Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNamlook & Schulze › The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother

Namlook & Schulze › The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother

  • 1995 - Fax, PK 08/101 (1 cd)

1 titres - 59:00 min

  • Phantom Heart Brother 59:00
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -

line up

Klaus Schulze : Keyboards, électroniques & FX Pete Namlook : Keyboards, électroniques & FX

chronique

Styles principaux
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Quel beau titre que Phantom Heart Brother. Un titre d’une noblesse méphistophélique qui débute directement des entrailles du vide. Un néant cosmique, ondulé par un synthé finement spectral qui module un mouvement anémique. Très loin, trop même, dans cet univers stellaire les chœurs de Blackdance ressuscitent les tonalités des orgues de Cyborg, sans pour autant éveiller des cendres séquentielles. Hormis les ombres d’un plaisir du passé, cette 1ière partie est un bide. Un bide cosmique entouré de pulsations traînantes et des bourdonnements circulaires qui n’ont aucune puissance pour former le moindre rythme. C’est avec la 2ième partie que les synthés offrent des textures sonores denses. Lourdes et moulantes, ses nappes envahissent l’atmosphère et forment de sombres modulations qui serpentent un couloir céleste sur des notes éparses, aux souffles d’instruments à vents. Sans effort, Schulze tapisse, comme lui seul sait le faire, un vide avec ses onctueuses nappes qui avalent la solitude des mouvements amorphes. Le tempo commence à s’éveiller avec les cliquetis mécaniques sur pulsations lourdes, et séquencées, de la partie 3. Un brin industriel, semée de ‘’beep’’ et d’échappements vaporeux, cette 3ième partie tarde à évoluer. Des percussions fantoches tracent un tempo invisible qui cède le pas aux souffles désertiques des synthés. Percussions, ‘’beep’’ et effets sonores métalliques tracent le pas à la 4ième partie et son rythme robotique. Un beau beat avec une thématique fort harmonieuse qui accroche et s’installe facilement entre les 2 oreilles. De bonnes percussions, une bonne basse ainsi qu’un synthé aux notes circulaires et limpides forgent un rythme semi techno, sur un ‘’beep’’ répétitif et efficace. De loin, un des plus beaux morceaux sur les 3 premiers volumes de cette série. Les parties 5 et 6 renouent avec les atmosphères stagnantes et atoniques des 3 premières parties. Quoique j’adore Klaus Schulze, il est évident que The Dark Side of the Moog semble être un projet très ambiant qui est du déjà entendu. Atonique, cet album est d’une platitude monstre qui peut aller jusqu'à tuer cet art. Un album plate et soporifique qui aurait sans doute fait fureur 30 ans avant. Mais en 95, le planant cosmique est devenu un art surexploité qui a fait le tour de ses claviers depuis belle lurette. C’est beau certes, mais c’est du déjà entendu. Essayez Cyborg, Blackdance et Mirage qui sont, et de loin, des œuvres planantes hautement plus comestible que cette fable utopique qu’est The Dark Side of the Moog. Inutile et ennuyant. (mardi 27 février 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother".

ajoutez une note sur : "The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother".

ajoutez un commentaire sur : "The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Dark Side of the Moog 3 : Phantom Heart Brother".

snooky › lundi 7 février 2011 - 09:41  message privé !

La chronique de Phaedream m'aura fait longuement hésité à écouter ce volume3.Longuement !...Et pourtant ! Le point de départ, c'est une longue intro( peut être un peu trop), très expérimentale, presque bruitiste.Et la musique arrive, lente, lancinante, hynoptique, très ambient, ca c'est sûr.Point de rythmes mais juste une mélodie, très intense, profonde, émotionnelle.Cette partie là, personnellement, je la trouve d'une grande beauté.La suite, c'est un beat, très répétitif qui n''est pas sans évoquer l'intro de Heart, suivi d'une partie rythmée, très rythmée et très mélodique aussi. Pour moi, un bon album, en tout cas, très nettement supérieur au volume 2, sans problèmes.

Et, comme le suggère Thierry Marie, peut être, je dis bien peut être, Phaedream l'a écouté un peu hâtivement.

Note donnée au disque :       
Thierry Marie › mardi 22 juin 2010 - 11:58  message privé !

Relativisons, relativisons... Personnellement, je ne le trouve pas mauvais ce "Phantom Heart Brother". Réécoute-le, Phaedream, à fort volume. Je l'entends un peu comme un pont, plutôt réussi, entre l'avant "Moondawn" (paradoxalement, version Tangerine Dream) et la techno, même si je concède que, de ce point de vue, la partie 4 est un peu trop basique...

Note donnée au disque :       
Nokturnus › mercredi 28 février 2007 - 20:32  message privé !
avatar
N'empeches, depuis la chro du premier, les notes vont en décroissant :) Moi qui me demandait ce que c'était cette série de disque (surtout à cause du titre)... Je crois pas que je vais écouter ça de sitôt...
Phaedream › mercredi 28 février 2007 - 17:29  message privé !
avatar
Mouais....J'imagine qu'il y a des gens qui pensent que Schulze ferait de la merde et je la boufferais, avec des bons commentaires. Ce qui est loin d'être vrai. Il y a des oeuvres que je ne peux supporter et je les passe en dernier. TDSOTM est une inutilité tant qu'à moi. Ça juste permis à Schulze d'agrandir son auditoire, car Namlook a sa légion de fidèles. Il y a quelque bon coup, dont un superbe dans cette collection, mais le reste ne vaut que dalles.
üflrü dü zbrrü › mardi 27 février 2007 - 21:27  message privé !
je n'en crois pas mes yeux!! Phaedream met la note minimale à un disque de schulze!! mais que se passe t'il?