Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFormula 3 › Dies irae

Formula 3 › Dies irae

8 titres - 37:36 min

  • 1/ Dies Irae (7:39)
  • 2/ Non Francesca (3:37)
  • 3/ Perch Perch ti Amo (6:06)
  • 4/ Questo Folle Sentimento [intro] (1:05)
  • 5/ Questo Folle Sentimento (2:19)
  • 6/ Walk Away Renee (4:30)
  • 7/ Se Non Amore Cosi (5:10)
  • 8/ Sole Giallo (7:10)

enregistrement

Studio Dischi Ricordi, Milan, Italie, 1969

line up

Tony Cicco (batterie, percussions, choeurs), Gabriele Lorenzi (claviers, basse, chant), Alberto Radius (guitare, basse, chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles principaux
progressif
Styles personnels
psychédélique > hard rock

La brève histoire des Formula Tre est intimement liée à celle de Lucio Battisti, un des compositeurs les plus influents de l'époque - et largement confirmé depuis - à qui l'on doit aussi la naissance du label Dischi Numero Uno surlequel seront hébergés moultes formations transalpines. Cette influence - à moins que le terme ingérence soit plus approprié - est d'autant plus vrai quand on jète un oeil curieux aux crédits de "Dies Irae" ; pas un titre n'est signé par les membres du groupe ! Ils sont tous à mettre à l'actif de Battisti. Même les textes sont signés Mogol, nom d'emprun de Giulio Rapetti, fidèle parolier du compositeur italien. Un produit Formula Tre ? Cela en a tout l'air... Formula Tre va en réalité devenir le backing band de Battisti, pour ses disques et pour ses tournées. En ce sens, il n'est pas impensable d'imaginer que "Dies Irae" est juste un premier retour d'ascenseur. Je dis premier car il y en aura d'autres. Nous ne sommes pas vraiment en territoire progressif ici ; les grands coups de toms, les explosions de cymbales, sur un rythme tribal, le silence qui s'en suit... Puis, l'orgue qui gronde en arrière plan, et cette guitare à la disto enrouée, nous plongent d'emblée dans l'univers tumultueux du psychédélisme sévèrement burné. Tout est monstrueux ici. A l'heure qu'il est, les Franciscains ne se sont peut-être pas toujours remis de cette adaptation pour le moins diabolique qui vaut franchement le détour. Alberto Radius est un des guitaristes les plus respectés de sa génération. Ce titre, à lui seul, l'atteste. Tous les titres ne sont pas exceptionnels, loin s'en faut, mais l'énergie est là, et l'intensité qui s'en dégage est on ne peut plus communicative. Outre l'effrayante plage titre, on pointera également les deux parties de "Questo Folle Sentimento", au riff instantané, la jam endiablée et délirante en clôture de "Sole Giallo Sole Nero" ou encore la pause sentimentale et prémonitoire de "Se Non E' Amore Cos'E". L'aspect beat pourrait en dissuader plus d'un, mais ça ne peut pas être pire que le psycho jerk de Pierre Henry... (mercredi 11 mai 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Dies irae"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dies irae".

ajoutez une note sur : "Dies irae"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dies irae".

ajoutez un commentaire sur : "Dies irae"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dies irae".

theclitmaster › mercredi 11 mai 2005 - 22:41  message privé !
sont vraiment bizarres les artworks des galettes que tu kroniks Prog... indépendamment de leur qualité bien sûr