Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGorefest › Mindloss

Gorefest › Mindloss

9 titres - 43:13 min

  • 1/ Intro / Mental misery
  • 2/ Putrid stench of human remains
  • 3/ Foetal carnage
  • 4/ Tangled in gore
  • 5/ Confessions of a serial killer
  • 6/ Horrors in a retarded mind
  • 7/ Loss of flesh
  • 8/ Decomposed
  • 9/ Gorefest

enregistrement

Stone sound studios, Roosendaal.

line up

Alex van Schaik - guitars Marc Hoogedoorn - drums Boudewyn Bonebakker - guitars Jan-Chris De Koeijer - vocals, bass

chronique

Styles principaux
metal extrême
Styles personnels
death metal

les trois B vous connaissez ? Enfin, voyons ! Tout bon death metalleux devrait les connaître : brutal, bestial, bourrin. Voilà la première leçon que semble avoir bien compris Gorefest. Sur ce premier opus, le niveau de violence est franchement élevé. Pas une violence faite à coups de grands blasts, de cassures multiples et riffing ultra recherché, non juste un pavé direct dans la gueule, instantané et déoulatoire. Dès le mythique "Mental misery", on rentre dans le vif du sujet, et on va en bouffer pendant plus de 40 minutes. Un son rugueux, sale mais non dénué de puissance, des riffs entre death old school et instant quasi grind (vous savez ces riffs de trois notes répétés ilassablement), une batterie bloqué dans le rouge et surtout un chant absolument ignoble ! Voilà clairement le point qui m'a fait tomber amoureux de cet album malgré son conformisme évident. Franchement, voilà bien un modèle du genre niveau "chant primaire", une espèce d'éructation crachée dans le micro, gutturale comme pas deux et qui se paye le luxe d'être inimitable (je n'ose même pas imaginer la gueule des cordes vocales de jan chris...)... Franchement, je ne suis pas sûr qu'un buffle doué de cordes vocales soit aussi efficace. Pour revenir à la musique, nous ne sommes pas encore en présence du Gorefest de "False". Les compos sont très simples, directes et facilement assimilables, tout à fait dans la mouvance death de l'époque. Si le groupe arrive à décocher deux petits classiques du genre avec "Mental misery" et "Confessions of a serial killer", le reste du disque est sensiblement du même niveau sans jamais vraiment casser la baraque. Reste donc au final un disque jusqu'auboutiste, résolument primaire qui à titre personnel revient souvent dans la platine dans les moments d'énervement. Et croyez-moi je me sens bien mieux au bout de deux morceaux... (dimanche 15 janvier 2006)

note       

ajoutez des tags sur : "Mindloss"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mindloss".

ajoutez une note sur : "Mindloss"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mindloss".

ajoutez un commentaire sur : "Mindloss"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mindloss".

Møjo › dimanche 24 mai 2009 - 14:42  message privé !

Ah voilà du death comme j'aime. Baveux, croupissant et efficace sans l'être avec un chant du tonnerre de Dieu. Tu sais qui a réalisé la jaquette ?

Note donnée au disque :