Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCurlew › Live in Berlin

Curlew › Live in Berlin

8 titres - 74:36 min

  • 1/ Moonlake (9:19)
  • 2/ Ray (10:42)
  • 3/ Shoats (6:39)
  • 4/ Barking (4:00)
  • 5/ Mink's Dream (5:38)
  • 6/ Agitor / The Victim / Improvisation / Oklahoma (16:40)
  • 7/ The Rour Scars (6:13)
  • 8/ To the Summer in Our Hearts (4:03)
  • 9/ Bringing It All Backbone (8:50)
  • 10/ Feelin' Good (2:30)

enregistrement

Quasimodo Club, Berlin, Allemagne, octobre 1986

line up

Wayne Horvitz (claviers), George Cartwright (saxophones), Tom Cora (violoncelle), Pippin Barnett (batterie), Davey Williams (guitare)

chronique

Styles principaux
jazz
Styles personnels
no wave > avant garde

Bon, je tiens à prévenir tout de suite ; ça ne va pas être facile. La musique de Curlew n'est pas des plus évidentes. Oh, il y a pire bien sûr, y a toujours pire, mais dans le genre complexe et prise de tête, faut dire que c'est quand même pas mal. Et je sais aussi, bien entendu, que débuter ma chronique par un préambule aussi décourageant ne va certes pas m'aider à être lu. Tant pis. De toute façon, on n'est pas payé au nombre de lecteurs sur Guts, manquerait plus que ça d'ailleurs. D'un autre côté, je ne mesure pas ma chance puisque, me substituer au rôle de porte-parole pour des groupes peu ou pas connus m'octroie le luxe suprême de ne pas me faire emmerder par des petits chieurs qui ressentent le besoin impérieux de laisser, eux aussi, leur petite crotte. Ou alors cette absence de commentaires toujours subtils et réfléchis apporte-t-elle plus simplement la preuve flagrante d'une absence totale de curiosité ? "Live in Berlin", s'il ne se terminait pas par un tonnerre d'applaudissement (assez lointain tout de même), passerait sans problème pour un exercice studio. Les compositions sont fouillées au possible, et si le groupe de Cartwright et Cora, avec aussi Wayne Horvitz, autre futur Naked City, aime à se perdre dans les circonvolutions d'un jazz atonal, il le fait rarement au détriment de lignes mélodiques récurrentes sans lesquels l'ensemble pourrait paraître bien des fois indigeste (surtout quand, comme sur la sixième plage, l'exposition des thèmes se prolonge au-delà du quart d'heure). Techniquement irréprochables, les musiciens de Curlew perpétuent la tradition free funk jazz de la scène New Yorkaise à laquelle ils appartiennent, tout en jouant sur l'élasticité du genre pour aller chatouiller de la chansonnette, de l'improvisation pure, du rock et même certains aspects de la musique contemporaine. Si l'énergie y est et l'osmose tangible, on regrettera sans doute le manque de pêche générale dû à une production bien trop plate pour traduire avec exactitude les tourments que peuvent provoquer cette musique. (mercredi 15 septembre 2004)

note       

ajoutez des tags sur : "Live in Berlin"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live in Berlin".

ajoutez une note sur : "Live in Berlin"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live in Berlin".

ajoutez un commentaire sur : "Live in Berlin"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live in Berlin".

pokemonslaughter › mardi 21 septembre 2004 - 20:39  message privé !
avatar
mdr !!! (et si vrai malheureusement...)
Møjo › mardi 21 septembre 2004 - 20:27  message privé !
LOL ! Dom se lâche =)