Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVan Der Graaf Generator › Still life

Van Der Graaf Generator › Still life

5 titres - 44:54 min

  • 1/ Pilgrims (7:12)
  • 2/ Still life (7:24)
  • 3/ La rossa (9:52)
  • 4/ My room (8:02)
  • 5/ Childlike faith in childhood's end (12:24)

enregistrement

Rockfield Studio, Londres, Angleterre, 1976

line up

Hugh Banton (orgue), Guy Evans (batterie, percussions), Peter Hammill (guitare, chant), David Jackson (saxophones, flûtes)

chronique

Styles principaux
progressif
Styles personnels
proto punk

Encadré dans un bordereau noir, comme le manifeste d'un deuil, les sillons creusés par cette force vive qu'est l'eau semblent être contenus et délimités. A l'image de sa pochette, "Still Life", le deuxième volume de cette nouvelle trilogie dévouée toute entière aux aspects les plus sombres de nos vies, démarre de bien belle manière par un trio d'enfer constitué de "Pilgrims", "Still Life" et "La Rossa", déclinant à l'infini les résignations blessées, les fatalités désarmantes et les espoirs déchus de notre pauvre condition humaine. Un romantisme blessé qu'incarne à merveille le groupe. A vrai dire, le seul groupe a avoir su l'incarner sans se donner un rôle. Car ce qui dérange en priorité chez Van Der Graaf Generator, c'est en quelque sorte son franc-parler. Sa manière franche et directe d'aller appuyer précisément là où ça fait vraiment mal. Vous l'aurez compris, nous sommes ici exactement à l'opposé du mauvais progressif, celui qui a pourtant été depuis érigé à tort en exemple ; de l'esbrouffe en veux-tu en voilà, à ne plus savoir qu'en faire, pour dissimuler une idée qui, au mieux, a déjà été repiquée à trois reprises par d'autres groupes avant eux. D'ailleurs, on ne s'y trompe pas. Aucun groupe n'a jamais sonné et ne sonnera jamais comme Van Der Graaf Generator. Les quelques groupes que j'ai entendu et qui soit revandiquaient l'étiquette, soit se laissaient volontiers en être affublé, n'avaient absolument rien saisis. La musique de Van Der Graaf Generator est inscrite dans la chair. C'est une musique qui a son propre vécu et qui ne peut se décliner sous forme de recettes toutes faites. Les deux titres qui referment ce nouveau chapitre, bien que loin d'être inintéressants, n'arrivent pas à me convaincre avec la même facilité, comme si le groupe venait de se rendre compte qu'il avait déjà fait le tour de la question. Mais en soi, voilà un aspect supplémentaire qui ne fera que confirmer à quel point Van Der Graaf Generator est un groupe à dimension humaine, avec ses points forts et ses faiblesses. (mercredi 26 décembre 2001)

note       

ajoutez des tags sur : "Still life"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Still life".

ajoutez une note sur : "Still life"

Note moyenne :        29 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Still life".

ajoutez un commentaire sur : "Still life"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Still life".

Bobbywayne › samedi 14 décembre 2013 - 00:10  message privé !

Chef d'oeuvre et meilleure chronique de Progmaster, qui a tout compris à Van der Graaf Generator, ce qui fait énormément plaisir!

ph7 › mardi 25 octobre 2011 - 10:53  message privé !

Avec Still Life, je dois bien admettre que je me sens transposé dans un univers voisin partiellement différent des albums précédents, rejoignant en quelques points les traits de "Godbluff" (je parle ici de la voix de notre enfant prodige). En effet, les 3 premiers titres apparaissent comme une suffocation qui de minute un minute me laisse à bout de souffle. C'est ici un atmosphère véhément et endeuillé qui se frotte avec les précédents VDGG, mais qui tire son authenticité de ce style nouveau que nous offre Peter Hammill. Il pousse l'interaction pour nous pénétrer au plus profond de notre âme. My Room est le point de non retour. Point à partir duquel le chemin se continue à n'en plus finir. Pour "Childlike faith in childhood's end", je dois admettre qu'elle clôture, à mon humble avis, parfaitement le voyage. Il y laisse ses entrailles, et je ne parle pas des paroles... Malheureusement, c'est selon moi le titre qui reste ambiguë de part sa structure parfois contestable et surprenante. Le groupe ne m'avait pas habitué à cette "fragilité". 6 boules !

NevrOp4th › vendredi 26 novembre 2010 - 16:17  message privé !

vraiment mais alors vraiment très bon.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › mardi 10 août 2010 - 19:49  message privé !

Je découvre le groupe avec ce disque et je crois que c'est finalement une bonne entrée en la matière.

Note donnée au disque :       
Sirius › jeudi 11 juin 2009 - 18:17  message privé !

Diantre, les 3 premiers morceaux sont incroyables, leur force émotionnelle est peut-être même plus grande que celle de Godbluff dont je dirais qu'il est plus "guerrier". 6/6 sans problème. Par contre j'ai du mal avec les deux derniers qui malgré leurs bons moments (les solos torturés de Jackson sur "My room" par exemple) n'arrivent pas à la cheville de ce début de disque formidable. Mais je dois encore réecouter alors je reste sur 5.

Note donnée au disque :