Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFloh De Cologne › Profitgeier

Floh De Cologne › Profitgeier

cd | 12 titres

  • 1 He
  • 2 hallo Stift
  • 3 Die einen kommen erster Klasse zur Welt
  • 4 Wir stehen am Rande
  • 5 Bekenntnis der unpolitishen Väter
  • 6 Auf dem Arbeitsmarkt
  • 7 Der Kapitalismus stinkt
  • 8 Wir brauchen keine Milliönare
  • 9 Die Luft gehöhrt denen
  • 10 die sie atmen
  • 11 Profitgeier
  • 12 Wir werden immer mehr

enregistrement

Enregistré live le 11.1.1971 à Neumünster, Allemagne. Travaillé au Windrose-Dumont Studio, Hambourg, Allemagne, le 12 et le 13.1.1971

line up

Hansi Frank (batterie, chant), Dieter Klemm (percussions, chant), Markus Schmidt (guitare, orgue, harmonica, chant), Dick Städtler (basse, guitare, chant), Gerd Wollschon (percussions, chant)

chronique

Styles principaux
rock
ovni inclassable
Styles personnels
cabaret politico-rock/ krautrock

Cet étrange nom dissimule en fait une troupe de théâtre de cabaret aux performances radicales et politisées, fondée par des étudiants de l'université de Cologne en 1966. Mêlant approche rock et scénique, le groupe milite sur différents thèmes comme la guerre du Vietnam, le chômage des jeunes, sur un mode souvent cynique et ironique. Avec 'Profitgeier', leur troisième opus, ils s'attaquent aux tares du capitalisme, au travers d'une sorte d'opera rock parodique, que l'on pourrait décrire comme un croisement de Doors, Kurt Weil, Can et Mothers of invention. Alternant passages chantés et récitation, nos Teutons interrogent les méchanismes de la société et la place de l'ouvrier, d'une manière qui peut sembler peut-être un peu vieillotte de nos jours mais qui réussit de par son humour grinçant à éviter le piège d'une contestation adolescente cliché. Musicalement, comme pas mal de groupes de l'époque, Floh de Cologne évite toute forme de linéarité en construisant des pièces progressives, alternant fréquemment les tempi, passant d'explosions rock à des passages plus calmes,voire des silences, la musique étant toujours le support de la parole, d'où un aspect cabaret assez marqué. Guitare, basse, batterie et une touche d'orgue, si 'Profitgeier' est un disque conceptuel à écouter d'une pièce, certains titres se dégagent néanmoins de part un aspect mélodique plus évident ('Auf dem Arbeitsmacht', 'Wir brauchen keine Millionäre' ou le très beau 'Die Luft gehört denen, die sie atmen' qui après une parodie 'Bachienne' en intro s'oriente vers des voies plus proches des Doors meet Kurt Weil). L'oeuvre ayant été enregistrée en live, l'aspect récitation est particulièrement efficace et les moments solennels, succédant aux moqueries, rendent le tout assez captivant, peut-être pas de manière immédiate mais au fil des écoutes. Bref, une oeuvre assez étrange d'un genre auquel je ne suis que peu habitué mais qui, je l'avoue, m'a charmé malgré tout. (mardi 1 février 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Profitgeier"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Profitgeier".

ajoutez une note sur : "Profitgeier"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Profitgeier".

ajoutez un commentaire sur : "Profitgeier"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Profitgeier".

snooky › vendredi 21 janvier 2011 - 06:23  message privé !

En fait, c'était carrément des anarchistes.Entre 1968 et 1983, ils ont quand même sortis douze albums.J'ai l'avantage d'en posséder trois,Fieldbands baby beat shows( le 2eme), Rockoper Profitgeier( le 3eme) et Geier Symphonie( le 5 eme).Mais c'était effectivement quelque chose d'inclassable, presque surréaliste, très engagé politiquement.

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › jeudi 20 janvier 2011 - 19:44  message privé !

Encore un truc dont j'ignorais l'existence sur Guts. Ce disque est vraiment excellent et est en marge par rapport à ce qui pouvait se faire à la même époque en Allemagne. Dommage que je ne capte que dalle à l'allemand car les textes ont l'air bien grinçants.

Note donnée au disque :       
snooky › jeudi 20 janvier 2011 - 19:27  message privé !

Je me souviens que sur la pochette originale, à l'endroit de l'entaille, on pouvait sortir les entrailles de la bestiole, en carton bien sûr, où s'agitaient toutes sortes de personnages visiblement très en colère. Quant au vinyl, il était rouge. De plus, Floh de Cologne était l'un des seuls groupes allemands à chanter dans sa langue originelle.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 29 février 2008 - 10:27  message privé !
Floh de Cologne sur guts !! la classe.
absinthe_frelatée › mardi 19 septembre 2006 - 21:25  message privé !
Bien marrant comme disque, les paroles engagées scandées façon grève ouvrière et la musique entre les Doors et Syd Barett..