Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSArchie Shepp › Fire music

Archie Shepp › Fire music

  • 1995 - Impulse!, IMP 11582 (1 cd digipack)

0 titres - 39:40 min

  • 1/ Hambone (12:29)
  • 2/ Los Olvidados (8:54)
  • 3/ Malcolm
  • Malcolm
  • Semper Malcolm (4:49)
  • 4/ Prelude to a Kiss (4:51)
  • 5/ The Girl from Ipanema (8:37)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, mars - février 1965

line up

Roger Blank (batterie), Marion Brown (saxophone alto), Joe Chambers (batterie), Ted Curson (trompette), David Izenzon (contrebasse), Reggie Johnson (contrebasse), J.c. Moses (batterie), Archie Shepp (saxophone ténor), Virgil Jones (trompette), Joseph Orange (trombone), Ashley Fennell (trombone), Fred Pirtle (saxophone baryton)

remarques

Cette réédition digipack 20 bit comporte une version en concert de "Hambone" de 11 minutes et 51 secondes, portant la durée du disque à 51 minutes et 31 secondes...

chronique

Styles principaux
jazz
Styles personnels
free jazz

Avec les années, on peut se demander si Archie Shepp ne restera pas finalement dans l'histoire du jazz comme une figure emblématique de son époque. Et seulement cela. C'est conscient de ce rôle que, de nos jours, il poursuit tant que faire se peut ses activités ; aucun de ses travaux récents n'étant hélas à même de rivaliser avec l'aura de ses tous premiers enregistrements. Et même dans ce cas de figure, il y aurait en définitive moins de choses à dire sur sa musique elle-même que sur son influence indéniable sur le courant d'avant garde, de par ses positions politiques radicales et tranchées qui en fit un des fers de lance de ce que l'on appellait alors le "Black Power". Shepp est un homme de lettres. "Fire Music" traîte exactement de cela ; en parlant des laissés pour compte ("Los Olvidados"), en prenant parti pour les Cubains ("Hambone"), en rendant hommage au leader des Black Panthers ("Malcolm, Malcolm, Semper Malcolm"), Archie Shepp semble vouloir coûte que coûte faire parler la poudre, à défaut de pouvoir jouer avec le feu. Malgré tout ce que l'on a bien pu lire, cet album quelque peu inégal n'est pas à la hauteur de sa réputation mais fait plus facilement office de photographie jaunie agraffée dans nos livres d'histoire, pour ne pas oublier. Le langage est free, certes, mais loin de l'incandescence des jeunes années d'un Pharoah Sanders, du génie d'un Ornette Coleman ou du jusqu'au boutisme d'un Albert Ayler. Il y reconduit une nouvelle fois l'option délicate qui le voit jouer sans pianiste, conférant à sa musique ce sentiment inconfortable - et donc plaisant - de ne jamais céder à la facilité ; une musique fébrile dont le caractère incertain et ambigu nous force à rester perpetuellement sur nos gardes. L'ironie veut que la version bonus en concert de "Hambone", titre emblématique pour son thème peu conventionnel et ses multiples signatures rythmiques, soit le seul titre qui nous permette ici d'écouter la puissance et la technique incroyable d'un Archie Shepp qui joue, enfin, sans filet. (samedi 8 juin 2002)

note       

ajoutez des tags sur : "Fire music"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fire music".

ajoutez une note sur : "Fire music"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fire music".

ajoutez un commentaire sur : "Fire music"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fire music".

NevrOp4th › lundi 25 janvier 2010 - 17:59  message privé !

Je trouve ce Fire music très bon et très inspiré. Aucun moment d'ennuis et sa groove un max. Les structures sont alambiquées et j'aime beaucoup quand Shepp joue avec les silences. La tension est permanente et les moments d'explosion Free sont dantesque. Feeling Bluesy imparable. Archie nous démontre tous l'étendue de son immense talent et c'est bien en cela que c'est le principal après tout, pourvue que la musique, quant à elle soit bonne.

Note donnée au disque :       
mossburg › vendredi 11 septembre 2009 - 10:24  message privé !

Je trouve personnellement cet album trés bon, quoi qu'un peu déçu par la version de "The girl from Ipanema" qui aurait à mon avis pu être bien meilleure... En tout cas, comme sur tout ses enregistrements, j'adore le son rugueux d'Archie Shepp !

Coltranophile › samedi 11 août 2007 - 15:12  message privé !
Un disque très moyen, tant au niveau des compos (des trois originaux j'entends) que des arrangements, grandement tributaires de l'univers d'Ornette pour les premières et de celui de Mingus pour les seconds (le fameux "Hambone" ainsi que "Los Olvidados"). D'ailleurs la présence de Ted Curson, fréquent compagnon de Mingus, ne doit pas y être pour rien (aurait-il mis la main à la patte au niveau de l'écriture?). En fait, après "Four For Trane", Shepp revient plus directement au style du NYC 5. Problème: Tchicai et Cherry ne sont pas là. Ne laissant pas beaucoup de place à Marion Brown et à Curson, Shepp paraît bien seul et son jeu d'avère assez fade quand il n'a pas de partenaires pour faire diversion. La version de "The Girl From Ipanema" est particuliérement lénifiante, la rythmique restant d'une consternante linéarité (pourtant c'est Chambers et Reggie Johnson), Shepp ne bousculant rien ni personne. Celle de "Prelude To A Kiss" est à peine meilleur. Le trio de "Malcom, Malcom-Semper Malcom" offre quelques belles couleurs mais ne décolle jamais, comme mort-né. La version live de "Hambone" vient effectivement légérement relevé le tout. Mais bon, l'ajout d'épices est souvent le signe que le plat n'a pas de saveur en lui-même.
Note donnée au disque :       
nicopojin › mercredi 8 août 2007 - 11:27  message privé !
Fire Music reste d'une actualité brulante et synthétise parfaitement l'excellence créative de Shepp : poème politique (Malcom), talent d'écriture (le formidalbe Hambone), solo abrasif. Sans contexte l'un des meilleurs albums de Shepp, l'un des plus aboutis en terme d'équilibre, d'écriture et d'exécution (toujours le formidable Hambone !). Quand bien des disques de free de l'éopque ont terriblement vieilli et perdu de leur brillance, Fire Music lui, de part l"importance de l'écriture et des arrangements, conserve intact cette sève brulante qui parfois se consumé inutilement dans des explorations free purement gratuites et inaudibles (pour les amateurs, le fameux Live : THREE FOR A QUARTER, ONE FOR A DIME). L'un des meilleurs disques de Shepp. Chef d'oeuvre !
Note donnée au disque :       
CeluiDuDehors › samedi 17 mars 2007 - 11:25  message privé !
Très bon album, des structures alambiquées et des morceaux qui vont crescendos, peut être plus "sec" que Sanders ou Coleman c'est vrai mais j'aime vraiment beaucoup pour ma part!
Note donnée au disque :