Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGorgoroth › Destroyer... or how to philosophize with the hammer

Gorgoroth › Destroyer... or how to philosophize with the hammer

8 titres - 37:07 min

  • 1/ Destroyer
  • 2/ Open the gates
  • 3/ The devil
  • the sinner and his journey
  • 4/ Om kristen og jödisk tru
  • 5/ Pa slagmark langt mot nord
  • 6/ Blodoffer
  • 7/ The virginborn
  • 8/ Slottet i det fjerne

enregistrement

Enregistré au Grieghallen Studio par Pytten. Mixé aux studios Abyss fin février 1998 par Peter Tägtgren, Gaahl et Infernus. Produit par Infernus.

line up

1 : Infernus (basse) ; Tormentor (guitare) ; Gaahl (voxum inferno) / 2, 4, 7 : Infernus (guitares) ; Tormentor (guitares) ; Vrolok (batterie) ; Pest (vocaux) ; Ares (basse) / 3 : Infernus (basse, guitares) ; Frost (batterie) ; Daimonion (effets synthétiques) ; T.Reaper (vox) / 5 : Infernus (batterie, basse et lead guitare) ; Tormentor (guitare) ; Pest (vocaux) / 6 : Infernus (batterie, basse, effets et vocaux) ; Tormentor (guitare et effets) / 8 : Infernus (screams of darkness and death) ; Tormentor (musique)

remarques

Le titre 8 n'est pas signalé sur l'arrière du cd.

chronique

Styles principaux
metal extrême
Styles personnels
black metal

C’est reparti… crasse, violence, son dégueulasse et vocalistes épouvantables, à la croisée du riff mélodique et de la bestialité la plus crue, Gorgoroth continue de creuser les abîmes les plus répugnants en quête de vomi. Pour la dernière fois et plus que jamais, le groupe s’affirme ici comme un collectif : quatre voix, quatre batteurs, quatre bassistes, les uns piquent les instruments des autres, un line-up par titre ; «Destroyer» balance ses bombes les unes après les autres sans avoir la sublime cohérence sonore du terrible «Under the sign of hell». Mais il s’agit bien là, néanmoins, de l’autre chef-d’œuvre de Gorgoroth. Les guitares atteignent des niveaux de saturation insupportables, Gaahl et Pest déchirent littéralement les tympans par la simple violence de leur gosier… et de «Destroyer» la bien nommée à la destruction du «Slottet… » de Darkthrone, «Open the gates», «The Devil… » et son atrocité synthétique, ou «The virginborn» montrent une nouvelle fois cette prodigieuse capacité qu’a Gorgoroth à faire du totalement dégueulasse avec des compositions travaillées, très mélodiques, intelligentes et largement mélancoliques. Du scalpage immédiat au riff inoubliable, du hurlement atroce aux blasts les plus furieux, le bébé d’Infernus est en démonstration de black metal et se paye le luxe de chier sur son propre son. Larsens et voix détruites, batterie et guitares barbelées… jusqu’à l’abominable «Slottet… » et malgré la puissance atmosphérique et émotionnelle des riffs les plus mélodiques, «Destroyer» revient d’abord et avant tout à se passer la gueule à la râpe à fromage. Avant une stabilisation de line-up (mais pas d’orientation musicale...) inaugurée avec «Incipit Satan», Gorgoroth se tape une énorme crise d’extrêmisme absolu et d’auto destruction. «Destroyer, or about how to philosophize with the hammer». (vendredi 9 janvier 2004)

note       

ajoutez des tags sur : "Destroyer... or how to philosophize with the hammer"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Destroyer... or how to philosophize with the hammer".

ajoutez une note sur : "Destroyer... or how to philosophize with the hammer"

Note moyenne :        35 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Destroyer... or how to philosophize with the hammer".

ajoutez un commentaire sur : "Destroyer... or how to philosophize with the hammer"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Destroyer... or how to philosophize with the hammer".

taliesin › vendredi 15 février 2013 - 11:38  message privé !

En voilà un album qui surbute ! Pas de temps mort, on dirait un mélange des premiers Darkthrone et d'un Marduk 'Panzer Division'... Peut-être pas aussi fin qu'un 'Incipit', mais franchement tout bon !

Note donnée au disque :       
vargounet › vendredi 16 décembre 2011 - 14:15  message privé !

Vraiment excellent cet album. Du Black metal bien bourrin avec un son cru brut et sans concession qui sonne néanmoins authentique, on est loin de la surenchère relative de Twilight of the Idols qui use et abuse des effets. Avec en outre quelques belles pistes longues et mélancoliques pour respirer un coup, je pense à The Virgin Born particulièrement réussie. Une reprise de Darkthrone excellente en passant, probablement un de leurs meilleurs morceaux.

Note donnée au disque :       
Sad › vendredi 26 septembre 2008 - 23:56  message privé !

Sans concessions... la solitude, l'horreur et la mélancolie entrelacés dans des volutes en provenance direct de l'antre du vieux cornu... ça arrache la gueule, et pourtant, on en redemande.

Note donnée au disque :       
empreznor › mercredi 21 novembre 2007 - 18:25  message privé !
%¨%?@@@+##+&trichhhhahahahaahhahaahhahohohohohohohhoohohoho (>fadeout>)riffquituetoutYAYAYAYAYAHAHAHAHAHAHriffquitue toutDestroyeeeeeeeerrr!DEEEESTROOOOYEEEEEERRRR! Oui quel talent!
Note donnée au disque :       
zbr › mercredi 21 novembre 2007 - 16:41  message privé !
Quel talent !
Note donnée au disque :