Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMusique De La Grèce Antique › Atrium musicae de Madrid

Musique De La Grèce Antique › Atrium musicae de Madrid

22 titres - 52:39 min

enregistrement

Enregistrement juin 1978. Prise de son Alberto Paulin

line up

Atrium Musicae de Madrid : Gregorio Paniagua (direction et réalisation), Beatriz Arno, Eduardo Paniagua, Pablo Cano, Luis Paniagua, Maximo Pradera, Carlos Paniagua ; Instruments : askaules, aulos, aulos calaminos, aulos hyperteleioi, aulos paedikoi, aulos parthenios, aulos pyxinos, aulos teleioi, aulos thracian, baboulion, bakyllion, barbitos, canon (monochordon), clochettes, crécelle, crepitaculum, cymbala, cymbalion, diaulos, dikalamos, discos, echeion, elymos, epigoneion, flûte basse, grelots, hydraulos, kithara, kitharis, krotala, lyra, magadis, monolaus, monochordon, mortarium, nabla, pandoura, pektis, phorminx, photinx, physallis, plagiaulos, psalterion, psalterium, psaltinx, roptron, salpinx, sambyke, seistron, seistron de apublia, seistron de coquilles, sirène de helmholtz, skindapso, syrinx, tityros, trichordon, trigonon, triton-kéras, tympanon, xylophonon.

chronique

Styles principaux
musique classique
ovni inclassable
Styles personnels
musique antique

Ils sont fous ces grecs. Ca commence sur un fracas démentiel de verre, ressorts et un milliers de choses. on s'attend dès lors à ce que cette musique du fin fond des civilisations et dont la liste des instruments utilisés rends réellement perplexe (baboulion, barbitos, crepitaculum. discos, mortarium ou roptron.), soit aussi lointaine que le sont désormais ceux qui l'écoutaient. comme un silence suit l'explosion, on attend. puis arrive enfin la première mélodie ancestrale de ce recueil étrange, qui nous parvient d'une sorte de flûte bizarre et dont le thème lent, plaintif et sombre glace presque le sang. Puis des voix, comme tapies dans l'ombre, viennent reprendre cette ligne un peu gauche. Mais, peu à peu, cette musique «différente» va devenir, finalement, assez familière. Les instruments mélodiques sont à cordes et sonnent comme les instruments propres à la musique japonaise, et c'est précisément à cette partie du monde, et à sa musique, que l'on pense à mesure que le vocabulaire se précise et que les 22 différentes pièces, fragments de papyrus qui constituent le seul témoignage de la musique des grecs, se succèdent. Mélodies très lentes, rythmes très ponctués, arrangements sommaires, clochettes, un coup de cordes, un crotale, un tambourin, et un chant dépouillé qui suit strictement la ligne de l' instrument soliste. Mais cette musique vestige est gauche, abrupte, sèche et déséquilibrée. Les instruments sonnent parfois presque mal, les chants sont comme mal assurés, les rythmes approximatifs, alors que tout cela, pourtant, est d'une déconcertante simplicité d'écriture. Quelques fragments de percussions seules. comme un son d'une petite balle en cuir qui rebondit sur le sol. dix voix s'élèvent soudain ensemble pour déclamer trois mots, siffler telles des serpents puis se taire, en route pour le morceau suivant qui démarre comme une danse folklorique un peu grotesque tant elle est monotone et primitive... ça la rend obsédante. Puis il y a ces marches qui se veulent joyeuses de gazous et trompettes nasillardes, aux sons des tambourins festifs et mous, où le thème semble fin saoul, et assez pathétique. Le morceau suivant est une sorte de poème recito-chanté ponctué de bruits (percussions ? ? ? ?), et de flûtes disharmonieuses. Mais on trouve aussi quelques belles mélodies solitaires à l'instrument soliste étrange... des moments de flûtes envoûtantes... Naturellement, ce disque n' est, et ne pouvait être qu'une curiosité, mais c'en est une assez bonne. Entrer dans le trip de cette musique finalement assez riche du point de vue des effets produits est vraiment déroutant. Certes, on ne découvre aucun miracle éternel légué par les anciens. mais on est ailleurs, incontestablement. (dimanche 15 décembre 2002)

note       

ajoutez des tags sur : "Atrium musicae de Madrid"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Atrium musicae de Madrid".

ajoutez une note sur : "Atrium musicae de Madrid"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Atrium musicae de Madrid".

ajoutez un commentaire sur : "Atrium musicae de Madrid"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Atrium musicae de Madrid".

Moonloop › lundi 17 septembre 2012 - 14:57  message privé !

C'est complètement étrange, fou, inattendu comme disque... En tout cas ils ont dû bien se marrer à enregistrer tout ça, et c'est contagieux...

taliesin › mardi 21 octobre 2003 - 09:06  message privé !
IL FAUT écouter cette anthologie ! C'est tout bonnement incroyable. Sinon, il existait effectivement des partitions sur papyrus (ce que confirme le livret d'accompagnement). Mais soyons honnête, ce que nous entendons ici n'est qu'une interprétation personnelle de l'oeuvre originale, puisque nous sommes confrontés au même problème que l'on rencontre par ailleurs avec les écrits musicaux du début du Moyen Âge : la partition donne une solide idée de base, mais de nombreux doutes demeurent quant aux octaves et au tempo (il suffit d'écouter les diverses interprétations de la 'Messe des fous', la vitesse d'exécution différant selon l'"adaptateur").
Note donnée au disque :       
Tomas Chatterton › lundi 20 octobre 2003 - 17:16  message privé !
C'est certain que c'est pas le style de musique que l'on doit entendre a tous les coins de rue . Bref , j'ai pas encore ecoute ca et j'en suis encore plus sceptique apres ton explication .
Sheer-khan › vendredi 17 octobre 2003 - 20:10  message privé !
avatar
Déjà (d'abord même...) il y a des partitions sur papyrus. Les instruments, leur fabrication, leur usage, ont été connus principalement à travers tout le leg écrit, écrits philo ou bien poêmes, de la grèce antique. Pour tout le reste, interprétation, sens de la musique, inflexion dramatique et autres, je pense que les études historico-sociologiques de la civilisation grecque sont nombreuses et riches de ce type d'enseignements. Mais j'ai un peu la même réaction que toi... la démarche intellectuelle est assez étrange, ça semble presque abstrait... c'est ce côté qui donne une force supplémentaire à ce disque. Imaginer, et finalement en venir à écouter la musique que l'on jouait à cette époque, ça donne une concrétude à la dite époque assez fascinante de par le caractère mythique et mythologique de celle-ci.
Tomas Chatterton › vendredi 17 octobre 2003 - 19:57  message privé !
Je comprends pas comment on a pu savoir quelle etait la musique jouee en Grece a cette epoque ... ???