et Steven Wilson.

line up

Mikael Åkerfeldt (chant, guitares), Peter Lindgren (guitares), Martin Lopez (batterie), Martin Mendez (basse)

Musiciens additionnels : Steven Wilson (chant, guitares, piano), Markus Lindberg (3 eggs)

chronique

Styles principaux
metal
metal extrême
Styles personnels
death metal atmosphérique

"Blackwater park" est une pure merveille. Il n’y a pas d’autre mot. Après un "Still Life" sublime de maturité et d’émotion, où le nouvel Opeth s’affirmait enfin constitué et solide, plus purement musical que les paysages de l’ancien line-up, désormais plus intérieur, plus profond, mais toujours aussi doués, et toujours aussi beaux. On avait même accepté de faire le deuil de ces forêts décrites, de ces champs au crépuscule, de ces étangs au petit matin, car les tableaux peints dans "Still life" étaient d’émotions pures, plus symboliques que descriptifs, à l’image de la pochette, et ont amené Opeth à une parfaite maturité musicale. Mais "Blackwater Park" repousse les limites que l’on avait déjà un peu trop vite attribuées à ce nouveau et remarquable line-up. De l’aveu de Lindgren, aucun morceau n’avait été composé lors de l’arrivée en studio, au contraire de leurs précédentes expériences. On se rend compte, alors, à quel point Opeth est devenu maître dans l’art de la structure. Il y a les choses évidentes, les formes fluides, mais aussi les coups brutaux, les préparations, les ponts, les récurrences, tout ce qui fait qu’après quelques écoutes, on est entièrement acquis à la forme du morceau. Et puisqu’ils sont maîtres de leur vocabulaire et qu’ils ont décidé d’être spontanés, ils atteignent des sommets. À la qualité artistique et musicale des compos s’ajoutent une fraîcheur et une densité visuelle que l’on croyait perdues avec l’ancien line-up. Les paysages sont de retour, les guitares folk sont omniprésentes jusque dans les passages death. Les riffs sont tour à tour de plus en plus puissants, ou chargés d’une lourde mélancolie, ou encore simplement beaux comme ces paysages embrumés dont parle, à bon escient, la pochette. Quant aux chants il n’y a plus qu’à s’incliner devant la maîtrise exceptionnelle d’Akerfeld, terrible et massive en voix death, et surdoué des lignes claires, au service desquelles sa voix parfaite est ici secondée de celle de Steven Wilson, producteur et leader de Porcupine Tree. Des pièces comme "The drapery falls", "The funeral portrait" et "Bleak" valent tous les "Morningrise" du monde. Akerfeld et Lindgren ont donc décidé de continuer de parler en musiciens, en artistes riches d’émotions comme ils le font depuis leur précédent album. Mais cette fois, en plus, ils ont décidé de le faire, et en se promenant, à nouveau, dans les paysages naturels et sombres qui les fascinent. Il ne nous reste qu’à les suivre, c’est la meilleure chose qui puisse arriver à un mélomane. Une des trop rares formes de la perfection ! (samedi 16 février 2002)

note       

ajoutez des tags sur : "Blackwater Park"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Blackwater Park".

ajoutez une note sur : "Blackwater Park"

Note moyenne :        141 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blackwater Park".

ajoutez un commentaire sur : "Blackwater Park"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blackwater Park".

Aladdin_Sane › dimanche 14 septembre 2014 - 20:54  message privé !

Rabat-joie (bon, c'est vrai que les derniers albums c'est plus trop ça...)

Note donnée au disque :       
SEN › dimanche 14 septembre 2014 - 13:43  message privé !

Metal extrême c'est un tantinet exagéré quand même ! J'ai même pas tenu 3 morceaux ! ça me touche pas du tout, je trouve même ça plutôt insupportable ! Et leur dernier album c'est à se pisser dessus !

Note donnée au disque :       
ericbaisons › vendredi 28 janvier 2011 - 18:06  message privé !

fallait pas echanger les pochettes des derniers Wumpscut avec Opeth, pinpin!

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 28 janvier 2011 - 17:49  message privé !

moi c'est les notes supérieures à deux boules que je comprends pas, t'as qu'à voir

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › vendredi 28 janvier 2011 - 11:59  message privé !

Comprends pas les notes négatives (< 3 boules), ce disque est beau et pure avec un feeling de fou.

Note donnée au disque :