Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlbert Ayler › In Greenwich village

Albert Ayler › In Greenwich village

détail des votes

Membre Note Date
Progmonster      jeudi 21 novembre 2002 - 17:51
mroctobre      jeudi 13 octobre 2005 - 17:07
érèbe      mercredi 1 février 2006 - 18:59
Sigur_Langföl      samedi 27 juin 2009 - 08:39
darkmagus      jeudi 15 décembre 2011 - 18:40
william      lundi 7 février 2005 - 18:49
Kronh      samedi 28 décembre 2013 - 03:14

cd | 4 titres

  • 1 For John Coltrane [13:38]
  • 2 Change Has Come [6:24]
  • 3 Truth is Marchin' in [12:43]
  • 4 Our Prayer [4:43]

enregistrement

The Village Vanguard, New York City, USA, 18 décembre 1966 & 26 février 1967

line up

Albert Ayler (saxophones alto et ténor), Henry Grimes (contrebasse), Beaver Harris (batterie), Alan Silva (contrebasse), Donald Ayler (trompette), Bill Folwell (contrebasse), Michel Sampson (violon), Joel Friedman (violoncelle)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles principaux
jazz
Styles secondaires
free jazz
Styles personnels
free jazz

ESP-Disk, s'il apportait une indépendance incommensurable à l'artiste, ne pouvait pas, par ailleurs, raisonnablement concurrencer les autres réseaux de distribution. Ainsi, lorsque Impulse! débauche Albert Ayler, le label américain s'est déjà fait une place de choix dans le paysage jazz noir américain, ayant un fameux va-tout à jouer auprès de sa personne. Avec des activistes engagés tels qu'Archie Shepp, Marion Brown ou John Coltrane, qu'il a indirectement influencé, Albert Ayler ne pouvait que finir par y apporter lui aussi sa pierre, même s'il ne s'agissait, dans son cas, que d'un passage de courte durée. Concédant à cet appel, Albert Ayler nous propose, en guise de travail pour son nouvel employeur, un disque qui se veut une fois de plus vivant puisqu'il nous livre sur un plateau d'argent des extraits de sa prestation en concert au Village Vanguard. Comparativement aux enregistrements ESP, la définition y est bien nettement supérieure ; cependant, elle fait perdre aussi à sa musique son côté organique et peut-être son cachet d'authenticité. Le son est brouillon quand le groupe s'emballe, mais semble dépourvu de profondeur, de résonance. L'urgence et la relative schizophrénie qui parsemaient son univers ne sont pas pour autant absents, mais semblent étonnamment mieux focalisés. Paradoxalement, l'émotion traverse tout le disque comme si ces facteurs de changement esthétique profond n'avaient aucune incidence sur sa musique. C'est d'abord le poignant hommage "For John Coltrane", qui ressemble à s'y méprendre à une pièce contemporaine pour quatuor à cordes. Puis les enlevés mais vibrants "Change Has Come", "Truth is Marching In" et "Our Prayer" qui décuplent le potentiel lyrique latent, comme jamais auparavant, au travers de ces mélodies sans cesse piochées dans l'inconscient collectif d'un peuple mis à genoux. La sentiment de liberté est aussi revigorant qu'effrayant ; c'est ce perpetuel et vertigineux équilibre sur le fil du rasoir que la musique d'Albert Ayler nous donne à contempler. (jeudi 21 novembre 2002)

note       

ajoutez des tags sur : "In Greenwich village"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In Greenwich village".

ajoutez une note sur : "In Greenwich village"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In Greenwich village".

ajoutez un commentaire sur : "In Greenwich village"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In Greenwich village".

darkmagus › jeudi 8 décembre 2011 - 09:54  message privé !

free, fruit frit !

Note donnée au disque :       
mangetout › jeudi 22 novembre 2007 - 18:27  message privé !
Si jamais on pouvait en douter, la pochette colorée nous le rappelle immédiatement, nous sommes en 1967 !
saïmone › samedi 9 juillet 2005 - 20:51  message privé !
avatar
Incroyable, stupéfiant... je possède le live in greenwich village (regroupant tout les morceaux du maître sortis sur Impulse!), 2 CD bourrés à craquer, dont ce gigantesque disque fou, fou, ces solos de violons, ses hurlements de saxos, ses blasts beats... Génial.
william › lundi 7 février 2005 - 18:46  message privé !
Une musique charnelle, un témoignage de l'oeuvre d'Ayler, lui qui ne fut que très peu reconnu et pourtant adoré de Coltrane. Assez difficile d'accès cependant, même pour les amateurs de Coleman, Taylor, Cherry etc. Mais du très très très bon. A noter qu'Impulse! a sorti un double cd avec l'integralité des concerts au Greenwhich village.
Note donnée au disque :