Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPholas Dactylus › Concerto delle menti

Pholas Dactylus › Concerto delle menti

  • 1973 - Magma, ARC 7026 (1 cd)

2 titres - 53:05 min

  • 1/ Concerto delle Menti Parte 1 (36:18)
  • 2/ Concerto delle Menti Parte 2 (16:43)

enregistrement

Studio G, Gênes, Italie, 1972 - 1973

line up

Paolo Carelli (déclamation), Eleino Colladet (guitare), Valantino Galbusera (claviers, choeurs), Rinaldo Linati (basse), Giampiero Nava (batterie), Maurizio Pancotti (claviers)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles principaux
progressif
ovni inclassable
Styles personnels
poésie

Avec Pholas Dactylus, nous sommes de nouveau confrontés à une de ces intrigantes publications des années soixante-dix échappant à toute sorte de catégorisation réductrice. Sur "Concerto delle Menti", leur unique album, les obscurs Pholas Dactylus dépeignent un monde sur le déclin, comme si le compte à rebours venait de commencer, récit poétiquement noir d'une mise en perspective de la vacuité de nos existences. Bien qu'à l'arrière plan rien ne puisse le suggérer, la musique de Pholas Dactylus s'articulant autour des apparats généralement liés à l'idiome progressif, ce disque fait preuve d'une grande originalité, demeure encore aujourd'hui d'une étonnante modernité, ne fût-ce que par le biais de ces propos sulfureux, et touche en définitive plus à l'avant garde qu'au progressif en tant que tel. Presque du Rock In Opposition avant la lettre. Guitare, basse, clavier et batterie ne peuvent mentir sur leurs âges respectifs, j'en conviens, mais à aucun moment il nous semble que l'un essaye de prendre le pas sur l'autre. C'est tous ensemble, comme les doigts d'une seule main, qu'ils bâtissent des atmosphères lugubres (des nappes de clavier souvent sourdes et bien inquiétantes), débouchant le plus souvent sur de larges plages improvisées et hallucinogènes (les entrelacs interminables de guitare, les zones de flou artistique à la "Waiting Room", etc.). Entendons nous au moins sur le terme lugubre qui n'est pas, loin s'en faut, l'apanage de la musique gothique et peut très bien se définir en dehors de celui-ci. Alors, oui, "Concerto delle Menti" véhicule quelque chose de bien sombre, de bien noir. Sur un facteur géographico-historique, c'est bien simple, rien de semblable n'avait jamais été réalisé. Cette osmose particulière s'explique en partie par la présence d'un chanteur peu commun, un poète en réalité, Paolo Carelli, qui récite ou déclame ses textes de fin du monde avec force et conviction. Une sorte d'opéra rock en quelque sorte qui les démarque fondamentalement de leurs congénères. A découvrir. (samedi 12 mars 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Concerto delle menti"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Concerto delle menti".

ajoutez une note sur : "Concerto delle menti"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Concerto delle menti".

ajoutez un commentaire sur : "Concerto delle menti"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Concerto delle menti".