Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFLuc Ferrari (1929-2005) › Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2

Luc Ferrari (1929-2005) › Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2

10 titres - 67:38 min

  • 1/ (8:16)
  • 2/ (5:48)
  • 3/ (6:01)
  • 4/ (7:08)
  • 5/ (7:20)
  • 6/ (5:19)
  • 7/ (8:29)
  • 8/ (6:56)
  • 9/ (4:59)
  • 10/ (7:28)

enregistrement

Studio Césaré, CCMIX, Atelier Post Billig, année 2001.

line up

Luc Ferrari (réalisation sonore), Elise Caron, Brunhild Meyer, Kora Bruckhoven (voix)

remarques

A l'origine une installation son et image pour 6 lecteurs de CD et 4 projecteurs vidéo.

chronique

Avec Luc Ferrari, c'est décidément par la fin qu'il faut commencer. Entendez par là que cette magnifique série des exploitations de concepts (ou exploitation "des" concepts) reprend et synthétise les procédés utilisés jusque là par le compositeur pour en mieux faire ressortir toute la sève. "Les anecdotiques" jonglent allègrement avec les sons "concrets" pour peindre une série de tableaux. Ici, on a droit à une suite ininterrompue où dominent les sons synthétiques, sous la forme de nappes assez planantes ou d'éléments percussifs plus agressifs : sur ce continuum sonore viennent se greffer aléatoirement des sons captés par le compositeur en divers endroits liés à ses souvenirs (et soigneusement entremêlés) ainsi que des voix féminines très sensuelles qui récitent en plusieurs langues des définitions prises au hasard dans un dictionnaire ; enfin, chacun de ces éléments (nappes synthétiques, sons concrets liés à des lieux, voix...) se voit parfois interrompu par une plage de silence plus ou moins longue. Au départ, ce projet découle d'une installation multimedia avec vidéos et 6 disques de 70 minutes environ écoutés en même temps ; sur chaque disque, des éléments différents avec des plages de silences dispersées ; les disques étaient lus en boucle, mais pas lancés au même moment. Ainsi, on n'entendait jamais deux fois la même chose. De ce dispositif, Luc Ferrari a tiré le présent enregistrement en faisant partir les disques à une minute d'intervalle, en faisant tourner tout ça 70 minutes, et en gravant ce mixage aléatoire sur une seule galette. Ca n'est pas très clair ? Bon, on s'en fout, oubliez tout ce que je viens de dire, fermez les yeux et laissez-vous emporter. Vous allez retrouver vous-mêmes, dans les arcanes de votre conscience, à quoi renvoient les ambiances qui s'écoulent ici avec une fluidité parfaite. On a dans cette oeuvre une dominante très lumineuse, heureuse ; une ambiance apaisée aussi, parfois même assez zen, dans laquelle on peut confortablement s'enfouir. Toutefois, au fil des écoutes, on a envie d'en saisir le détail, de se rapprocher du tableau pour voir l'épaisseur de la pâte qui a peint ces divers lieux de mémoires, rivages grondants ou petits villages au matin, à la fois personnels et universels... Et le charme opère toujours, même s'il n'y a pas ici, du fait des teintes plus nettement "ambient" (mais bon sang que je n'aime pas ce mot pour parler de cette musique !), une originalité aussi puissante que dans d'autres oeuvres du compositeur. A mettre quand même entre toutes les oreilles. (lundi 21 mars 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2".

ajoutez une note sur : "Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2".

ajoutez un commentaire sur : "Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cycle des souvenirs (1995-2000) : exploitation des concepts n°2".

CeluiDuDehors › lundi 29 août 2005 - 19:02  message privé !
Luc FERRARI (1929-2005) RIP!