Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEThe Electric Wizard › We live

The Electric Wizard › We live

cd | 6 titres

  • 1 Eko eko azarak
  • 2 We live
  • 3 Flower of evil a.k.a. Malfiore
  • 4 Another perfect Day ?
  • 5 The sun has turned to black
  • 6 Saturn's children

enregistrement

Chuckalumba studios. Produit par John Stephens.

line up

Justin Oborn (guitare, chant), Liz Buckingham (guitare), Rob Al-Issa (basse), Justin Greaves (batterie)

chronique

Styles principaux
metal
metal extrême
Styles secondaires
doom metal
Styles personnels
doom metal

Le départ de tous les membres d'origine du groupe depuis le dernier album ont laissé à Justin Oborn, le seul survivant, une alternative difficile : tout abandonner ou reconstruire Electric Wizard de A à Z... Heureusement pour nous, Oborn a choisi la seconde option et a donc recruté une fine équipe composée de Justin Greaves (Teeth Of Lions Rule The Divine, Iron Monkey) au poste de batteur, Liz Buckingham (Sourvein) à la guitare et à Rob Al-Issa à la basse. Pour rompre avec le passé, le groupe s'enrichit au passage du préfixe "The" et on parlera donc bien dorénavant de "THE Electric Wizard". Le titre de l'album, "We live", n'est d'ailleurs sans doute pas annodin et représente plus qu'un clin d'oeil à cette renaissance tant attendue par les fans, car s'il est un groupe culte dans le domaine du doom c'est bien (The) Electric Wizard ! Alors qu'en est-il de cette nouvelle livraison ? Tout d'abord, "We live" est un album qui mérite une petite dizaine d'écoute pour délivrer pleinement sa saveur, car la plupart des riffs mettent un petit peu de temps à faire leur chemin jusqu'à nos neurones, mais une fois qu'ils y sont parvenus, ils assurent un nitratage en règle ! Le groupe sonne très lourd, très crade, et les compositions longues et hypnotiques parviennent à mettre l'auditeur dans un état second. Bref, on a droit à du bon gros stoner doom comme on aime, avec la saturation qui suinte de partout ! L'excellent chant d'Oborn, plaintif et maladif, apporte aussi sa dose mortelle à ce cocktail dégénéré ! The Electric Wizard à réussi avec "We live" le difficile pari de faire monter sa musique en puissance tout au long d'un album qui se termine en une véritable et gigantesque apothéose lancinante et distordue avec l'exceptionnel "Saturn's children", morceau d'un quart d'heure jouissif au possible qui fera assurément date ! Un album aussi hallucinogène que sa pochette, et que je ne peux que vous recommander. (lundi 28 juin 2004)

note       

ajoutez des tags sur : "We live"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "We live".

ajoutez une note sur : "We live"

Note moyenne :        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "We live".

ajoutez un commentaire sur : "We live"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "We live".

SEN › samedi 29 novembre 2014 - 17:59  message privé !

A noter la présence du multi-instrumentistes Justin Greaves ici aux baguettes qui a signé la merveilleuse musique du film "The Devil's Business" ! J'ai d'ailleurs acheté cet BO sans même avoir jamais vu le film !

Note donnée au disque :       
SEN › dimanche 9 novembre 2014 - 20:35  message privé !

Chef d'oeuvre aussi celui ci, quelle tuerie ! peut être mon préféré avec Let us Prey, ça retourne sa mère, j'vais d'ailleurs profiter de sa réédition en vinyle pour compléter ma collection !

Note donnée au disque :       
enslaver_666 › jeudi 6 novembre 2014 - 17:21  message privé !

Comme bien des formations classiques doom/stoner formées dans les '90, Electric Wizard est passé près de voir sa carrière être écourtée. Plutôt que ça, le groupe revenait avec un 5e album, quelques mois seulement après avoir annoncé son split. Exit deux des trois membres originaux mais au moins, le prince Jus Oborn est encore là. L'homme recrute pour la première fois un second guitariste, soit sa femme, Liz Buckingham, dont le style est très similaire au sien (écoutez Sourvein pour le constater), qui deviendra un membre important du groupe et qui a aidé dès cet album à raffiner le travail des grattes. Le mastodonte est encore bien vivant et tout aussi fort malgré le changement de line-up. On renoue avec des éléments qui avaient été mis de côté sur "Let Us Prey", soit ces ambiances fumantes et étouffantes, les guitares boueuses, cette violence et noirceur maléfique. Du premier titre, qui nous plonge dans un état de transe incantatoire, jusqu'à sa finale épique, "We Live" se montre vicieux et nous possède patiemment. Écouter du EW demeure d'abord et avant tout une expérience et celui-ci en est une autre belle démonstration. Un album qui n'a pas la réputation de plaire aux premières écoutes mais personnellement, je trouve qu'il accroche plus rapidement (et plus fortement) que son prédécesseur.

Note donnée au disque :       
H2O › mardi 18 juin 2013 - 18:26  message privé !

Légère déception pour ma part, je ne le trouve ni aussi "groovy" ni aussi intense que Dopethrone, seul autre skeud du monstre électrique que je possède. Quelques bons moments mais pas assez à mon gout malgré un superbe finish (Saturn's Children).

Note donnée au disque :       
boumbastik › jeudi 23 août 2012 - 22:48  message privé !

Peut-être le plus original, du moins le plus à part de la discog du Sorcier Electrique. Moins groovy que les autres, mais le pression atmosphérique qui y règne est jupitérienne. Rah ce riff black metal qui introduit "Flower of Evil"...

Note donnée au disque :