Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTToshack Highway › S/t

Toshack Highway › S/t

12 titres - 52:58 min

  • 1/ Harlem (4:13)
  • 2/ Wurlitzer Waltzer (3:14)
  • 3/ Just Landed (6:43)
  • 4/ Theme (4:56)
  • 5/ I've Lost the Feeling (3:50)
  • 6/ Man in the Middle East (4:53)
  • 7/ I Thought I Saw My Ship A Coming (3:32)
  • 8/ Valentine Number One (4:07)
  • 9/ Board the Bullet Train (4:07)
  • 10/ Waking Up (5:52)
  • 11/ Toshackinblack (3:12)
  • 12/ Sisyphus (4:19)

enregistrement

The Stoneroom Shepherd's Bush, Falconer Camden & Charlie's house, 1999, Angleterre

line up

Adam Franklin (guitare, électronique, claviers, chant), Charlie Francis (claviers, électronique, basse, programmation), Jeff Townsin (batterie), Heinz Riegler (chant), Rei Cox (chant), Thomas Vater (samples, lopps)

chronique

Styles principaux
rock
pop
Styles personnels
néo psychédélique > post rock

Un disque qui ne paye pas de mine, qui s'égare un peu par moment, mais qui véhicule une véritable atmosphère. Que demander de plus, hein, dites moi ? Bon, il est vrai, ce disque s'égare malheureusement un peu trop souvent à mon goût. Inégal, il alterne avec un systématisme parfois presqu'énervant les plages chantées (sympa mais pas top) avec des pièces instrumentales de toute beauté. Pour le chant, on oscille quelque part entre un Syd Barrett qui comprendrait enfin ce qu'il dit, Damon Gough (Badly Drawn Boy) ou, mais vraiment de manière très sporadique, Steven Wilson de Porcupine Tree. Musicalement, justement, Toshack Highway joue à fond la carte nostalgique en privilégiant l'acoustique auquel il adjoint ces sonorités un peu datées au clavier qui donnent à chaque son cette couleur particulière et si prisée par certains, dont votre humble serviteur, vous l'aurez deviné. Rien de nouveau sous le soleil donc. Juste un disque pop de plus qui, des Beatles à Simian en passant par Spiritualized, a compris comment se servir des technologies nouvelles pour mettre en lumière, si pas des compositions échevelées, en tout cas des mélodies qui, par le truchement d'arrangements parfois bien flippés, ont cette saveur unique et tant convoitée par certains... dont moi, je sais, je me répète. Faut croire que c'était dans l'air du temps parce que je me souviens d'un autre album, publié quasi à la même époque et qui véhiculait exactement la même sensation cotonneuse ; le disque du suédois Björn Olsson, "Instrumental Music...to Submerge in...and Disappear Through", lui-même, sans doute fort inspiré par le cultissime "Lord of The Rings" de Bo Hansson. Pour tous ceux qui ne savent pas de quoi je parle, eh bien, disons qu'il s'agit d'une musique aux accents légèrement néo psychédéliques (quelqu'un a dit Air ?), sans doute revigorée par les tendances instrumentales de la déferlante post rock, avec un côté léger et désinvolte qui fait du bien juste après s'être envoyé n'importe quel Godspeed You Black Emperor ! (samedi 18 septembre 2004)

note       

ajoutez des tags sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "S/t".

ajoutez une note sur : "S/t"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

ajoutez un commentaire sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".