Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBone Idol › The Triumph of Entropy

Bone Idol › The Triumph of Entropy

4 titres - 63:01 min

  • 1 Descent Into The Abyss 16:21
  • 2 Deep Breathing 26:13
  • 3 The Triumph Of Entropy 14:52
  • 4 Ascent From The Abyss 5:13

line up

Bone Idol : Korg Polysix, Yamaha DX 7, Novation Supernova, Roland JV 1010, EMU Vintage Keys, Guitare électrique et ART ACX 2000

chronique

Styles principaux
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Bone Idol est totalement inconnu. Une nouveauté intrigante sur catalogue Synth Music Direct. Pour prolonger l’effet de secret, il n’y a aucun nom sur la pochette, excepté celui du graphisme. Seulement que des têtes de squelettes sur un fond noir. Et, selon le très enthousiasme, ainsi que propriétaire de SMD, Dave Law, il s’agirait d’un des cd de l’année 2006. Qu’en est-il au juste? Je l’ai écouté pour vous en faire un fidèle portrait. Un doux souffle synthétique lance Descent Into The Abyss. Flottante, la courte intro est prise d’assaut par un puissant séquenceur qui étend son rythme pulsateur martelant. Un bon rythme infernal, assaisonné d’effets spéciaux dans la note, amenant une identité lugubre. Le mouvement se calme, embrassant sa douceur originale qui glane avec un bel effet flûté sur une macabre marche feutrée et parsemée de coups de percussions. Bien que lourde, l’atmosphère flotte ponctuée de couches synthétiques enveloppantes, de lamentations électriques d’une six-cordes égarée et de notes d’un clavier épars. Un beau moment doux qui s’étend jusqu’à une forme de comptine ou de berceuse. Une berceuse du diable qui s’éteint avec les yeux et les craintes d’un chérubin oublié sur le bord de ses cauchemars. Un peu comme son titre l’indique, Deep Breathing est une séance de respiration lourde. Sur un lourd synthé flottant, toujours imbibé d’ambiance cornue, les voix traînent et les lamentations synthétiques pulsent au travers d’un épais brouillard, qui laisse filtrer un ricanement peu invitant. Des voix paniquent, derrière des lamentations d’une guitare aussi flottante qu’un synthé qui développe de belles strates mélodieuses, ouvrant la voie à un rythme plus cristallin qui s’amène en lent crescendo, tintillant sous les coups de percussions et de basses à pulsations déviantes. Une belle finale, tout ce qu’il y a de plus sombre. Un mélange de Redshift et Mark Shreeve. Un titre à effets très réussis. L’Intro de la pièce titre baigne dans une ambiance lascive. De petites pulsations d’un bass drum anime le tempo, enjoint par une guitare et de superbes strates synthétiques qui évoluent avec souplesse, sur des accords bouclés d’une guitare aguichante. Subtilement, la tonalité se modifie pour embrasser une sphère fort mélodieuse, à la sensibilité inattendue. Un superbe passage qui s’anime avec de beaux solos de synthé et des percussions métalliques claquantes, fortifiant une atmosphère aux odeurs de souffre, qui s’amplifie avec l’arrivée de chœurs charmeurs qui restreint la progression du rythme. De fines riffs ré animent ce tempo vacillant, qui intensifie son ascension avec de belles ondes synthétiques enveloppantes. Graduellement, le tempo prend plus de force, sans pour autant exploser, avec la panoplie d’accords, d’instruments et de chœurs qui s’y greffe. Ascent From The Abyss est une courte pièce à la structure plus atmosphérique, malgré les mouvements incitatifs aux rythmes que l’on retrouve partout sur l’opus et une belle progression, en crescendo, laissant entrevoir une perspective très harmonieuse. Un court résumé, ou une introduction à une prochaine œuvre? Une belle façon de clore un excellent cd. Quoique fort excité par son nouveau poulain, il faut donner raison à David Law. Sans être l’album de l’année, The Triumph of Entropy de Bone Idol se doit de figurer dans la liste privilégiée des Top 10. Un album cinglant, avec du rythme lourd et pesant. Un croisement entre Jean Michel Jarre et Mark Shreeve avec un soupçon de Redshift. Avec une telle combinaison, impossible de rater le tir. Il y a de bons moments qui font sourciller et qui étonnent, signe d’un opus bien fignolé avec de bons effets. Disponible en ligne, sur le site de SMD (http://www.synthmusicdirect.com/03entrop.cfm) , vous avez même la possibilité d’y télécharger gratuitement, lorsque vous achetez The Triumph of Entropy, un premier opus de Bone Idol qui regroupe des titres écrits entre 1993 et 2004. Un opus qui dépasse, et de loin, d’autres titres parus cette année. Bone Idol, un nom à retenir pour amateur de MÉ ‘’punchy‘’ et vivante. (mardi 17 octobre 2006)

note       

ajoutez des tags sur : "The Triumph of Entropy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Triumph of Entropy".

ajoutez une note sur : "The Triumph of Entropy"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Triumph of Entropy".

ajoutez un commentaire sur : "The Triumph of Entropy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Triumph of Entropy".

dariev stands › mardi 17 octobre 2006 - 13:52  message privé !
avatar
"Pour prolonger l’effet de secret, il n’y a aucun nom sur la pochette, excepté celui du graphisme." bon, je suis désolé j'ai trouvé que ça... sorry !