Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCurrent 93 › Calling for vanished faces

Current 93 › Calling for vanished faces

  • 1999 - Durtro, Durtro 043CD (2 cd)

30 titres - 146:42 min

  • 1/ Christus Christus (the shells have cracked) - 2/ Ach Golgotha (Maldoror is dead) - 3/ Imperium I - 4/ Be - 5/ Oh coal black smith - 6/ Loony runes - 7/ Black flowers please - 8/ Anyway people die - 9/ Dögun - 10/ Hourglass (for Diana) - 11/ Falling - 12/ In the heart of the woods (and what I found there) - 13/ Mary waits in silence - 14/ A sadness song - 15/ All the pretty little horses - 16/ The starres are marching sadly home - 17/ Lucifer over London - 18/ How the great satanic glory faded - 19/ The seven seals are revealed at the end of time as seven bows : the bloodbow, the pissbow, the painbow, the faminebow, the deathbow, the angerbow, the hohohobow - 20/ Bloodstreamruns - 21/ All the world makes great blood - 22/ The great, bloody and bruised veil of this world - 23/ Calling for vanishing faces I - 24/ The bloodbells chime - 25/ Calling for vanishing faces II - 26/ A gothic love song - 27/ The dead side of the moon - 28/ Sea armchair - 29/ So : this empire is nothing - 30/ All the pretty little horses

line up

Rose Mcdowall, David Tibet, Steven Stapleton, Michael Cashmore, Christoph Heemann, Douglas Pierce, Maja Eliott et autres collaborateurs et collaboratrices

chronique

Styles principaux
ovni inclassable
Styles personnels
indus expérimental /dark folk /gothique

Pour la chronique de ‘Calling for vanishing faces’, je pourrais presque reprendre celle de ‘Emblems’, si ce n’est qu’elle ne couvre pas dix mais quinze ans de la carrière de la folie 93 ! Une nouvelle fois, David Tibet et ses collègues nous en donnent pour notre argent avec plus de deux heures de musique réparties en deux cds au programme aussi riche que varié. Notre génial excentrique n’a pas seulement souhaité nous présenter une sélection de ses travaux préférés mais également montrer l’évolution du son de Current 93 autour d’une ligne thématique à laquelle il s’est montré fidèle dès ses débuts. Evolution est effectivement le terme adéquat si l’on compare les morceaux industriels et expérimentaux comme ‘Christus, Christus (shelles have cracked)’ ou ‘Ach Golgotha’, collages de grognements, grincements et autres samples en loop avec une pièce mélancolique pour piano comme ‘Gothic love song’, le dark folk énervé de ‘Oh coal black smith’, le gothique grinçant de ‘Lucifer over London’ ou l’ambient gothique teinté de médiéval de ‘Imperium I’. La véritable force du groupe a toujours été sa capacité à surfer avec la même aisance et le même talent sur ces styles divers comme si la chose était des plus naturelles. Tibet a toujours été à même d’injecter sa dose de folie personnelle, reconnaissable entre mille, quelle qu’ait été la voie choisie. De plus, si certains morceaux apparaissent sur les deux compilations, beaucoup ne figurent pas sur ‘Emblems’, ce qui évite l’écueil de deux productions similaires. On trouve également en cerise sur le gâteau des versions inédites et es raretés. Qui possède au moins ‘Calling for vanishing faces’ et ‘Emblems’ aura à sa disposition un bel aperçu d’une œuvre aussi unique que géniale. (mercredi 30 juillet 2003)

note       

ajoutez des tags sur : "Calling for vanished faces"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Calling for vanished faces".

ajoutez une note sur : "Calling for vanished faces"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Calling for vanished faces".

ajoutez un commentaire sur : "Calling for vanished faces"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Calling for vanished faces".

zugal21 › mardi 7 janvier 2014 - 20:36  message privé !

Tout est bon là-dessus. Incontestablement, vu d'ici.

taliesin › jeudi 31 juillet 2003 - 13:40  message privé !
De fait, beaucoup de petits bijoux qui sont aussi de grands classiques, tels "Oh coal black smith" - inspiré justement de la légende celte où Ceridwen poursuit Taliesin (qui s'appelait encore Gwion Bach), chacun se transformant à son tour en une série d'animaux (un peu comme dans le duel du Merlin de Disney) - mais aussi le laconique et éthéré "Be", ou encore le génialissime et industrialisant "Panzer ruin/Looney runes".
Note donnée au disque :       
sinical › jeudi 31 juillet 2003 - 12:52  message privé !
celui la c'est probablement un de mes meilleurs achats de l'année! Déja, au point de vue rapport durée/prix: 120 frcs pour plus de deux heures de musique, c'est qd meme pas mal! Ensuite bien sur pour la somme de génie musicale que représente ce double best of: qd on voit le nombre d'horizons exploités par le sieur Tibet, et toujours avec autant de brio (meme si j'ai plus de mal avec la premiere période, bien que je commence a l'apprivoiser), on prend conscience de l'immensité du talent du maitre. Bien sur, la période dark folk represente pour moi ce qu'il a fait de mieux, sans conteste, avec des titres comme "Coal Black Smith", "A sadness song", "a gothic love song", "the bloodbells chile", etc...mais ds un style plus varié , des titres comme "Falling" (un de mes préférés) ou "Looney Runes", "Imperium I" ou "Be" sont parfaitement executés, et possedent chacun leur atmosphere specifique. Bref, pour tous ceux qui aimeraient découvrir C93, ce best of est absolument idéal. Pour ma part, il m'a convaincu de commencer l'achat des albums studios.
Note donnée au disque :       
taliesin › jeudi 31 juillet 2003 - 08:29  message privé !
Voir mon commentaire à propos de "Emblems". ^_^
Note donnée au disque :