Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNPieter Nooten / Michael Brook › Sleeps with the fishes

Pieter Nooten / Michael Brook › Sleeps with the fishes

  • 1987 - 4AD, CAD710CD (1 cd)

15 titres - 47:45 min

  • 1/ Several Times I (3:02)
  • 2/ Searching (3:22)
  • 3/ The Choice (4:29)
  • 4/ After the Call (5:16)
  • 5/ Finally II (1:53)
  • 6/ Instrumental (3:53)
  • 7/ Suddenly II (1:30)
  • 8/ Suddenly I (2:36)
  • 9/ Clouds (4:27)
  • 10/ Finally I (3:49)
  • 11/ Several Times II (2:05)
  • 12/ Equal Ways (5:00)
  • 13/ These Waves (3:12)
  • 14/ Time (1:51)
  • 15/ Several Times III (1:12)

enregistrement

Angleterre, 1986

line up

Michael Brook (infinite guitar, claviers, violon, percussions), Brian Eno (DX-7), Pieter Nooten (chant, synthétiseur), Jean-Philippe Rykiel (DX-7)

chronique

Styles principaux
pop
heavenly
Styles personnels
minimalisme instrumental

Le noir n'est pas une couleur ; elle les annihile toutes. Elle les aspire, les confond et les transbahute dans un au-delà imaginaire au devenir incertain. Il y a une certaine beauté, même, ou justement, parce qu'elle est angoissante, dans cet appel du côté obscur. Sur ce disque unique qui scelle une collaboration inédite et idéale entre Pieter Nooten, de Clan of Xymox, et Michael Brook, inventeur de l'infinite guitar sans laquelle ni The Edge (U2), ni Daniel Lanois ne seraient vraiment ce qu'ils sont, on retrouve des échos de ce sentiment trouble. Dans un calme olympien, la musique se meut tel un ballet d'ombres saillantes agitées par le vascillement extatique d'un hallogène au bord de la rupture. Les gammes de claviers suspendent littéralement l'atmosphère. Un polaroïd raté sur lequel on se force à deviner l'objet photographié. Des percussions parfois scintillantes, tantôt lumineuses, aux contours souvent ronds et profonds, donnent du corps à l'ensemble. Michael Brook oscille perpetuellement entre son rôle de guitariste expérimentateur et esthète de l'espace au travers de toute une palette d'instruments aux approches similaires, et ce y compris un violon. Pieter Nooten porte l'estocade finale en faisant de sa voix, quelque part entre un jeune David Sylvian (Japan), Martyn Bates (Eyeless in Gaza) et Martin L.Gore (Depeche Mode) le coup de pinceau décisif qui donne tout le crédit nécessaire au statut définitivement brumeux de ce disque étrange qui s'évapore au fil des écoutes. Entre Brian Eno et This Mortal Coil, "Sleeps with the Fishes", album introverti et mystérieux, ne pouvait être qu'un produit de l'écurie de Ivo Watts-Russel, 4AD. (dimanche 20 juillet 2003)

note       

ajoutez des tags sur : "Sleeps with the fishes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sleeps with the fishes".

ajoutez une note sur : "Sleeps with the fishes"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sleeps with the fishes".

ajoutez un commentaire sur : "Sleeps with the fishes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sleeps with the fishes".