Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGround Zero › Plays Standards

Ground Zero › Plays Standards

12 titres - 67:04 min

  • 1/El Derecho de Vivir en Paz + Shinoshin 3/4 (6:13)
  • 2/Ultra Q (5:00)
  • 3/Those Were the Days (6:13)
  • 4/Folhas Secas (3:46)
  • 5/Washington Post March + Japan Dissolution (3:05)
  • 6/Akashia no Ame ga Yamu Toki (4:16)
  • 7/Bones (2:29)
  • 8/Where Is the Police? + The Bath of Surprise (6:16)
  • 9/Miagetegoran
  • Yoru no Hoshi wo (8:10)
  • 10/Yume no Hansyu (4:50)
  • 11/Die Pappel vom Karlsplatz (4:49)
  • 12/A Better Tomorrow + I Say a Little Prayer (10:52)

line up

Sachiko M, Otomo Yoshihide, Yoshihide Otomo: turntables (1-5, 7-12), self-made guitar (2, 6, 12), electric guitar (9), voice (3, 5), whistling (8, 10), surdo (4), agogo bell (4), bath water (8), toothbrush (8), body (8), tubes (8), euphonium (8), reeds (8), toys (8) Sachiko Matsubara: sampler (1-3, 5, 7-12), omnichord (4), voice (5) Yumiko Tanaka: futozao-shamisen (1, 7, 8, 11), hosozao-shamisen (5, 10, 12), kokyu (2), koto (9), taisho-koto (3), voice (1, 3, 5, 7, 10, 12), toys (5) Masahiro Uemura: kit drums (1-3, 5, 7, 9-12), shaker (4), tambourine (4), gong (12), voice (5) Yasuhiro Yoshigaki: kit drums (1-3, 5, 7, 9-12), djembe (1), bass drums (2, 11), cymbals (2, 11), congas (2), pandeiro (4), quica (4, 5), caixa (4), gong (5, 9, 12), goat-hoof jingle (5), tambourines (12), klaxon (12), whistle (12), acme siren (12), vocie (3, 5) Naruyoshi Kikuchi: tenor sax (1-3, 5, 10, 12), soprano sax (4, 7-10), baritone sax (4, 7, 11), voice (5) Mitsuru Nasuno: electric bass (1-5, 7, 9-12), voice (5, 10) Kazuhisa Uchihashi: electric guitar and effects (1-6, 8-12), acoustic guitar (7), voice (5)

chronique

Styles principaux
ovni inclassable
Styles personnels
covers à la ground zero

Tout a été dit sur Ground Zero, ou presque. Et sur Yoshihide, encore plus. "Plays Standards" vient nous mettre deux baffes, une recto, une verso, histoire de nous montrer que non, on ne connaîtra jamais l'homme aux yeux bridés et à la bonhomie qui confère presque à la béatitude. "Plays Standards", c'est l'album de Yoshihide avant celui de Ground Zero. On savait l'indispensable présence de ses collègues pour construire des objets soniques incomparables (Consume Red, Revolutionary…). Plus que jamais, ils vont aider le maître dans sa volonté de dominer le monde musical nippon. Et sa volonté, ici, est de rendre hommage à ceux qui, selon lui, dominent le monde musical entier dans sa globalité. Evidemment, je ne pourrais faire aucune comparaison avec les originaux qui restent pour la plupart obscurs pour l'occidental que je suis. On y trouve ainsi de la musique brésilienne, de la daube américaine variétoche, de la musique de film, de la musique traditionnelle chinoise ou populaire japonaise. Seul Massacre fait exception, étant le seul combo du lot à être dans mon catalogue de connaissance musical qui en prend un sérieux coup face à tant de référence… (exception faire du morceau de variété américaine que tout le monde connaît, celui de Burt Bacharach) L'album est donc, à l'image de toutes références, d'un éclectisme assez ahurissant. On passe par le jazz (dieu que ce saxo est jouissif !), la musique contemporaine / minimaliste, l'electro soft new age boosté à la croisière s'amuse, la musique de cirque défoncée aux samples dans lequel on croise un vieux John Wayne, Derek Bailey s'invitant sur le plateau de Takeshi Miike (Otomo nous montre à quel point il maîtrise la guitare), de l'ambiance feutrée industrielle jazz, genre "on fait l'amour dans une boite à ordure", etc… On passe par tout ce par quoi on peut passer. Imaginez un peu. Mais mieux que ça, malgré la variété des styles repris ici, Ground Zero garde son identité avec une classe qui force le respect. Parmis tout ces délires musicaux qui filent le vertige, Ground Zero garde son amour des samples façon "coq à l'âne" (un classique, le bruit de klaxon de bagnole durant un passage d'easy listening), ses montées en puissance avec les instruments qui se greffent graduellement jusqu'à l'orgasme (ni plus, ni moins), ses orgies de sons, de notes, son traitement sonore impeccable (la stéréo en prend un sérieux coup dans la tronche !), bref, ce "Plays Standards" reste bel et bien un pur album de Ground Zero, qui sera parfais en guise d'introduction à l'univers sans limite du groupuscule japonais que je vénère les deux mains collées au sol, mais qui ravira aussi les autres fans du groupe qui prennent peur dès qu'on leur parle de musique légère et fun. Excellent. (mercredi 13 avril 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Plays Standards"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Plays Standards".

