Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTransceive › Intrigue

Transceive › Intrigue

9 titres - 66:15 min

  • 1 Bygone Daze 6:33
  • 2 Intrigue 12:43
  • 3 Emor Femus 10:46
  • 4 Tera's Secret 4:40
  • 5 Internal Inferno 8:28
  • 6 Resume 2:48
  • 7 Extremes 9:04
  • 8 Beneath The Lake 6:05
  • 9 Intrigued 5:04

line up

Steve Nelson : Akai S3000XL & CD 3000, Roland JD 800 & Jupiter 6 Yamaha TG 77 & REX50, Sequential Pro One, Korg DSS1, Atari 1040ST/Midex+/Cubase/Wavelab/VST

remarques

Site Web : http://www.transceive.co.uk/intro.htm

chronique

Styles principaux
electro
Styles personnels
musique Électronique british school

Moi qui voulait en faire une brève chronique! Disons que ça sera pour une prochaine fois, car mes oreilles ont toisées une œuvre remarquable. Encore? Direz-vous! Eh…oui. J’ai cette chance d’écouter la musique que j’aime et de vous en faire partager mes impressions. Ici, j’étais un peu sceptique. Les publicités et les chroniques autour de Intrigue de Transcieve étaient trop relevées que je devais vous en faire un rapport. Et j’ai passé d’agréables moments à écouter les 2 premières, et seules, œuvres de Steve Nelson. Et ça part avec le fougueux Bygone Daze. Après une brève intro aux éléments intergalactiques, un beat lourd s’installe. Résonnant sur des notes grasses et rondes qui se percutent et se nourrissent de leurs échos, le tempo s’amplifie sur des percussions martelantes et une séquence qui zigzague parmi un synthé brumeux et une seconde séquence en staccato. Des voix fluides, des strates harmonieuses, de superbes solos et de bons échantillonnages maquillent un titre lourd, aux limites d’un techno incisif et un rock lourd. Bygone Daze matraque le rythme avec férocité, tout en laissant une place à une superbe mélodie qui ressort de cette lourde structure pilonnante vers la toute fin. Un titre assommeur, qui annonce les couleurs de Transcieve. Derrière des effets sonores cosmiques, Intrigue débute sur un synthé mélodramatique qui souffle une courte mélodie avant d’entendre une strie métallique saccadée cassée cette structure mélodieuse. Suivant le concept de la pièce d’ouverture, la séquence est martelante, mais moins agressive. Juste assez pour agencer une douce mélodie, genre Far West spatial. Polyrythmique, la pièce titre embrasse différentes lignes sur des basses bourdonnantes, des séquences ondulantes et d’enveloppantes strates synthétiques aux multiples dimensions harmonieuses, sur des percussions entraînantes. Mais après l’infernal Bygone Daze, le tempo semble anémique. Et pourtant, il percute en masse. Emor Femus démarre sur un beau piano mélancolique. Les notes voltigent avec tendresse. Et, de l’écho de la dernière note, des cymbales entreprennent une danse lascive sur une voix suave. Des notes serpentent le mouvement sur des percussions vaporeuses qui prennent forme de plus en plus. Suspendu, le rythme est toujours hésitant, tiraillé par cette douce voix et des percussions plus énergiques. La structure prend forme sur une séquence lourde et nerveuse qui trace un mouvement ‘’dance‘’ sur de belles strates synthétiques flottantes et des notes mélodieuses qui tapissent une superbe harmonie sur des percussions martelantes. Un superbe titre, qui souffre du même complexe qu’Intrigue. Courte, mais foutrement efficace Tera's Secret débute avec un beat lent sur des percussions tablas et un synthé aux effluves du Moyen Orient. Une superbe ligne sautillante se joint à un synthé aux souffles arabesques et une guitare aux accords similaires. Aspirés par un tourbillon synthétique, le mouvement revient en force, avec des arrangements encore plus percutants. Un synthé valsant annonce Internal Inferno qui s’agite sur des notes nerveuses et des strates flottantes, envahissantes qui zigzaguent et se perdent dans un dédale rythmique assourdissant. Dès lors, le mouvement décolle avec force sur un rythme saccadé et bourré de stéroïdes percussionants. Un titre furieux qui purge une cadence incessante, sur des séquences agressives et qui ressource son rythme infernal aux courtes aires de repos, où il s’abreuve d’intensités renouvelées et de synthés plus acérés. Resume suit avec une courte mélodie à la Software C’est beau, c’est suave et incroyablement mélodieux. Extremes embarque sur le souffle de Resume avec une intro bigarrée où des métaux s’entrechoquent dans un univers futuriste. Au loin, on entend une ligne se dessiner. Des notes nerveuses croisent des violons corrosifs, bientôt matraqué par une nuée de percussions lourdes. Une séquence ronde et saccadée en émerge, sur une pulsation lourde. Sans réellement développer un concept harmonieux soutenu, Extremes maintient le cap sur des percussions qui roulent et matraquent des brides séquentielles et harmonieuses avec fureur pour se fondre au très romanesque Beneath The Lake. Un moment magique, et reposant, qui démontre que Steve Nelson peut aussi créer des pièces tendres et touchantes où la mélancolie se dessine sur un beau mouvement de piano. Intrigued termine ce brillant opus avec un remixage plus corsé de la pièce titre, qui est dénuée de ses atouts planants et enveloppants, livrant son rythme avec une intensité mélodieuse. Intrigue est une œuvre majeure qui perpétue le son très distinct de la British Electronic School. Mouvement initié par Mark Shreeve, au début des années 80. Un album puissant qui multiplie les rythmes sur des mélodies incendiaires et harmonieuses dans un univers martelant.. De beaux arrangements, des séquenceurs pesants et lourds, ainsi que des strates enveloppantes et harmonieuses. Un mélange de Mark Shreeve, Jean Michel Jarre et Tangerine Dream dans un même opus. Après avoir fait le tour, et plus d’une fois, d’Intrigue, je dois bien admettre que Steve Nelson, alias Transcieve est vraiment à la hauteur de sa publicité. (vendredi 27 octobre 2006)

note       

ajoutez des tags sur : "Intrigue"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Intrigue".

ajoutez une note sur : "Intrigue"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Intrigue".

ajoutez un commentaire sur : "Intrigue"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Intrigue".