Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGod › Consumed

God › Consumed

4 titres - 68:00 min

  • 1. Head On Collision
  • 2. Suck Like A Leech
  • 3. Detox
  • 4. Lust

line up

Inconnu précisément

chronique

Styles principaux
indus
jazz
metal
Styles personnels
free jazz

Je dois vous le dire franchement - au risque de devoir esquiver avec délicatesse et brio les nombreuses tomates qui voleront en direction de ma pauvre tête, je ne suis pas un fan de GOD. Les albums studio, trop froids, trop mécaniques, manquent de ce grain de folie qui provoque en moi une érection instantanée inhérent à un bon disque estampillé "indus" (quoique GOD ne se résume pas à ça, mais admettons). Le regretté Hern parlait d'un bootleg, "Consumed", qui serait une bonne bombe dans la race de ma grand-mère, si seulement elle pouvait mettre la main dessus. Quand un camarade lent, répétitif et militaire de surcroît, me proposa ce boot, c'est sans conviction que je lui pris, et avec appréhension que je l'écoutas. Moi qui m'attendais à me faire chier et à devoir me préparer des sushis maisons pour passer le temps, quelle ne fut pas ma surprise une fois appuyé sur la touche "lecture" de mon magnétoscope et d'y trouver un film de Shinya Tsukamoto ! Une fois la surprise passée, je pouvais dignement écouter l'album de GOD que l'ami militaire, lent, répétitif et Estradaspherien me passa. Le premier nom qui me vint à l'esprit fut: Painkiller. Aussi étrange que cela puisse paraître, "Consumed" est un album de free jazz. Pas n'importe quel free jazz bien sur, un de ceux où la batterie claque comme un coup de fouet, où le sax hurle comme un chat dont on découpe les pattes à l'aide d'un couteau en plastique, où une voix grasse et huileuse se heurte sur un mur réverbéré, où le mot tribal s'accouple joyeusement avec une incantation post-moderne industrielle, doublé de basses distordues noyées sous les effets. Cette ambiance malsaine, crade, remplie de flaque d'eau et de nuages gris, fait tantôt penser au "Live in Osaka" de Painkiller, tantôt à l'esprit d'un autiste qui aurait été sexuellement abusé durant son plus jeune âge, par un saxophone phallique éjaculant des litres de notes dissonantes, étouffées et stridentes. J'ai également pensé à ces groupes de la trempe d'Ultralyd, voir à certains disque de Brötzmann-père, pour le côté "je détale à fond avec mon sax tandis qu'un taré se déchaîne sur sa guitare on n'y comprend rien". GOD en devient méconnaissable. Je ne puis donc pas vous assurer d'aimer ce disque si tant est que vous aimiez les 2 autres, mais ce qui est sûr, c'est que si vous êtes un tant soit peu aventureux des atmosphères mortuaires sacrificiellement humaines et qu'une heure de sax déchirant vous fais peur "mais pas tant que ça car j'ai des couilles (ou pas, mais ça revient au même)", alors ce disque est pour vous. Tuerie. (lundi 19 décembre 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Consumed"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Consumed".

ajoutez une note sur : "Consumed"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Consumed".

ajoutez un commentaire sur : "Consumed"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Consumed".

saïmone › samedi 16 février 2013 - 17:20  message privé !
avatar

J'aurais pas du le ressortir. Ça poutre largement !

Note donnée au disque :       
heirophant › samedi 7 janvier 2006 - 15:11  message privé !
rien ne vaut god en studio...
Note donnée au disque :       
taliesin › mercredi 21 décembre 2005 - 08:06  message privé !
Halala Heirophant, tu as encore beaucoup de choses à apprendre ;-)) (le retour ^_^)
heirophant › mardi 20 décembre 2005 - 21:39  message privé !
moue... de ce que j'ai ecoute, ca m'a l'air d'etre du grand n'importe quoi bruitiste. et saimone, god n'a jamais fait de l'indus...
Note donnée au disque :       
sergent_BUCK › mardi 20 décembre 2005 - 19:49  message privé !

Haaa... si j'avais su qu'il arriverai ici en si peu de temps celui là ;) quoi qu'il en soit, je doit bien dire que c'est un des lives les plus malades et extrèmes que j'ai entendu... quand même, les 27 minutes de "Lust" (qui est en fait une interpretation du morceau "Love", rallongé de 10 minutes) faut pouvoir se les farcir ! D'ailleurs, je doit dire "chapeau" à Hern (Tiens, il est toujours vivant !) pour avoir été capable d'apprécier ce live sans rien connaitre du groupe... félicitations camarade ! Quant à toi Saï, je suis heureux que ça te plaise. Mais tu devrais peut-être re-jeter une oreille attentive sur "Possession"... parce que quoi qu'on en dise, ca pue la sueur, la pollution et ca reste tout de même passablement barge (du moins, à mon avis)...

Note donnée au disque :