ajoutez une note sur : "Plays Standards"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Plays Standards".

ajoutez un commentaire sur : "Plays Standards"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Plays Standards".

saïmone › mardi 21 janvier 2014 - 17:54  message privé !
avatar

Après d'âpres recherches des choses rares et introuvables des originaux de ce disque, je viens ENFIN de me faire mon petit Originals Standards ; c'est hyper chelou

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › mardi 17 août 2010 - 16:44  message privé !

Très bon disque mais qui est assez difficile d'accès tout de même.

Note donnée au disque :       
Dioneo › samedi 21 novembre 2009 - 12:40  message privé !
avatar

Incroyable, comme la samba sans dérapage -très telle quelle, fluide, sentie, apaisante et mélacolique- placée entre ces deux gros foutoirs que sont 'These were the days' (hommage sincère à ce standard-là, à mon avis, même si bien trituré) et la 'Washington Post March (pour le coup bien ironique, si on en juge par ce qu'il en écrit) ne fait pas du tout tache malgré la différence de ton. Ces gens (Otomo mais les autres tout autant) sont vraiment des musiciens complets, pour réussir un coup pareil... Un gars sensible -aussi- ce Yoshihide.

Un accomplissement éclaté/éclatant, ce disque, j'y reviendrai toujours je pense, longtemps. Riche, miraculeusement cohérent derrière son tous-azimuts, fin, réjouissant.

'Miagetegoran, Yoru no Hoshi wo' (la plage 9) est extraordinaire aussi, de beauté directe, avouée, généreuse, débordante.

Exceptionnel, donc, celui-là. Inépuisable, j'ajoute.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 10 juillet 2008 - 11:29  message privé !
Tiens, Roland Kirk sur Guts, ça serait pas du luxe. Un "Inflated Tear", "Volunteered Slavery", "Blacknuss" ou "Rip, Rig and Panic", je suis sûr que ça en chamboulerait certains ici et pas que des jazzeux. P.S: après verif', les chroniques y sont. Donc mea culpa. Allez jetez un oeil sur les chroniques du sieur Roland.
Dioneo › mercredi 9 juillet 2008 - 23:30  message privé !
avatar
Fun ! (Mais Burt Baccharach c'est PAS de la daube enfin ! Ben quoi, Dionne Warwick c'est quand-même pas Whitney Houston bordel ! (Bon d'accord c'est sa tante et alors ?) Et puis là, la version samplée est celle de Roland Kirk alors ça joue pas (enfin pas pareil). Et puis ce com' c'est n'importe quoi au niveau de la syntaxe et de la ponctuation). Très Fun. Et puis beau. Aussi. Très.
Note donnée au disque :