Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNoriko Tujiko › Hard Ni Sasete

Noriko Tujiko › Hard Ni Sasete

  • 2002 - Mego, 062 (1 cd)

9 titres - 60:56 min

  • 1/ [] (5:58)
  • 2/ Give Face (7:12)
  • 3/ [] (7:39)
  • 4/ [] (6:30)
  • 5/ [] (5:25)
  • 6/ [] (8:02)
  • 7/ [] (6:12)
  • 8/ [] (3:03)
  • 9/ [] (10:55)

enregistrement

Tokyo, Japon, 2002

line up

Tujiko Noriko (chant, instrumentation), Moyunijumo (rap), Yoshihito Tsujimura (chant), Yoshiharu Okubayashi (guitare, chant), Yuichiro Takashima (batterie)

chronique

Styles principaux
pop
techno
Styles personnels
japanese pop > abstract electro

La musique électroniquement dégingandée de Tujiko Noriko est si parfaitement mise en place, si franchement accueillante malgré sa nature glaciale, qu'on aime à s'y blottir les soirs de déprime. Quand rien ne va plus, que tout vous semble moche au dehors comme au dedans, il est toujours bon de savoir qu'il existe toujours un lieu, quelque part, où vous pourrez à nouveau être vous-mêmes, sans faux-semblants, sans prétendre être cet adulte responsable croulant sous le poids d'un costume trop lourd à porter. Tombent les masques. Faire ressurgir ses blessures d'enfances, ces douces rêveries que l'on nous a appris à mépriser car dépourvues de tout facteur de rentabilité... Sans se rendre compte que c'est en fait notre nature profonde qu'ainsi l'on reniait. "Hard Ni Sasete" (Rends moi dur) n'a pas de propriétés aphrodisiaques comme les esprits mal tournés l'auraient peut-être souhaités. S'endurcir, pour celles et ceux qui ont les nerfs à fleur de peau, pour celles et ceux qui prennent la mouche au quart de seconde et dont la carapace toute usée de pince sans rire faussement cynique est devenue à force complètement perméable, c'est sans doute ce qu'il y a de plus pénible, de plus difficile au monde. Un mal pour un bien. Mais un mal nécessaire pour qui veut survivre. Noriko est tout simplement désarmante par tant de naturel et de naïveté. Ses petits bouts de mélodies enfantines et désabusées, récoltées avec minutie comme les pièces d'un puzzle pour nourrisson, permettent à cette violence souffrance qui nous tiraille de ressurgir on ne sait trop par quel miracle de l'inconscient. Cette femme enfant qui nous berce de mots enrobés d'une tendresse presque immatérielle dont nous n'avions plus souvenir de son existence, nous dorlote, nous cajole, nous rassure, nous console. "Pleure, pleure" dit-elle. Oui, je pleure. Les yeux m'en piquent. Mais ça fait du bien. Un mal pour un bien... Et elle de serrer davantage l'étreinte autour de cet enfant qui pour finir vient se loger dans le creux de ses reins. Cet enfant, c'est vous, c'est moi. C'est nous tous ici bas. (vendredi 26 août 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Hard Ni Sasete"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hard Ni Sasete".

ajoutez une note sur : "Hard Ni Sasete"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hard Ni Sasete".

ajoutez un commentaire sur : "Hard Ni Sasete"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hard Ni Sasete".

NevrOp4th › samedi 24 mars 2012 - 14:13  message privé !

Excellente critique! Sa donne vraiment envie.

jeanfi › mardi 8 juin 2010 - 10:33  message privé !

1. Anges de la plage de sable 2. Give face 3. Mouches 4. Lignes 5. Vide 6. Pingouin 7. Train infini 8. Bikini 9. Mer

devin › lundi 15 octobre 2007 - 11:42  message privé !
Même si le hasard ne semble pas toujours nous gâter il m'a fait arriver sur cette chronique après un weekend pour le moins affreux; pas emballé par les extraits myspace, certes d'autres albums.. mais je lui laisserai sa chance aux moments opportuns, puisque je suppose qu'il y en aura d'autres.
saïmone › lundi 9 janvier 2006 - 00:23  message privé !
avatar
N'hésites pas, c'est excellent... mélancolique très bjork, electro minimaliste post moderne psychédélique, univers rose typiquement manga nippon...
Note donnée au disque :       
darkoverwestphalia › dimanche 8 janvier 2006 - 21:29  message privé !
Ouah! la chronique sent le vécu... en tout cas, ça m'a donné bien envie de me pencher là dessus. L'album porte bien son titre, je sens poindre comme une petite excitation ;)