Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEExces Nocturne › 86-06

Exces Nocturne › 86-06

cd | 18 titres

  • 1 Mots dits
  • 2 Et du bleu
  • 3 Dahlia noir
  • 4 L'écho des lumières
  • 5 Le soleil s'est noyé
  • 6 La passion des jours
  • 7 L'or a
  • 8 Il disait
  • 9 Chats qui
  • 10 Nikopol
  • 11 Chat-rades
  • 12 Cauchemars blafards
  • 13 Mémoire
  • 14 Trop belle
  • 15 La vie peut être cruelle
  • 16 Thomas
  • 17 L'ennemi
  • 18 Evacuation immédiate

line up

Ariane (chant), Rémy Lozowski (guitare, clavier), Richard Horon (basse), Thierry Horon (batterie)

remarques

Les titres 16 et 17 sont tirés du 45 'Evacuation immédiate' (1985), les titres 8-13 et 15 de la k7 'Exces nocturne' (1988), les titres 4-7 du mini 'L'Echo des lumières' (1989). Les autres sont des inédits dont deux de 2006 (les pièces 1 et 2)

chronique

Styles principaux
gothique
Styles secondaires
cold wave
post punk goth

Jusqu'à ce que je reçoive mon édition limitée du deuxième volume des 'Carnets Noirs', je n'avais jamais entendu parler de Exces Nocturne. Or un DVD était inclu présentant nombre de formations françaises avec notamment un clip du dit groupe. Un bonheur n'arrivant jamais seul, nos Français décident dans la foulée de ressortir l'intégralité de leur discographie sur cd et nous voici avec '86-06'. Musicalement, Exces Nocturne est fortement marqué par l'aura de Siouxsie and the Banshees, que ce soit dans les tentatives les plus cold wave ('Mots dits') comme dans des attaques plus post punk goth ('Il disait', 'Cauchemars blafards'); il faut dire qu'ils ont en Corine une chanteuse à la hauteur qui module son timbre selon l'atmosphère des pièces: haut perché et poignant sur 'Dahlia noir', plus hanté sur 'Chats qui' ou 'Cauchemars blafards', plus rauque sur 'Chat-rades'. Dans la musique, on constate une évolution moins agressive, on glisse de quelque chose de très martelant avec une basse marquée, des guitares torturées, un chant hanté, des atmosphères plus pesantes que froides à des sentiments plus demi-teinte. La qualité d'enregistrement est d'époque, donc pas toujours au summum mais en même temps, cette production âpre participe également à l'atmosphère. A noter que les deux dernières chansons sont en réalité celles du premier 45-t, soit avec un chant masculin...Pour moi, ce sont les plus faibles et prendre une chanteuse était une bonne idée. Quoiqu'il en soit, voilà une bonne occasion de se pencher sur un de ces nombreux groupes qui n'ont pas toujours eu les moyens de se faire connaître à grande échelle. (vendredi 18 mai 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "86-06"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "86-06".

ajoutez une note sur : "86-06"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "86-06".

ajoutez un commentaire sur : "86-06"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "86-06".

MightyJayM › dimanche 17 juin 2007 - 00:11  message privé !
Vraiment le genre de groupe qui aurait mérité plus de reconnaissance à l'époque. Très bonnes compos (je citerai en tête "La passion des jours", "Dahlia noir", "La vie peut être cruelle", "Chats Qui" ou encore "Le soleil s'est noyé") portées par une voix inimitable, surprenante au premier abord mais addictive par la suite. Quant aux titres du premier maxi, perso je les adore, ils ont un petit côté naïf et en même temps un gros potentiel qu'on devine aisément.
Note donnée au disque :       
C°rine › mardi 5 juin 2007 - 22:13  message privé !
Merci beaucoup pour cette chronique, Twilight, elle m'a fait vraiment plaisir, c'est vraiment gentil!! C'est toujours agréable de lire qqchose de positif sur ce qu'on fait avec passion :) Ariane-C°rine