Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCThe Chameleons › Script of the bridge

The Chameleons › Script of the bridge

cd | 12 titres

  • 1 Don't fall
  • 2 Here today
  • 3 Monkeyland
  • 4 Second skin
  • 5 Up the down escalator
  • 6 Less than human
  • 7 Pleasure and pain
  • 8 Thursday's child
  • 9 As high as you can go
  • 10 A person isn't safe anywhere these days
  • 11 Paper tigers
  • 12 View from a hill

line up

Mark (chant, basse), Reg (guitare), Dave (guitare), John (batterie), Alister (clavier)

chronique

Dégaine d'épouvantails, attitude modeste...à priori, personne n'aurait misé un penny sur eux et pourtant que seraient Nazca, Frank the Baptist, Interpol et autres sans les Chameleons ? Pour vous donner une idée, je cite Mark Burgess (chanteur et bassiste) dans le livret de ce premier cd, tout à la fin de sa présentation: 'Nous sommes les Chameleons, et voici notre premier album, peut-être en ferons-nous un autre, qui le sait ? Pas moi en tous cas...'. Le secret est là, ne pas se prendre la tête mais y mettre un maximum de sincérité. Le groupe semble avoir appliqué cette maxime et elle lui a réussi. Piochant des braises de post punk goth, les mêlant avec une new wave flamboyante à la Manic Street Preachers, U2 et autres Big Country ('Up the down escalator', 'Pleasure and the pain') et corsant le tout d'une touche de mélancolie, nos Anglais se sont forgé un son bien plus particulier qu'il n'y paraît à première vue...Des influences gothiques certes mais au niveau de l'énergie, non d'une quelconque noirceur sépulcrale, des touches de pop passionnée oui mais pas d'effet pour épater la galerie, plutôt une émotion directe toute post punk dans son feeling, de la tristesse, il en faut bien mais pas ouvertement développée, plutôt ce pincement au cœur dont on ne sait s'il fait du bien ou du mal (dur de garder les yeux secs à l'écoute du magnifique 'As high as you can go')...Les Chameleons pratiquent une musique emplie d'une passion communicative construite sur des mélodies en béton armé, des tourbillons de guitares profonds héritiers de la cold wave ('Second skin', 'Less than human', 'A person isn't safe...') et du post punk goth, et les vocaux si particuliers de Mark Burgess qui sans jamais tomber dans la noirceur de Joy Division, And Also the trees, ni même le côté plaintif du jeune Bono parvient à dégager ce même type d'émotion qui vous prend aux tripes pour ne plus vous lâcher que ce soit dans des chansons rapides ('Don't fall', 'Less than human' et son rythme puissant...ou plus intimes ('Here today')...Oui, ce sont les Chameleons et fort heureusement, ils ne se sont pas arrêté après ce premier disque qui est juste un petit chef d'œuvre...

note       Publiée le mercredi 25 octobre 2006

partagez 'Script of the bridge' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Script of the bridge"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Script of the bridge".

ajoutez une note sur : "Script of the bridge"

Note moyenne :        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Script of the bridge".

ajoutez un commentaire sur : "Script of the bridge"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Script of the bridge".

22goingon23 › mercredi 7 décembre 2016 - 14:33  message privé !

cette version restaurée date de 2012 pour être exact (formats lp et cd). Cette année elle ressort accompagnée d'un DVD (un live à la Manchester Academy).

Note donnée au disque :       
Richard › mercredi 7 décembre 2016 - 13:10  message privé !

La vie aux Etats-Unis doit être bien onéreuse pour Mark Burgess...Après la version de 2008, celle de 2016. Enfin, si c'est pour entendre ces douze pépites formidables qui serrent à chaque écoute le cœur dans la version décrite par 22goingon23, je dis oui sans hésiter ! Le soleil américain n'a pas de prix.

Note donnée au disque :       
22goingon23 › mercredi 7 décembre 2016 - 12:03  message privé !

Les studios d'Abbey Road (Guy Massey, Steve Rooke) ont restauré l'album et le son est superbe, supérieur à celui de la version 25th anniversary. Plus d'espace, de transparence, de précision et d'éclat.

Note donnée au disque :       
Raven › mardi 25 octobre 2016 - 10:20  message privé !
avatar

"I must have died a thousand times"

Note donnée au disque :       
Dead26 › samedi 7 mai 2016 - 16:49  message privé !

Ouah, ce disque est d’une telle émotion, il est doté d’une aura particulière à la beauté triste et irrésistible. Vraiment très bon dans le genre !

Note donnée au disque :